Les centres régionaux de la télévision et autres médias sont à même de consolider l'information de proximité    «Nous sommes tous oranais»    Saisie de 7.215 comprimés psychotropes    SIRAT (MOSTAGANEM) : Une unité de transformation de plastique ravagée par le feu    GAID SALAH AFFIRME : Tebboune est apte à mener l'Algérie vers un avenir meilleur    LA WILAYA A ECHAPPE A UNE FORTE PRESSION DURANT L'ETE GRACE AU MAO : Gaspillage d'eau potable à Mascara    LOGEMENTS LPA A ORAN : La longue attente des souscripteurs    SIDI BEL ABBES : 942 infractions et retrait de 492 permis de conduire    SOVAC dément avoir été suspendu par Volkswagen    Mohamed Yamani annonce son retrait du mouvement sportif national    Real : Zidane évoque la situation de Gareth Bale    Soutien au peuple sahraoui: le Polisario salue la solidarité de la société civile belge    Coupe arabe/MCA-Al-Quwa Al-Jawiya: le "Doyen" vise les quarts sur fond de crise    Tunisie: difficulté à former un nouveau gouvernement, les partis divisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Quel sort pour le FLN ?    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    Le début d'une nouvelle phase ?    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Liban: des dizaines de blessés dans des heurts entre policiers et manifestants    ACTUCULT    Projet de traduction de plusieurs textes de la littérature populaire    L'exil et l'histoire, de l'Algérie au Moyen-Orient    Des souverains et chefs d'Etat félicitent le président élu Tebboune    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    L'Algérien Ryad Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Inscription de la musique gnaoua    Une statue de Ramsès II retrouvée près de Memphis    La journée décisive du jeudi 12 décembre    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





bouillonnement caché
Majda Benchabane, plasticienne
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2008

Passionnée de dessin dès l'enfance, Majda Benchabane, psychoclinicienne de formation, fait usage de ce merveilleux outil pour s'exprimer et dégager ses états d'âme et sentiments enfuis au fond de son être hypersensible. Les travaux s'accumulent. Elle s'affirme en révélant sa personnalité passionnément. Elle réfléchit pour pousser les limites de sa création plastique, synthétise ses idées et les met en forme grâce à des tons qui vont du froid au torride. Chaque tableau que défile le regard du spectateur, suggère, mais n'explique pas totalement. Plutôt de nature discrète, elle laisse son travail pictural parler pour elle, à travers des œuvres qui surfent entre le semi-figuratif et l'expressionnisme abstrait.
Passionnée de dessin dès l'enfance, Majda Benchabane, psychoclinicienne de formation, fait usage de ce merveilleux outil pour s'exprimer et dégager ses états d'âme et sentiments enfuis au fond de son être hypersensible. Les travaux s'accumulent. Elle s'affirme en révélant sa personnalité passionnément. Elle réfléchit pour pousser les limites de sa création plastique, synthétise ses idées et les met en forme grâce à des tons qui vont du froid au torride. Chaque tableau que défile le regard du spectateur, suggère, mais n'explique pas totalement. Plutôt de nature discrète, elle laisse son travail pictural parler pour elle, à travers des œuvres qui surfent entre le semi-figuratif et l'expressionnisme abstrait.
Vous êtes une jeune plasticienne qui n'a pas suivi de parcours académique dans la peinture. Mais lorsqu'on observe vos œuvres, le spectateur a l'impression que vous engrangez une expérience assez longue dans ce domaine. A quoi attribuez-vous cette irrésistible soif de peindre ?
Je dois dire que l'expérience n'est pas si longue mais le travail a été intense, durant une courte durée, soit près de trois années. La soif de m'initier à la peinture à l'huile est venue suite à une succession d'expériences avec différents médiums, mais l'huile est restée pour moi, la technique favorite, de par sa souplesse, mais aussi sa brillance ! Aussi, cette irrésistible soif de peindre est due à une envie de s'exprimer, dans un langage muet, favorable à la suggestion et à l'émotion sous toutes ses formes.
Vous vous projetez avec force dans une sorte d'inconnu au point de confondre votre travail avec celui picassien.
Avec toute humilité, je ne pense pas que je pourrais, un jour, confondre mon travail avec celui de Picasso. Le seul point en commun avec la peinture picassienne est cette touche semi abstraite qui est venue en son temps révolutionner le monde de la peinture moderne et que j'emprunte aujourd'hui pour rester dans ce «entre-deux» de la réalité figurée et de l'abstrait confus.
Vos œuvres révèlent ce désir d'explorer intensément votre être. Serait-ce le fruit de votre formation de psychologue clinicienne ?
Entre autre, oui, mais cela est venu aussi suite a une maturité identitaire, avec ce besoin de créer et d'exister, à travers mes créations plastiques. Etant réservée de nature, j'ai trouvé dans l'expression de la peinture le parfait exil.
Vous déclinez à travers votre univers pictural un travail où les formes spirales sont criantes. C'est un choix délibéré ou cela reste un mystère enfoui en vous ?
