Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Tebboune accuse !    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    La drôle de démarche d'un syndicat    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La politique énergétique algérienne sans direction
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 11 - 10 - 2017


Par: Sarah Belhadi 10 Oct. 2017 à 08:06
Le premier ministre Ahmed Ouyahia a demandé à la Sonatrach de reprendre l'exploration des hydrocarbures de schiste, suspendue depuis 2016. Pourtant, il y a quelques mois, le gouvernement s'était engagé dans une toute autre direction en choisissant de développer les énergies renouvelables.
En avril 2017, il y a donc à peine six mois, le ministre de l'Energie de l'époque, Noureddine Boutarfa, affirmait que l'Algérie n'avait « pas besoin à court terme d'exploiter ses réserves en gaz de schiste du fait qu'elle possède d'autres ressources naturelles, notamment le gaz ».
Dans le même temps, le ministre expliquait qu'il fallait encourager le développement des énergies renouvelables afin de s'extraire de la dépendance aux énergies fossiles et assurer la sécurité énergétique du pays. Il était d'ailleurs question du lancement d'un appel d'offres pour produire près de 5000 mégawatts d'électricité solaire, mais rien n'a finalement été acté en ce sens. Après avoir vanté les mérites des énergies propres, le gouvernement fait donc machine-arrière.
Mais, en s'engageant aujourd'hui sur la voie du schiste, l'Exécutif ne pourra ignorer le désaccord de la population qui s'inquiète des conséquences possibles sur l'environnement. L'annonce de la reprise de l'exploration risque de réveiller les tensions à In Salah dans le sud du pays. En 2015, puis en 2016, les habitants avaient manifesté contre les travaux d'exploration du gaz de schiste menés par la Sonatrach dans la région.
Il n'est d'ailleurs pas inutile de rappeler que le risque émanant de manifestations, même locales, ne peut être pris à la légère. Dans un contexte économique difficile où le gouvernement ne peut plus se permettre d'acheter la paix sociale à coups de subventions, il serait donc risqué de ne pas écouter la colère des riverains, et de minimiser ses conséquences.
Le choix de l'Algérie a également de quoi surprendre dans la mesure où elle scrute les moindres signes d'une remontée des cours de l'or noir (qui ont brusquement chuté lorsque les Etats-Unis ont inondé le marché avec leur pétrole de schiste).
Il n'est donc pas évident de suivre la cohérence de l'Algérie en matière énergétique qui a longuement plaidé pour un accord de réduction de la production Opep mais qui souhaiterait aujourd'hui inonder le marché avec des hydrocarbures (gaz et pétrole) non conventionnels.
De plus, ce projet d'exploration des réserves -extrêmement onéreux et sans garantie de résultat– contraste également avec la volonté du gouvernement de réduire la dépense publique et les investissements. D'autant plus que le pays peine à attirer les capitaux internationaux.
Mais le gouvernement a-t-il le choix ? Le problème c'est que le pays, mono-exportateur, est aujourd'hui prisonnier d'une situation où il doit à la fois maintenir les exportations d'hydrocarbures à un niveau élevé pour financer son économie, et trouver un plan viable pour assurer sa sécurité énergétique dans les années à venir.
Avec une population qui passera en 2030 à 50 millions de personnes contre 41 millions aujourd'hui, les besoins en énergie sont croissants. Et, dans un contexte où la production nationale diminue et la demande augmente (accentuée d'ailleurs par des équipements ménagers importés particulièrement énergivores...), le pays pourrait se retrouver importateur s'il ne met pas rapidement en place un plan énergétique viable.
Une hausse de la demande interne à laquelle est d'ailleurs confrontée l'Arabie saoudite, autre pays pétrolier. Il n'est d'ailleurs pas à exclure que l'Algérie, sans vision sur le long terme, cherche à imiter la politique énergétique du Royaume. Engagé dans un plan de diversification de ses revenus et faisant face à une demande énergétique intérieure de plus en plus forte (qui menace les capacités d'exportation), le Royaume saoudien veut aussi tirer profit de ses réserves d'hydrocarbures non-conventionnels.
Selon l'agence Reuters, la compagnie nationale pétrolière Saudi Aramco devrait achever très prochainement des installations dans le nord-ouest du Royaume lui permettant de produire du gaz de schiste. Si officiellement il s'agit de diversifier les sources de revenus, et d'assurer sa sécurité énergétique intérieure, on ne peut évidemment exclure que l'objectif numéro 1 soit de se positionner face au schiste américain et de récupérer des parts de marché.
Mais Riyad n'a pas pour autant abandonné ses projets dans le solaire : le Royaume a d'ailleurs lancé mardi 3 octobre un projet d'énergie solaire de 300 mégawatts. « L'appel d'offre représente une étape significative pour le Programme national d'énergie renouvelable, et un pas important sur la voie de la diversification de l'énergie », a ainsi indiqué le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh.
Le Royaume prépare également l'introduction en Bourse de la compagnie nationale de pétrole logiquement prévue pour 2018. Il s'agit de son projet phare du plan de diversification économique « Vision 2030 » présenté en avril 2016.
Il y a quelques jours, Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG de la Sonatrach, a annoncé le lancement de « SH 2030 », le nouveau projet de l'entreprise nationale d'hydrocarbures. Mais, pour l'heure, aucun détail sur cette nouvelle stratégie n'a été donné.
| LIRE AUSSI : Gaz : l'Algérie, confrontée à une concurrence féroce, mise sur le schiste quitte à se contredire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.