Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière
Plan du gouvernement
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 09 - 2021

Le Plan d'action du Gouvernement présenté hier par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane devant le Conseil de la Nation, tend à asseoir les fondements d'une économie diversifiée reposant sur la création de richesses et d'emplois, "loin de l'économie de rente".
Le Plan d'action du Gouvernement présenté hier par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane devant le Conseil de la Nation, tend à asseoir les fondements d'une économie diversifiée reposant sur la création de richesses et d'emplois, "loin de l'économie de rente".
Présentant le Plan d'action du Gouvernement devant les membres du Conseil de la Nation, lors d'une plénière présidée par Salah Goudjil, président du Conseil, M. Benabderrahmane a affirmé que le Gouvernement, tend à travers son Plan d'action à "mettre en place de nouveaux fondements permettant de concrétiser un développement global et durable, loin de l'économie de rente qui fait que les recettes du pays et son budget restent tributaires des fluctuations des cours du pétrole". "Le Gouvernement s'attèle à la mise en place de nouveaux fondements de relance économique à travers des réformes profondes des systèmes financier et bancaire, en ce sens qu'il sera procédé à la révision des mécanismes et conditions d'octroi des crédits, loin des pratiques de favoritisme prévalant anciennement", a ajouté le Premier ministre.
Il s'agit aussi pour le Gouvernement d'oeuvrer à l'amélioration du climat des affaires, étant le principal catalyseur de la relance économique, détaille M. Benabderrahmane. À ce titre, le Premier ministre a évoqué l'assainissement du foncier industriel, agricole et touristique pillé ou nonexploité, en vue de l'octroyer aux véritables investisseurs, relevant, à cet égard, la nécessité d'éradiquer l'économie parallèle et d'édifier une économie basée sur la connaissance, à travers le soutien des micro-entreprises et des startups. Quant au domaine de l'énergie, le Premier ministre a fait état de l'élaboration en cours d'une loi sur la transition énergétique qui sera prochainement dévoilée, un texte, a-t-il dit, intervenant en concrétisation de l'objectif tracé par le Gouvernement pour atteindre un mix énergétique équilibré à l'horizon 2030. Dans le cadre du renforcement du développement durable et de l'exploitation rationnelle des richesses dans le contexte des changements climatiques, le Premier ministre a évoqué la rationalisation de l'exploitation des ressources en eau, d'autant qu'il sera procédé à l'augmentation des capacités de production annuelle des eaux, de 10 milliards m3 à 12 milliards m3. Le Premier ministre a relevé, en outre, l'importance de relancer et de valoriser les grands investissements à travers "la réduction des coûts élevés de logistique entravant la concurrence et la réalisation de nouvelles plateformes logistiques en fonction des spécificités de chaque région".
S'agissant du secteur agricole, le responsable a affirmé qu'il sera procédé à l'augmentation des capacités productives et de stockage pour la réalisation de l'autosuffisance, insistant sur l'impérative augmentation de la production locale de céréales et la réduction de la facture d'importation qui pèse lourdement sur l'Etat. Le Plan d'action du Gouvernement vise, par ailleurs, le développement des zones rurales, forestières, montagneuses, des Hauts plateaux et sahariennes, l'objectif étant désenclaver ces zones et relancer le développement local. Le Premier ministre a réitéré, par là même, l'engagement du Gouvernement à hisser le pouvoir d'achat du citoyen et concrétiser son droit d'accéder à un logement convenable disposant de toutes les commodités. Il a fait état, dans ce sens, du parachèvement de plus de 13.000 projets de raccordement aux réseaux d'alimentation en eau potable (AEP), d'électricité et du gaz ayant profité à 1.043 communes.
Zones d'ombre : plus de 24.000 opérations engagées
Le gouvernement a financé plus de 24.000 opérations auxquelles ont été alloués 310 milliards de dinars entre 2020 et 2021, au titre du programme de développement des zones d'ombre, a annoncé, le Premier ministre. Les efforts des autorités publiques relatifs au développement des zones d'ombre ont permis de financer, jusqu'à présent, un programme comportant 24.216 opérations auquel ont été alloués 310 milliards de DA depuis 2020, a précisé M. Benabderrahmane, lors de la présentation du Plan d'action du gouvernement devant le Conseil de la Nation.
"Le nombre de projets dont les travaux ont été achevés s'élève, quant à lui, à 13.135 projets répartis à travers 1343 communes," a-t-il détaillé, ajoutant que ces projets concernent, entre autres, des opérations d'alimentation en eau potable, de raccordement aux réseaux électricité et de gaz et aux réseaux d'assainissement des eaux usées, ainsi qu'à la promotion de la Santé de proximité et la réalisation d'espaces de divertissements. Le Premier ministre a souligné, par la même occasion, que l'édification de l'Algérie nouvelle passe inévitablement par l'amélioration du cadre de vie du citoyen et le développement socio-économique du pays. Il a rappelé que le gouvernement s'est, ainsi, engagé à trouver des mécanismes et moyens de développer et de réhabiliter certaines régions, en particulier les zones d'ombre, et pour lesquelles le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, accorde "la plus haute importance".
