Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





bouillonnement caché
Majda Benchabane, plasticienne
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2008

Passionnée de dessin dès l'enfance, Majda Benchabane, psychoclinicienne de formation, fait usage de ce merveilleux outil pour s'exprimer et dégager ses états d'âme et sentiments enfuis au fond de son être hypersensible. Les travaux s'accumulent. Elle s'affirme en révélant sa personnalité passionnément. Elle réfléchit pour pousser les limites de sa création plastique, synthétise ses idées et les met en forme grâce à des tons qui vont du froid au torride. Chaque tableau que défile le regard du spectateur, suggère, mais n'explique pas totalement. Plutôt de nature discrète, elle laisse son travail pictural parler pour elle, à travers des œuvres qui surfent entre le semi-figuratif et l'expressionnisme abstrait.
Passionnée de dessin dès l'enfance, Majda Benchabane, psychoclinicienne de formation, fait usage de ce merveilleux outil pour s'exprimer et dégager ses états d'âme et sentiments enfuis au fond de son être hypersensible. Les travaux s'accumulent. Elle s'affirme en révélant sa personnalité passionnément. Elle réfléchit pour pousser les limites de sa création plastique, synthétise ses idées et les met en forme grâce à des tons qui vont du froid au torride. Chaque tableau que défile le regard du spectateur, suggère, mais n'explique pas totalement. Plutôt de nature discrète, elle laisse son travail pictural parler pour elle, à travers des œuvres qui surfent entre le semi-figuratif et l'expressionnisme abstrait.
Vous êtes une jeune plasticienne qui n'a pas suivi de parcours académique dans la peinture. Mais lorsqu'on observe vos œuvres, le spectateur a l'impression que vous engrangez une expérience assez longue dans ce domaine. A quoi attribuez-vous cette irrésistible soif de peindre ?
Je dois dire que l'expérience n'est pas si longue mais le travail a été intense, durant une courte durée, soit près de trois années. La soif de m'initier à la peinture à l'huile est venue suite à une succession d'expériences avec différents médiums, mais l'huile est restée pour moi, la technique favorite, de par sa souplesse, mais aussi sa brillance ! Aussi, cette irrésistible soif de peindre est due à une envie de s'exprimer, dans un langage muet, favorable à la suggestion et à l'émotion sous toutes ses formes.
Vous vous projetez avec force dans une sorte d'inconnu au point de confondre votre travail avec celui picassien.
Avec toute humilité, je ne pense pas que je pourrais, un jour, confondre mon travail avec celui de Picasso. Le seul point en commun avec la peinture picassienne est cette touche semi abstraite qui est venue en son temps révolutionner le monde de la peinture moderne et que j'emprunte aujourd'hui pour rester dans ce «entre-deux» de la réalité figurée et de l'abstrait confus.
Vos œuvres révèlent ce désir d'explorer intensément votre être. Serait-ce le fruit de votre formation de psychologue clinicienne ?
Entre autre, oui, mais cela est venu aussi suite a une maturité identitaire, avec ce besoin de créer et d'exister, à travers mes créations plastiques. Etant réservée de nature, j'ai trouvé dans l'expression de la peinture le parfait exil.
Vous déclinez à travers votre univers pictural un travail où les formes spirales sont criantes. C'est un choix délibéré ou cela reste un mystère enfoui en vous ?
Ce n'est ni un choix, ni un mystère, sinon un besoin de tourner et de laisser le pinceau glisser en rondeur. Il y a aussi cette notion d'infini qui se trouve dans ces spirales, on ne voit pas la fin, c'est un extérieur et un intérieur entremêlé.
On ressent parfois cette impression dichotomique exprimée dans le sensuel et le violent. Comment expliquez-vous cette dualité ?
C'est la dualité qui existe en chaque être. En prendre conscience et l'exprimer pourrait être une forme de thérapie, mais pour ma part, cela reste instinctif. C'est dans la quête de l'équilibre. Qu'il soit devant nous, en nous, dans les couleurs, ou dans les formes, on le cherche, on le trouve, éphémère soit-il et on l'inscrit pour ne plus le perdre.
Il y a comme une poésie secrète dans votre gestuelle qui confère un certain esthétisme à vos réalisations. Cela reflète-t-il un trait de votre caractère ?
