2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le militant amazigh enterré par les siens
Obsèques à Merouana de Ammar Negadi, le doyen du MCA
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 12 - 2008

Ammar Negadi n'est plus. Ce grand militant auressien du mouvement berbère s'est éteint mardi 2 décembre, à l'âge de 65 ans, à Paris où il résidait depuis quelques années.
Ce militant infatigable du mouvement amazigh fut l'un des rares membres chaouis de l'Académie berbère créée en France en 1965. Il est considéré par ses pairs comme le doyen des militants du MCA dans les Aurès. Sa prise de conscience du «fait berbère» remonte, en effet, aux années 1960, époque où l'on ne faisait, dans les Aurès, que panser ses blessures et renouer peu à peu avec la paix après sept ans de guerre et de souffrances, reléguant ainsi au second plan tous les autres combats, y compris celui de la lutte contre la négation identitaire. Il faut rappeler aussi que sa région constituait à l'époque une chasse gardée et qu'il y était hors de question de voir naître une contestation qui remettrait en cause l'idéologie panarabiste du régime de l'époque. Ainsi, ne pouvant guère s'accommoder de cette atmosphère faite d'unanimisme politique et de régression culturelle, Negadi choisit l'exil à la recherche d'un cadre propice pour continuer son combat en vue de la reconnaissance de l'identité de son peuple. Arrivé en France, il adhéra dès 1974 à l'Académie Berbère dirigée à l'époque par l'autre grand militant, en l'occurrence Mohand Arab Bessaoud qui l'avait chaleureusement accueilli en le faisant d'ailleurs élire secrétaire général au comité d'Agraw Imazighen de Paris-Région parisienne. Ses premiers écrits furent signés Amar des Aurès pour devenir ensuite Amar Chaoui, pseudonyme qui lui restera collé jusqu'à ce jour dans le mouvement amazigh. La propagation de ces écrits et ses multiples correspondances à l'adresse de ses compatriotes auressiens ont eu un impact positif dans la région puisqu' elles ont contribué à y essaimer au maximum les tifinagh, sensibiliser les masses et répandre les idées qui sous-tendent le combat amazigh. En 1975, il quitte l'Académie Berbère suite à une grave crise qui a secoué cette organisation et qui a vu Mohand Arab Bessaoud expulsé de France vers l'Angleterre. Il demeure, néanmoins, en étroite relation avec d'anciens camarades et suit, de loin, les activités du mouvement qui commence à prendre de l'ampleur aussi bien en France qu'en Algérie.(…) Le rapatriement du corps du défunt a eu lieu ce mercredi 10 décembre à l'aéroport international de Batna. Les responsables de l'Association culturelle Belezma s'affairent à organiser des obsèques à la hauteur du grand militant que fut Ammar Negadi. L'enterrement a lieu aujourd'hui, dans sa ville natale, Merouana, pour permettre aux nombreux militants auressiens, qui afflueront sûrement des quatre coins des Aurès, d'accompagner Dadda Ammar à sa dernière demeure.
S. G.
Ammar Negadi n'est plus. Ce grand militant auressien du mouvement berbère s'est éteint mardi 2 décembre, à l'âge de 65 ans, à Paris où il résidait depuis quelques années.
Ce militant infatigable du mouvement amazigh fut l'un des rares membres chaouis de l'Académie berbère créée en France en 1965. Il est considéré par ses pairs comme le doyen des militants du MCA dans les Aurès. Sa prise de conscience du «fait berbère» remonte, en effet, aux années 1960, époque où l'on ne faisait, dans les Aurès, que panser ses blessures et renouer peu à peu avec la paix après sept ans de guerre et de souffrances, reléguant ainsi au second plan tous les autres combats, y compris celui de la lutte contre la négation identitaire. Il faut rappeler aussi que sa région constituait à l'époque une chasse gardée et qu'il y était hors de question de voir naître une contestation qui remettrait en cause l'idéologie panarabiste du régime de l'époque. Ainsi, ne pouvant guère s'accommoder de cette atmosphère faite d'unanimisme politique et de régression culturelle, Negadi choisit l'exil à la recherche d'un cadre propice pour continuer son combat en vue de la reconnaissance de l'identité de son peuple. Arrivé en France, il adhéra dès 1974 à l'Académie Berbère dirigée à l'époque par l'autre grand militant, en l'occurrence Mohand Arab Bessaoud qui l'avait chaleureusement accueilli en le faisant d'ailleurs élire secrétaire général au comité d'Agraw Imazighen de Paris-Région parisienne. Ses premiers écrits furent signés Amar des Aurès pour devenir ensuite Amar Chaoui, pseudonyme qui lui restera collé jusqu'à ce jour dans le mouvement amazigh. La propagation de ces écrits et ses multiples correspondances à l'adresse de ses compatriotes auressiens ont eu un impact positif dans la région puisqu' elles ont contribué à y essaimer au maximum les tifinagh, sensibiliser les masses et répandre les idées qui sous-tendent le combat amazigh. En 1975, il quitte l'Académie Berbère suite à une grave crise qui a secoué cette organisation et qui a vu Mohand Arab Bessaoud expulsé de France vers l'Angleterre. Il demeure, néanmoins, en étroite relation avec d'anciens camarades et suit, de loin, les activités du mouvement qui commence à prendre de l'ampleur aussi bien en France qu'en Algérie.(…) Le rapatriement du corps du défunt a eu lieu ce mercredi 10 décembre à l'aéroport international de Batna. Les responsables de l'Association culturelle Belezma s'affairent à organiser des obsèques à la hauteur du grand militant que fut Ammar Negadi. L'enterrement a lieu aujourd'hui, dans sa ville natale, Merouana, pour permettre aux nombreux militants auressiens, qui afflueront sûrement des quatre coins des Aurès, d'accompagner Dadda Ammar à sa dernière demeure.
S. G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.