Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Le Hirak maintient la pression    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    «Elles sont profondes et particulières»    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fawzi Derrar annonce de nouveaux cas
Variant britannique
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 03 - 2021

Le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie, le professeur Fawzi Derrrar, a révélé que le nombre de personnes infectées par la souche mutante du coronavirus en Algérie, est passé à 8 cas confirmés. Lors de son intervention, avant-hier soir à la télévision nationale,
Le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie, le professeur Fawzi Derrrar, a révélé que le nombre de personnes infectées par la souche mutante du coronavirus en Algérie, est passé à 8 cas confirmés. Lors de son intervention, avant-hier soir à la télévision nationale,
M. Derrar a indiqué que "le respect des mesures de prévention reste la seule solution pour arrêter la la propagation de cette épidémie, et tout relâchement entraîneront la propagation de ce virus".Le directeur général de l'IPA a indiqué, que le nombre de personnes infectées par la souche mutante du coronavirus était initialement de deux cas, puis il est passé à 6 cas, ajoutant que "et jusqu'à vendredi, nous avons enregistré deux nouveaux cas, l'un à l'hôpital El Kettar et l'autre à l'hôpital de Rouiba à Alger". "Les deux personnes font l'objet d'un suivi médical et leur état de santé est stable", a précisé M. Derrar.Les explications des scientifiques Des scientifiques américains, britanniques et australiens, ont décrit les mécanismes moléculaires qui, d'après eux, expliquent pourquoi le variant britannique du coronavirus est plus contagieux, selon l'agence Sputnik qui rapporte l'information, ajoutant que les résultats de leurs études ont été publiés sur bioRxiv, une archive de dépôt de prépublications consacrée à la biologie.
La contagiosité plus élevée de ce variant est liée à sa grande teneur en une protéine lui donnant la capacité de s'ajuster à la défense des cellules de l'organisme, face à des attaques microbiennes, expliquent-ils après avoir décortiqué le mécanisme de l'infection par le virus. Estimant que la souche britannique se transmet plus facilement et se répand beaucoup plus rapidement, ils n'ont pas manqué d'alerter sur le fait que "les systèmes de santé ne sont pas prêts à faire face à cette évolution", ont- ils souligné. Dans leur étude, ils ont prouvé que la protéine ORF9 se trouvant en grande quantité dans une enzyme spécialisée sgRNA du variant britannique lui permet d'ajuster son comportement face à des interférons. Or, la production d'interférons est une réponse des cellules à des attaques bactériennes ou virales. Pour rappel, la souche britannique du coronavirus a été détectée au Royaume- Uni, pour la première fois le 14 décembre. Elle est devenue très vite dominante dans plusieurs pays d'Europe. En Algérie, l'Institut Pasteur a fait récemment état de moins d'une dizaine de cas confirmés, amenant les autorités à fermer les frontières et toutes les voies de communication, aériennes, maritimes et terrestres.
M. Derrar a indiqué que "le respect des mesures de prévention reste la seule solution pour arrêter la la propagation de cette épidémie, et tout relâchement entraîneront la propagation de ce virus".Le directeur général de l'IPA a indiqué, que le nombre de personnes infectées par la souche mutante du coronavirus était initialement de deux cas, puis il est passé à 6 cas, ajoutant que "et jusqu'à vendredi, nous avons enregistré deux nouveaux cas, l'un à l'hôpital El Kettar et l'autre à l'hôpital de Rouiba à Alger". "Les deux personnes font l'objet d'un suivi médical et leur état de santé est stable", a précisé M. Derrar.Les explications des scientifiques Des scientifiques américains, britanniques et australiens, ont décrit les mécanismes moléculaires qui, d'après eux, expliquent pourquoi le variant britannique du coronavirus est plus contagieux, selon l'agence Sputnik qui rapporte l'information, ajoutant que les résultats de leurs études ont été publiés sur bioRxiv, une archive de dépôt de prépublications consacrée à la biologie.
La contagiosité plus élevée de ce variant est liée à sa grande teneur en une protéine lui donnant la capacité de s'ajuster à la défense des cellules de l'organisme, face à des attaques microbiennes, expliquent-ils après avoir décortiqué le mécanisme de l'infection par le virus. Estimant que la souche britannique se transmet plus facilement et se répand beaucoup plus rapidement, ils n'ont pas manqué d'alerter sur le fait que "les systèmes de santé ne sont pas prêts à faire face à cette évolution", ont- ils souligné. Dans leur étude, ils ont prouvé que la protéine ORF9 se trouvant en grande quantité dans une enzyme spécialisée sgRNA du variant britannique lui permet d'ajuster son comportement face à des interférons. Or, la production d'interférons est une réponse des cellules à des attaques bactériennes ou virales. Pour rappel, la souche britannique du coronavirus a été détectée au Royaume- Uni, pour la première fois le 14 décembre. Elle est devenue très vite dominante dans plusieurs pays d'Europe. En Algérie, l'Institut Pasteur a fait récemment état de moins d'une dizaine de cas confirmés, amenant les autorités à fermer les frontières et toutes les voies de communication, aériennes, maritimes et terrestres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.