Présentant le Plan d'action du Gouvernement devant les membres du Conseil de la Nation, lors d'une plénière présidée par Salah Goudjil, président du Conseil, M. Benabderrahmane a affirmé que le Gouvernement, tend à travers son Plan d'action à "mettre en place de nouveaux fondements permettant de concrétiser un développement global et durable, loin de l'économie de rente qui fait que les recettes du pays et son budget restent tributaires des fluctuations des cours du pétrole". "Le Gouvernement s'attèle à la mise en place de nouveaux fondements de relance économique à travers des réformes profondes des systèmes financier et bancaire, en ce sens qu'il sera procédé à la révision des mécanismes et conditions d'octroi des crédits, loin des pratiques de favoritisme prévalant anciennement", a ajouté le Premier ministre.
Il s'agit aussi pour le Gouvernement d'oeuvrer à l'amélioration du climat des affaires, étant le principal catalyseur de la relance économique, détaille M. Benabderrahmane. À ce titre, le Premier ministre a évoqué l'assainissement du foncier industriel, agricole et touristique pillé ou nonexploité, en vue de l'octroyer aux véritables investisseurs, relevant, à cet égard, la nécessité d'éradiquer l'économie parallèle et d'édifier une économie basée sur la connaissance, à travers le soutien des micro-entreprises et des startups. Quant au domaine de l'énergie, le Premier ministre a fait état de l'élaboration en cours d'une loi sur la transition énergétique qui sera prochainement dévoilée, un texte, a-t-il dit, intervenant en concrétisation de l'objectif tracé par le Gouvernement pour atteindre un mix énergétique équilibré à l'horizon 2030. Dans le cadre du renforcement du développement durable et de l'exploitation rationnelle des richesses dans le contexte des changements climatiques, le Premier ministre a évoqué la rationalisation de l'exploitation des ressources en eau, d'autant qu'il sera procédé à l'augmentation des capacités de production annuelle des eaux, de 10 milliards m3 à 12 milliards m3. Le Premier ministre a relevé, en outre, l'importance de relancer et de valoriser les grands investissements à travers "la réduction des coûts élevés de logistique entravant la concurrence et la réalisation de nouvelles plateformes logistiques en fonction des spécificités de chaque région".
S'agissant du secteur agricole, le responsable a affirmé qu'il sera procédé à l'augmentation des capacités productives et de stockage pour la réalisation de l'autosuffisance, insistant sur l'impérative augmentation de la production locale de céréales et la réduction de la facture d'importation qui pèse lourdement sur l'Etat. Le Plan d'action du Gouvernement vise, par ailleurs, le développement des zones rurales, forestières, montagneuses, des Hauts plateaux et sahariennes, l'objectif étant désenclaver ces zones et relancer le développement local. Le Premier ministre a réitéré, par là même, l'engagement du Gouvernement à hisser le pouvoir d'achat du citoyen et concrétiser son droit d'accéder à un logement convenable disposant de toutes les commodités. Il a fait état, dans ce sens, du parachèvement de plus de 13.000 projets de raccordement aux réseaux d'alimentation en eau potable (AEP), d'électricité et du gaz ayant profité à 1.043 communes.
Zones d'ombre : plus de 24.000 opérations engagées
Le gouvernement a financé plus de 24.000 opérations auxquelles ont été alloués 310 milliards de dinars entre 2020 et 2021, au titre du programme de développement des zones d'ombre, a annoncé, le Premier ministre. Les efforts des autorités publiques relatifs au développement des zones d'ombre ont permis de financer, jusqu'à présent, un programme comportant 24.216 opérations auquel ont été alloués 310 milliards de DA depuis 2020, a précisé M. Benabderrahmane, lors de la présentation du Plan d'action du gouvernement devant le Conseil de la Nation.
"Le nombre de projets dont les travaux ont été achevés s'élève, quant à lui, à 13.135 projets répartis à travers 1343 communes," a-t-il détaillé, ajoutant que ces projets concernent, entre autres, des opérations d'alimentation en eau potable, de raccordement aux réseaux électricité et de gaz et aux réseaux d'assainissement des eaux usées, ainsi qu'à la promotion de la Santé de proximité et la réalisation d'espaces de divertissements. Le Premier ministre a souligné, par la même occasion, que l'édification de l'Algérie nouvelle passe inévitablement par l'amélioration du cadre de vie du citoyen et le développement socio-économique du pays. Il a rappelé que le gouvernement s'est, ainsi, engagé à trouver des mécanismes et moyens de développer et de réhabiliter certaines régions, en particulier les zones d'ombre, et pour lesquelles le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, accorde "la plus haute importance".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.