Un jeudi apocalyptique à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme
Dégradation du pouvoir d'achat
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2021

La Confédération des syndicats algériens( CSA) tire la sonnette d'alarme sur ce qu'elle a qualifié de "dégradation sans précédent du pouvoir d'achat des travailleurs", frappées de plein fouet par les conséquences des glissements successifs de la valeur du dinars et son corolaire, la spirale inflationniste.
La Confédération des syndicats algériens( CSA) tire la sonnette d'alarme sur ce qu'elle a qualifié de "dégradation sans précédent du pouvoir d'achat des travailleurs", frappées de plein fouet par les conséquences des glissements successifs de la valeur du dinars et son corolaire, la spirale inflationniste.
Au cours d'une journée d'étude organisée le 17 avril au siège du Cnapeste à Alger et à laquelle ont pris part pas moins de 16 syndicats autonomes, représentant différents secteurs, les universitaires Mohamed Azouz de l'école supérieure des statistiques et d'économie appliquée et Ahnine Chérif, conseiller économique et universitaire ont fait des intervention sur le concept du pouvoir d'achat et son rapport avec la problématique salariale en Algérie. Les deux universitaires chiffres à l'appui ont disséqué "le processus de paupérisation" qui a touché la classe moyenne e Algérie, citant le rapport 2020 de la Banque africaine de développement (BAD), selon lequel 34 % de cette classe moyenne sont passés sous le seuil de la pauvreté dont 68% de ces 34 % appartiennent aux secteurs de la Santé publique, l'Education et l'administration locale.
Les deux universitaires sont arrivés à la conclusion que le salaire moyen en Algérie devrait être de 80.000 dinars au minimum pour garantir la dignité du travailleur algérien Les interventions des deux universitaires ont été suivies d'un long débat au terme duquel les syndicats ont unanimement convenu de la nécessité d'une escalade pour faire avancer les revendications des travailleurs, notamment l'amélioration du pouvoir d'achat. Une prochaine réunion de la Confédération des syndicats algériens est annoncée pour un passage à l'action dans le cadre de la démarche d'escalade convenue au cours de cette rencontre qui survient justement au moment où le font social est en train de s'emballer avec des grèves en série dans plusieurs secteurs, avec un gouvernement tout à la préparation des législatives du 12 juin.
Au cours d'une journée d'étude organisée le 17 avril au siège du Cnapeste à Alger et à laquelle ont pris part pas moins de 16 syndicats autonomes, représentant différents secteurs, les universitaires Mohamed Azouz de l'école supérieure des statistiques et d'économie appliquée et Ahnine Chérif, conseiller économique et universitaire ont fait des intervention sur le concept du pouvoir d'achat et son rapport avec la problématique salariale en Algérie. Les deux universitaires chiffres à l'appui ont disséqué "le processus de paupérisation" qui a touché la classe moyenne e Algérie, citant le rapport 2020 de la Banque africaine de développement (BAD), selon lequel 34 % de cette classe moyenne sont passés sous le seuil de la pauvreté dont 68% de ces 34 % appartiennent aux secteurs de la Santé publique, l'Education et l'administration locale.
Les deux universitaires sont arrivés à la conclusion que le salaire moyen en Algérie devrait être de 80.000 dinars au minimum pour garantir la dignité du travailleur algérien Les interventions des deux universitaires ont été suivies d'un long débat au terme duquel les syndicats ont unanimement convenu de la nécessité d'une escalade pour faire avancer les revendications des travailleurs, notamment l'amélioration du pouvoir d'achat. Une prochaine réunion de la Confédération des syndicats algériens est annoncée pour un passage à l'action dans le cadre de la démarche d'escalade convenue au cours de cette rencontre qui survient justement au moment où le font social est en train de s'emballer avec des grèves en série dans plusieurs secteurs, avec un gouvernement tout à la préparation des législatives du 12 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.