Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INTELLECTUEL, LE RESPONSABLE ET LE CITOYEN
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 05 - 2015

Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse. Proverbe
Dans un état de droit, dans un état démocratique, dans un état de justice, d'égalité et de dignité, qu'il soit libéral, socialiste, communiste ou capitaliste. Je récite activement mes devoirs et j'assume socialement mes obligations tout cela dans le cadre axiologique pour la préservation de la république et des valeurs universelles et institutionnelles .C'est dans ce cadre que devrait se jouer l'engagement sincère de l'esprit de l'homme « citoyen », de l'homme « intellectuel » et de l'homme « responsable ».
Et pour s'affirmer toujours plus en valeur ajoutée morale, spirituelle et matérielle, les trois types d'hommes devront faire de la rectitude, la droiture, de l'impassibilité, de la rationalité et de la fermeté la Mecque qui guide leurs actes et leurs comportements en prière.
Le refus d'endosser le rôle de l'intellectuel, du responsable et du citoyen , laissera sans aucun doute les forces contraires aux valeurs que je viens de citer, et que la majorité du « Ghachis » pense faiblement, honteusement et tout bas pour les défendre verbalement ( esprit d'assisté) .Par contre, les intellectuels devront par principe ,imposer tout haut et fort leurs pensées de justice, d'action et d'abnégation qui concilient la vérité, la probité, éthique et l'humilité dans une discipline tracée et ce dans un contexte sociétaire; sinon bonjour ! Pour un silence social qui dure suite à un long sommeil de la plèbe ou « ghachis » .Ces derniers, ne pourront devenir un peuple qu'après un réveil conscient des intellections. Einstein disait vrai « le monde ne sera pas détruit par ceux qui font du mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire » .avant d'entamer le propre du sujet il s'agit peut être de définir ce que s'est un intellectuel pour mieux s'aventurer dans cette modeste contribution.
Qui est l'intellectuel ?
Un intellectuel ou lettré, dans le jargon parlé intellecto-intellect.
C'est celui qui a tendance à privilégier une activité créatrice de l'esprit pour le plaisir de l'intelligence (intelligence=est la faculté de comprendre de discerner et de saisir par la pensée) que se soit une création, une œuvre ou une chose, c'est aussi la faculté de forger et de mieux maitriser et saisir les concepts.
Quel est l'espace favorable de l'intellectuel ?
Il y a aussi, l'intellectualisme : c'est la philosophie doctrinale qui affirme la prééminence de l'intelligence sur les sentiments et la volonté. La conception doit nécessairement et obligatoirement mise en œuvre dans le cadre de la citoyenneté .Cette dernière devrait être créer par tout moyen dans un cadre de projet de société.
Comment reconnait-on les intellectuels ?
Alors que l'intellection représente l'activité fondamentale de l'intellectuel dans les secteurs suivant l'art-la culture-la science-la technologie-la religion-la politique.....
L'intellectuel d'ailleurs , est en général un penseur respectable qui intervient dans le débat politique, scientifique, culturel, économique pour prendre position, défendre les valeurs ou proposer des solutions aux problèmes rencontrés au niveau de la société, de son projet de société, de son modèle de développement, de sa croissance économique, de sa stratégie de son développement économique culturelle et sociale , de son cadre de vie de l'amélioration de la vie des citoyens, de la gestion efficace des institutions politiques, administratives, économiques et sociales....
l'intellectuel est reconnu comme un esprit créateur ,un esprit
culturel, un esprit producteur, un esprit consommateur, un esprit politique , un idéologue... .
L'intellectuel et la crise de société
En effet, la crise multidimensionnelle
(politique-économique-sociale-culturelle...) que nous vivons actuellement en Algérie suppose des difficultés immenses et surtout des défis gigantesques à relever. Cette crise appelle nos intellectuels à reconsidérer notre propre système (politique –économique –social-culturel...) et de faire des choix judicieux pour s'en remettre de plus belle.
L'intellectuel n'est pas un commentateur public
Le choix de l'esprit d'engagement et de l'action à susciter et à accomplir dans la vie publique et politique de manière à ne pas déserter le devoir et l'obligation qui sont en nous en toute égalité, en toute légalité, en toute justice et en toute dignité. Il faut en tant qu'obligation morale repenser le rôle de l'intellectuel dans notre société. Ne plus être un simple commentateur de l'actualité quotidienne mais reconquérir le rôle d'acteur pour assumer la véritable responsabilité historique de figure de penseur et activant avec un engagement utile dans les grands débats de la vie du pays pour tenter de défendre ses valeurs et ses idées, de modèles économiques, politiques, éducatives, culturels...., dans le cadre de la justice.
L'intellectuel et la politique
La politique est un terrain propre à l'intellectuel qui sert à défendre dans toutes circonstances ses idées et ses convictions comme disait J. Jaurès. « Le courage c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel ». Le rôle d'acteur réservé aux intellectuels, est désormais assumé par tout le monde verbalement dans des cercles acculturés, cafés, « halqate »( rencontres)....
Nos personnalités politiques en appellent fortement à cette mise en œuvre de la société pour effacer les véritables intellectuels et les mettre soit en retrait, soit les marginaliser pour mieux les mimer avec un faux esprit. De l'autre part, la démission de l'intellect vis-à-vis de la société laissera sans aucun doute un espace favorable pour les médiocres, exactement comme cette maxime schématisante qui dit : « celui qui arrache les terres aux arabes pour en faire des terres arables ».
La rente fait mal à l'intellectuel
La rente sert l'intérêt matériel des prédateurs pour mieux s'empiffrer et chasse les idées des intellects pour bien les ignorer.
La réalité est qu'un désengagement total et croissant des « intellectuels », des « responsables » et des « citoyens » dans la vie politique sociale et autres domaine, laissera sans aucun doute le terrain aux carriéristes, aux responsables cupides, aux affairistes faucons, aux médiocres...
Cette démobilisation spirituelle peut être exprimer aussi par une très forte abstention lors des élections pour montrer leurs désengagements, alors comment peut on trouver le moyen d'engager fortement les « citoyens », les « intellectuels » et les «
responsables » dans la vie publique .Une question que les
véritables intellectuels engagés devront y apporter ?.
Au mieux, ceux qui se disent aujourd'hui intellect et se contentent seulement de décrire la société en tant que telle sans vraiment apporter de réelle valeur ajoutée au trois dimensions, à leurs propos ou analyses.
Le rôle de l'intellectuel en Algérie a pris une tournure dans son quotidien, car il se rabat, se borne et se satisfait d'épiloguer c'est-à-dire « critiquer » l'actualité, de décrire mauvaisement la société et d'inventorier les problèmes quotidiens sans pour autant s'engager dans le débat politique, sociale et autres.
Un intellectuel devrait en principe évoquer des solutions à mettre en œuvre ou préciser des grandes orientations pour faire évoluer la société vers la « citoyenneté ».
Là encore quel que soit le maillot politique dans le terrain de la confusion des responsables soumis, on constate la même incapacité à apporter des solutions au chaos de la société. Je vois dans cette tendance à l'inaction et dans ce désengagement total de la vie économique, politique et sociale une fatalité pour éliminer toute dynamique pour aller vers une démocratie ou le citoyen sera roi, et la loi serait reine, que l'on juge en péril ou à raison nous sommes bien en crise multidimensionnelle pardi ! N'est ce pas ?
BENALLAL MOHAMED
* facebook
* twitter


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.