Je pense que cette gestuelle n'est pas forcément un trait de ma personnalité, car l'esthétisme est le fruit de cet équilibre recherché dont j'ai parlé précédemment. Mon trait demeure, toutefois, cette perpétuelle quête d'harmonie, d'esthétique et de suggestion.
Pouvez-vous nous édifier sur votre prochaine exposition ? Le thème, la technique…
Je n'ai, malheureusement, aucune idée de la date de la prochaine exposition, en espérant au fond de moi qu'elle se fera bientôt, probablement en décembre, où j'aborderai le thème de l'émotion sous toutes ses formes, avec la technique de peinture à l'huile sur différents supports (toile, carton…)
Propos recueillis par F. B-H.
Vous êtes une jeune plasticienne qui n'a pas suivi de parcours académique dans la peinture. Mais lorsqu'on observe vos œuvres, le spectateur a l'impression que vous engrangez une expérience assez longue dans ce domaine. A quoi attribuez-vous cette irrésistible soif de peindre ?
Je dois dire que l'expérience n'est pas si longue mais le travail a été intense, durant une courte durée, soit près de trois années. La soif de m'initier à la peinture à l'huile est venue suite à une succession d'expériences avec différents médiums, mais l'huile est restée pour moi, la technique favorite, de par sa souplesse, mais aussi sa brillance ! Aussi, cette irrésistible soif de peindre est due à une envie de s'exprimer, dans un langage muet, favorable à la suggestion et à l'émotion sous toutes ses formes.
Vous vous projetez avec force dans une sorte d'inconnu au point de confondre votre travail avec celui picassien.
Avec toute humilité, je ne pense pas que je pourrais, un jour, confondre mon travail avec celui de Picasso. Le seul point en commun avec la peinture picassienne est cette touche semi abstraite qui est venue en son temps révolutionner le monde de la peinture moderne et que j'emprunte aujourd'hui pour rester dans ce «entre-deux» de la réalité figurée et de l'abstrait confus.
Vos œuvres révèlent ce désir d'explorer intensément votre être. Serait-ce le fruit de votre formation de psychologue clinicienne ?
Entre autre, oui, mais cela est venu aussi suite a une maturité identitaire, avec ce besoin de créer et d'exister, à travers mes créations plastiques. Etant réservée de nature, j'ai trouvé dans l'expression de la peinture le parfait exil.
Vous déclinez à travers votre univers pictural un travail où les formes spirales sont criantes. C'est un choix délibéré ou cela reste un mystère enfoui en vous ?
Ce n'est ni un choix, ni un mystère, sinon un besoin de tourner et de laisser le pinceau glisser en rondeur. Il y a aussi cette notion d'infini qui se trouve dans ces spirales, on ne voit pas la fin, c'est un extérieur et un intérieur entremêlé.
On ressent parfois cette impression dichotomique exprimée dans le sensuel et le violent. Comment expliquez-vous cette dualité ?
C'est la dualité qui existe en chaque être. En prendre conscience et l'exprimer pourrait être une forme de thérapie, mais pour ma part, cela reste instinctif. C'est dans la quête de l'équilibre. Qu'il soit devant nous, en nous, dans les couleurs, ou dans les formes, on le cherche, on le trouve, éphémère soit-il et on l'inscrit pour ne plus le perdre.
Il y a comme une poésie secrète dans votre gestuelle qui confère un certain esthétisme à vos réalisations. Cela reflète-t-il un trait de votre caractère ?
Je pense que cette gestuelle n'est pas forcément un trait de ma personnalité, car l'esthétisme est le fruit de cet équilibre recherché dont j'ai parlé précédemment. Mon trait demeure, toutefois, cette perpétuelle quête d'harmonie, d'esthétique et de suggestion.
Pouvez-vous nous édifier sur votre prochaine exposition ? Le thème, la technique…
Je n'ai, malheureusement, aucune idée de la date de la prochaine exposition, en espérant au fond de moi qu'elle se fera bientôt, probablement en décembre, où j'aborderai le thème de l'émotion sous toutes ses formes, avec la technique de peinture à l'huile sur différents supports (toile, carton…)
Propos recueillis par F. B-H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.