Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les 4 samedis    Un 5 Juillet, 58 ans après !    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Rassemblement de protestation des souscripteurs AADL    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    De mal en pis à Sétif    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Esthétique ou repère identitaire
Le tatouage
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 07 - 2007

Tatouage vient du mot tahitien ta tau qui signifie marquer, dessiner. C'est une pratique qui consiste à perforer la peau pour y introduire des agents colorants qui laissent une marque indélébile.
Tatouage vient du mot tahitien ta tau qui signifie marquer, dessiner. C'est une pratique qui consiste à perforer la peau pour y introduire des agents colorants qui laissent une marque indélébile.
Si on reconnaît une origine tahitienne au mot tatouage, il n'en demeure pas moins que cette pratique était connue dès l'Antiquité de tous les peuples de la planète. Ainsi Otzi, l'homme des glaces, découvert dans les Alpes, mort 3500 ans avant notre ère actuelle, arborait déjà des tatouages. En Chine, des momies tatouées ont été trouvées datant du deuxième millénaire avant notre ère. Chez nous, en Afrique du Nord, le tatouage est pratiqué aussi bien par les femmes que par les hommes, comme nous le verrons plus loin.
Les raisons
d'un tatouage
Le tatouage est à la fois un signe d'identification sociale et la recherche d'une perfection physique, voire un signe de rébellion face à un ordre établi qui ne répond pas aux attentes et espérances.
En tant que signe d'identification, le tatouage est une manière d'afficher son appartenance à un groupe social, à une tribu. L'homme est un animal social, aussi a-t-il besoin de se sentir aimé par le groupe dans lequel il vit. Le tatouage sera donc le moyen de le montrer, l'homme, de par son identification au groupe, se déstresse et, en cas de coup dur, il saura sur qui compter.
Cela constitue ainsi une mesure de défense et de sécurisation de soi. Par ailleurs, le tatouage est la forme ancienne du maquillage mais sous une forme pérenne. Chaque dessin, chaque motif du tatouage a une signification particulière et c'est un symbole de l'objet recherché. Enfin, le tatouage témoigne du refus de vivre dans un moule prédéfini par l'autorité non reconnue et qui s'impose par la violence et la force. Cette façon de s'exprimer témoigne donc de l'impossibilité d'extérioriser, par d'autres voies, le rejet de l'oppression à l'origine de la frustration de ne pouvoir jouir d'une liberté d'expression. Le corps devient alors un exutoire.
Le tatouage
dans notre pays
Le tatouage dans notre pays est une pratique qui remonte à des temps très anciens. Chez nous également nous retrouvons les mêmes raisons citées plus haut. Au plan esthétique, le tatouage de la femme berbère se présente sous forme de motifs géométriques, motifs que l'on retrouve également dans une expression artistique plus globale, décors muraux, bijouterie, poterie, tapis. Ces dessins sont souvent la symbolique d'animaux ( mais pas seulement ) où nous retrouvons toujours l'ambivalence des choses, c'est-à-dire le refus d'un manichéisme. Ainsi, le serpent ou le scorpion par exemple ne sont pas totalement des êtres négatifs. (Voir à ce sujet l'intéressant ouvrage de M. Akli Haddadou «Le guide de la culture berbère». On outre, le tatouage dans nos contrées et, par extension dans toute l'Afrique du Nord, renvoie aussi à l'expression de la douleur mais aussi à la résistance et l'irrédentisme, autrement dit, les femmes se tatouaient des anneaux au niveau des chevilles, en référence aux chaînes traînées par leurs maris en déportation. Nous voyons bien que le tatouage est un cri du cœur de la femme éplorée. Pratique donc connue de nos ancêtres et expression tour à tour de l'irrédentisme à travers les siècles, mais également une recherche esthétique. En plus de cela, le mot berbère qui signifie tatouer (acheradhe ) veut dire également vacciner, car il s'agit à ce niveau d'une inoculation par la scarification, (donc même procédé dans tous les cas mais avec des buts différents).
