Juventus : Ronaldo n'ira pas au Sporting    Real Madrid: Zidane aurait pris sa décision    Oran: les traditionnelles photos de l'Aïd indétrônables    Délégation nationale aux risques majeurs: Promulgation d'un décret exécutif    Exactions au temps du Hirak : Affaire d'Oran, la fabrication de l'ennemi    Inondations à M'sila: la PC découvre un cadavre    Vendredi 117 : Marche empêchée et des interpellations y compris de journalistes    Mali: démission du gouvernement, Ouane reconduit    Coronavirus: 170 nouveaux cas, 134 guérisons et 5 décès    Palestine: Session publique du Conseil de sécurité dimanche    Aïd el-Fitr: le respect par les commerçants du programme de permanence salué    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    CRB-EST, maintenu pour le 15 mai à 17h    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FMI livre ses prévisions
Situation économique de l'Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 04 - 2021

À en croire le Fonds monétaire international (FMI), le pays a besoin d'un cours du Brent s'élevant à 169 dollars le baril pour remettre sur les rails son économie. Le cours du pétrole est en bonne voie pour rebondir au premier semestre après avoir subi les répercussions du Coronavirus.
À en croire le Fonds monétaire international (FMI), le pays a besoin d'un cours du Brent s'élevant à 169 dollars le baril pour remettre sur les rails son économie. Le cours du pétrole est en bonne voie pour rebondir au premier semestre après avoir subi les répercussions du Coronavirus.
Il s'est nettement amélioré depuis le début de cette nouvelle année. Il est passé de 50 dollars en décembre dernier à plus de 66 la semaine dernière. Censée laisser entrevoir l'espoir, cette nouvelle est encore loin de satisfaire les attentes de l'Algérie qui aurait actuellement besoin d'un baril de pétrole de 169 dollars. Cette dynamique des prix pétroliers reste insuffisante pour redresser les finances algériennes. Une économie dont le secteur des hydrocarbures génère la quasi-totalité des exportations En effet, la remontée du coût du baril de Brent ne propage pas pour autant un vent d'optimisme comme cela peut paraître. Elle ne concorde aucunement avec la stratégie d'investissement du deuxième producteur de pétrole en Afrique, l'Algérie en l'occurrence. Selon le FMI, il faudrait un cours pétrolier à 169 dollars. Cette estimation est la seule qui puisse rééquilibrer le budget de notre Etat dans le courant de cette année, contre 90,4 le baril en 2020. Afin d'échapper à un dépérissement, l'équilibre des comptes extérieurs nécessite, à présent, un prix de 87, 7 dollars le baril. Il s'agit là également des prévisions de l'institution internationale précitée. À cet effet, il sied de rappeler le cadrage macroéconomique et financier de la LF 2021.
La programmation financière a effectivement retenu un prix fiscal du baril de pétrole autour de 40 dollars américain. Les projections du gouvernement fixent,par ailleurs, un prix du marché de 45 le baril. La dette publique algérienne pourrait atteindre près de 66 % du PIB en 2021 Alors que le gouvernement s'évertue à mieux maîtriser ses déficits, leur accumulation sur plusieurs années a conduit le pays à un environnement économique plu ou moins sombre. Cela puisque le taux d'endettement public est relativement élevé. Alors qu'elle était proche des 50% l'an passé, la dette publique optimale devrait atteindre 66% du PIB en 2021.D'après les experts d'ECOtechnics, ce constat reste à l'heure actuelle soutenable. Cependant, l'absence de réforme budgétaire considérable pourra augmenter les risques d'un taux d'accroissement constant. La dette publique est ainsi en passe d'arriver au seuil des 100 %. "À un horizon de trois ou quatre ans", prévoit le cabinet d'études et de conseil.
Depuis 2017, les ressources du Fonds de régulation des recettes ne permettent plus de combler les manques budgétaires de l'Algérie. Le président Abdelmadjid Tebboune et son gouvernement ont annoncé, à maintes reprises, trouver d'autres ressources alternatives et de nouvelles réformes de la gestion publique. Un changement stratégique qui permettra à l'économie nationale d'être résiliente et plus résistante aux chocs et perturbations majeurs.
Il s'est nettement amélioré depuis le début de cette nouvelle année. Il est passé de 50 dollars en décembre dernier à plus de 66 la semaine dernière. Censée laisser entrevoir l'espoir, cette nouvelle est encore loin de satisfaire les attentes de l'Algérie qui aurait actuellement besoin d'un baril de pétrole de 169 dollars. Cette dynamique des prix pétroliers reste insuffisante pour redresser les finances algériennes. Une économie dont le secteur des hydrocarbures génère la quasi-totalité des exportations En effet, la remontée du coût du baril de Brent ne propage pas pour autant un vent d'optimisme comme cela peut paraître. Elle ne concorde aucunement avec la stratégie d'investissement du deuxième producteur de pétrole en Afrique, l'Algérie en l'occurrence. Selon le FMI, il faudrait un cours pétrolier à 169 dollars. Cette estimation est la seule qui puisse rééquilibrer le budget de notre Etat dans le courant de cette année, contre 90,4 le baril en 2020. Afin d'échapper à un dépérissement, l'équilibre des comptes extérieurs nécessite, à présent, un prix de 87, 7 dollars le baril. Il s'agit là également des prévisions de l'institution internationale précitée. À cet effet, il sied de rappeler le cadrage macroéconomique et financier de la LF 2021.
La programmation financière a effectivement retenu un prix fiscal du baril de pétrole autour de 40 dollars américain. Les projections du gouvernement fixent,par ailleurs, un prix du marché de 45 le baril. La dette publique algérienne pourrait atteindre près de 66 % du PIB en 2021 Alors que le gouvernement s'évertue à mieux maîtriser ses déficits, leur accumulation sur plusieurs années a conduit le pays à un environnement économique plu ou moins sombre. Cela puisque le taux d'endettement public est relativement élevé. Alors qu'elle était proche des 50% l'an passé, la dette publique optimale devrait atteindre 66% du PIB en 2021.D'après les experts d'ECOtechnics, ce constat reste à l'heure actuelle soutenable. Cependant, l'absence de réforme budgétaire considérable pourra augmenter les risques d'un taux d'accroissement constant. La dette publique est ainsi en passe d'arriver au seuil des 100 %. "À un horizon de trois ou quatre ans", prévoit le cabinet d'études et de conseil.
Depuis 2017, les ressources du Fonds de régulation des recettes ne permettent plus de combler les manques budgétaires de l'Algérie. Le président Abdelmadjid Tebboune et son gouvernement ont annoncé, à maintes reprises, trouver d'autres ressources alternatives et de nouvelles réformes de la gestion publique. Un changement stratégique qui permettra à l'économie nationale d'être résiliente et plus résistante aux chocs et perturbations majeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.