Covid-19: réception prochaine d'une quantité de "Lovenox"    Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Europa League: Ghoulam dans l'équipe type de la 4e journée !    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Saïd Bouhadja n'est plus    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    De nombreux établissements scolaires paralysés    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, une rupture franche entre l'armée et Abdelaziz Bouteflika
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 03 - 2019

Le général Gaïd Salah a « suggéré » de recourir à la Constitution pour constater l'« empêchement » du président. Dans le contexte actuel, cela équivaut à une quasi-injonction.
Par Amir Akef
Le Monde.fr
Publié hier à 15h54, mis à jour à 09h46
La crise algérienne a connu, mardi 26 mars, un rebondissement au plus haut niveau de l'Etat : la direction de l'armée a décidé de défier la présidence d'Abdelaziz Bouteflika. Le chef de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, a en effet appelé à recourir à l'article 102 de la Constitution, qui prévoit l'« empêchement » du chef de l'Etat.
Le message, diffusé en boucle sur la télévision publique depuis la quatrième région militaire de Ouargla, scelle la rupture entre l'armée et le clan présidentiel. Ce geste d'Ahmed Gaïd Salah marque une nouvelle étape dans la crise qui secoue l'Algérie depuis plus d'un mois alors que des millions d'Algériens défilent chaque vendredi contre le maintien au pouvoir de M. Bouteflika aux cris de « dégagez le système ».
« Il faut adopter une solution qui garantisse la satisfaction de toutes les revendications légitimes du peuple algérien et le respect des dispositions de la Constitution ainsi que la continuité de la souveraineté de l'Etat, une solution de nature à être acceptée de tous », a déclaré le général Salah, nommé à la tête de l'armée en 2004 par M. Bouteflika lui-même.
Pour justifier cette intervention qui bouscule les formes, le chef de l'armée a mis l'accent sur les risques sécuritaires. Les manifestations contre la prolongation du quatrième mandat de Bouteflika sont restées pacifiques jusqu'à présent, a-t-il dit, mais la « situation peut être retournée ». Les manifestations « peuvent être instrumentalisées par des forces ennemies internes ou externes », a-t-il mis en garde.Lire aussi En Algérie, la protestation anti-Bouteflika ne faiblit pas
Ahmed Gaïd Salah qui, dit-on à Alger, était tenu par une « parole donnée » à M. Bouteflika au sujet de sa candidature à un cinquième mandat – auquel le chef de l'Etat a finalement renoncé le 11 mars en annulant l'élection présidentielle prévue le 18 avril – a graduellement pris ses distances à l'égard du clan présidentiel. Tout en rendant hommage au pacifisme des manifestants, il n'évoquait plus, au fil des semaines, le nom du président et s'est abstenu de soutenir la feuille de route du 11 mars prévoyant une prolongation du quatrième mandat jusqu'à une nouvelle élection présidentielle selon un calendrier non précisé. Son appel à la mise en œuvre de l'article 102 de la Constitution constitue une rupture franche entre les deux grands pôles du pouvoir en Algérie.
Formellement, le chef de l'armée ne fait que « suggérer » cette option constitutionnelle qui prévoit de faire le constat de l'« empêchement » du président de la République et la mise en œuvre d'un intérim de quarante-cinq jours exercé par le président du Conseil de la nation (Sénat) jusqu'à la tenue d'une élection présidentielle. Mais cette suggestion, dans un contexte de contestation générale du régime de Bouteflika, équivaut à une quasi-injonction adressée au Conseil constitutionnel de recourir à l'article 102.
Pour le camp présidentiel qui œuvrait encore laborieusement à la formation d'un gouvernement, la sortie du chef de l'armée est un coup dur. Vingt-quatre heures plus tôt, l'ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Amar Saadani, suppliait pratiquement, dans un entretien surréaliste au site Tout sur l'Algérie (TSA), de laisser au moins M. Bouteflika terminer son mandat jusqu'au 28 avril. Le message n'a pas été entendu, l'armée ne souhaitant pas, à l'évidence, se retrouver à cette date devant un vide institutionnel, celui d'un mandat se concluant par une vacance du pouvoir présidentiel.Portrait (en édition abonnés) : Le général Gaïd Salah, homme du sérail, voix et visage du pouvoir algérien
L'article 102 prévoit deux cas de figure, celle d'une démission, ce qui n'est pas le cas, où celui d'un « empêchement » pour raison de santé, soit la procédure désormais envisagée pour pousser Abdelaziz Bouteflika vers la sortie avant l'expiration de son mandat le 28 avril. Il reste à savoir si le Conseil constitutionnel, seule institution formellement habilité à enclencher la procédure d'empêchement « suggérée » par le chef de l'armée, s'y résoudra.
Le Conseil constitutionnel est dirigé par l'ancien ministre de la justice, Tayeb Belaïz, un homme du premier cercle du président de la République. S'il répond positivement à la « suggestion » du chef de l'armée, le Conseil constitutionnel devra constater l'empêchement « par tous moyens appropriés » avant de proposer, à l'unanimité de ses membres, au Parlement de « déclarer l'état d'empêchement ». Les deux chambres du Parlement devront se prononcer « à la majorité des deux tiers ». Dans un tel scénario, le président du Conseil de la nation, en l'occurrence, Abdelkader Bensalah, assurerait l'intérim pendant quarante-cinq jours au plus. Le gouvernement resterait en place durant cette période.
En choisissant de faire pression pour l'application de l'article 102, l'armée cherche à éviter la mise en place d'une transition dirigée par des personnalités indépendantes, soit l'option réclamée par une bonne partie des acteurs de la contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.