Le tatouage aujourd'hui
Dans les pays du Nord, il y a un retour du tatouage. Est-il un phénomène de mode et un caprice de nantis ? Peut-être, mais ce qui est certain, c'est l'expression revendicative d'une individualité face au nivellement des comportements et valeurs voulu par une mondialisation effrénée.
Si on reconnaît une origine tahitienne au mot tatouage, il n'en demeure pas moins que cette pratique était connue dès l'Antiquité de tous les peuples de la planète. Ainsi Otzi, l'homme des glaces, découvert dans les Alpes, mort 3500 ans avant notre ère actuelle, arborait déjà des tatouages. En Chine, des momies tatouées ont été trouvées datant du deuxième millénaire avant notre ère. Chez nous, en Afrique du Nord, le tatouage est pratiqué aussi bien par les femmes que par les hommes, comme nous le verrons plus loin.
Les raisons
d'un tatouage
Le tatouage est à la fois un signe d'identification sociale et la recherche d'une perfection physique, voire un signe de rébellion face à un ordre établi qui ne répond pas aux attentes et espérances.
En tant que signe d'identification, le tatouage est une manière d'afficher son appartenance à un groupe social, à une tribu. L'homme est un animal social, aussi a-t-il besoin de se sentir aimé par le groupe dans lequel il vit. Le tatouage sera donc le moyen de le montrer, l'homme, de par son identification au groupe, se déstresse et, en cas de coup dur, il saura sur qui compter.
Cela constitue ainsi une mesure de défense et de sécurisation de soi. Par ailleurs, le tatouage est la forme ancienne du maquillage mais sous une forme pérenne. Chaque dessin, chaque motif du tatouage a une signification particulière et c'est un symbole de l'objet recherché. Enfin, le tatouage témoigne du refus de vivre dans un moule prédéfini par l'autorité non reconnue et qui s'impose par la violence et la force. Cette façon de s'exprimer témoigne donc de l'impossibilité d'extérioriser, par d'autres voies, le rejet de l'oppression à l'origine de la frustration de ne pouvoir jouir d'une liberté d'expression. Le corps devient alors un exutoire.
Le tatouage
dans notre pays
Le tatouage dans notre pays est une pratique qui remonte à des temps très anciens. Chez nous également nous retrouvons les mêmes raisons citées plus haut. Au plan esthétique, le tatouage de la femme berbère se présente sous forme de motifs géométriques, motifs que l'on retrouve également dans une expression artistique plus globale, décors muraux, bijouterie, poterie, tapis. Ces dessins sont souvent la symbolique d'animaux ( mais pas seulement ) où nous retrouvons toujours l'ambivalence des choses, c'est-à-dire le refus d'un manichéisme. Ainsi, le serpent ou le scorpion par exemple ne sont pas totalement des êtres négatifs. (Voir à ce sujet l'intéressant ouvrage de M. Akli Haddadou «Le guide de la culture berbère». On outre, le tatouage dans nos contrées et, par extension dans toute l'Afrique du Nord, renvoie aussi à l'expression de la douleur mais aussi à la résistance et l'irrédentisme, autrement dit, les femmes se tatouaient des anneaux au niveau des chevilles, en référence aux chaînes traînées par leurs maris en déportation. Nous voyons bien que le tatouage est un cri du cœur de la femme éplorée. Pratique donc connue de nos ancêtres et expression tour à tour de l'irrédentisme à travers les siècles, mais également une recherche esthétique. En plus de cela, le mot berbère qui signifie tatouer (acheradhe ) veut dire également vacciner, car il s'agit à ce niveau d'une inoculation par la scarification, (donc même procédé dans tous les cas mais avec des buts différents).
Le tatouage aujourd'hui
Dans les pays du Nord, il y a un retour du tatouage. Est-il un phénomène de mode et un caprice de nantis ? Peut-être, mais ce qui est certain, c'est l'expression revendicative d'une individualité face au nivellement des comportements et valeurs voulu par une mondialisation effrénée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.