Ce n'est ni un choix, ni un mystère, sinon un besoin de tourner et de laisser le pinceau glisser en rondeur. Il y a aussi cette notion d'infini qui se trouve dans ces spirales, on ne voit pas la fin, c'est un extérieur et un intérieur entremêlé.
On ressent parfois cette impression dichotomique exprimée dans le sensuel et le violent. Comment expliquez-vous cette dualité ?
C'est la dualité qui existe en chaque être. En prendre conscience et l'exprimer pourrait être une forme de thérapie, mais pour ma part, cela reste instinctif. C'est dans la quête de l'équilibre. Qu'il soit devant nous, en nous, dans les couleurs, ou dans les formes, on le cherche, on le trouve, éphémère soit-il et on l'inscrit pour ne plus le perdre.
Il y a comme une poésie secrète dans votre gestuelle qui confère un certain esthétisme à vos réalisations. Cela reflète-t-il un trait de votre caractère ?
Je pense que cette gestuelle n'est pas forcément un trait de ma personnalité, car l'esthétisme est le fruit de cet équilibre recherché dont j'ai parlé précédemment. Mon trait demeure, toutefois, cette perpétuelle quête d'harmonie, d'esthétique et de suggestion.
Pouvez-vous nous édifier sur votre prochaine exposition ? Le thème, la technique…
Je n'ai, malheureusement, aucune idée de la date de la prochaine exposition, en espérant au fond de moi qu'elle se fera bientôt, probablement en décembre, où j'aborderai le thème de l'émotion sous toutes ses formes, avec la technique de peinture à l'huile sur différents supports (toile, carton…)
Propos recueillis par F. B-H.
Vous êtes une jeune plasticienne qui n'a pas suivi de parcours académique dans la peinture. Mais lorsqu'on observe vos œuvres, le spectateur a l'impression que vous engrangez une expérience assez longue dans ce domaine. A quoi attribuez-vous cette irrésistible soif de peindre ?
Je dois dire que l'expérience n'est pas si longue mais le travail a été intense, durant une courte durée, soit près de trois années. La soif de m'initier à la peinture à l'huile est venue suite à une succession d'expériences avec différents médiums, mais l'huile est restée pour moi, la technique favorite, de par sa souplesse, mais aussi sa brillance ! Aussi, cette irrésistible soif de peindre est due à une envie de s'exprimer, dans un langage muet, favorable à la suggestion et à l'émotion sous toutes ses formes.
Vous vous projetez avec force dans une sorte d'inconnu au point de confondre votre travail avec celui picassien.
Avec toute humilité, je ne pense pas que je pourrais, un jour, confondre mon travail avec celui de Picasso. Le seul point en commun avec la peinture picassienne est cette touche semi abstraite qui est venue en son temps révolutionner le monde de la peinture moderne et que j'emprunte aujourd'hui pour rester dans ce «entre-deux» de la réalité figurée et de l'abstrait confus.
Vos œuvres révèlent ce désir d'explorer intensément votre être. Serait-ce le fruit de votre formation de psychologue clinicienne ?
Entre autre, oui, mais cela est venu aussi suite a une maturité identitaire, avec ce besoin de créer et d'exister, à travers mes créations plastiques. Etant réservée de nature, j'ai trouvé dans l'expression de la peinture le parfait exil.
Vous déclinez à travers votre univers pictural un travail où les formes spirales sont criantes. C'est un choix délibéré ou cela reste un mystère enfoui en vous ?
Ce n'est ni un choix, ni un mystère, sinon un besoin de tourner et de laisser le pinceau glisser en rondeur. Il y a aussi cette notion d'infini qui se trouve dans ces spirales, on ne voit pas la fin, c'est un extérieur et un intérieur entremêlé.
On ressent parfois cette impression dichotomique exprimée dans le sensuel et le violent. Comment expliquez-vous cette dualité ?
C'est la dualité qui existe en chaque être. En prendre conscience et l'exprimer pourrait être une forme de thérapie, mais pour ma part, cela reste instinctif. C'est dans la quête de l'équilibre. Qu'il soit devant nous, en nous, dans les couleurs, ou dans les formes, on le cherche, on le trouve, éphémère soit-il et on l'inscrit pour ne plus le perdre.
Il y a comme une poésie secrète dans votre gestuelle qui confère un certain esthétisme à vos réalisations. Cela reflète-t-il un trait de votre caractère ?
Je pense que cette gestuelle n'est pas forcément un trait de ma personnalité, car l'esthétisme est le fruit de cet équilibre recherché dont j'ai parlé précédemment. Mon trait demeure, toutefois, cette perpétuelle quête d'harmonie, d'esthétique et de suggestion.
Pouvez-vous nous édifier sur votre prochaine exposition ? Le thème, la technique…
Je n'ai, malheureusement, aucune idée de la date de la prochaine exposition, en espérant au fond de moi qu'elle se fera bientôt, probablement en décembre, où j'aborderai le thème de l'émotion sous toutes ses formes, avec la technique de peinture à l'huile sur différents supports (toile, carton…)
Propos recueillis par F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.