Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    Présidentielle: l'ANIE a réussi la mission de préserver la voix du peule    FC Barcelone : Le successeur de Piqué déjà identifié ?    SIDI BEL ABBES : 53,43 % taux de participation à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE : Un taux de participation de 44 ,24% à Oran    Rejet massif des résultats de l'élection    TIARET : Découverte d'une bombe artisanale    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Classement FIFA des dames : l'Algérie termine l'année à la 84e place    Premier League: Mané élu joueur du mois de novembre    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Présidentielle de 12 décembre : taux de participation global de 39,33 %    Abdelmadjid Tebboune élu Président de la République    Présidentielle du 12 décembre : 20 individus arrêtés à Relizane pour entrave à l'opération de vote    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    3 à 5 mois d'indisponibilité pour Atal    Transfert des centres de vote    165 foyers raccordés au gaz naturel    Mehiaoui : "Les actionnaires de la SSPA seront remplacés"    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, une rupture franche entre l'armée et Abdelaziz Bouteflika
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 03 - 2019

Le général Gaïd Salah a « suggéré » de recourir à la Constitution pour constater l'« empêchement » du président. Dans le contexte actuel, cela équivaut à une quasi-injonction.
Par Amir Akef
Le Monde.fr
Publié hier à 15h54, mis à jour à 09h46
La crise algérienne a connu, mardi 26 mars, un rebondissement au plus haut niveau de l'Etat : la direction de l'armée a décidé de défier la présidence d'Abdelaziz Bouteflika. Le chef de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, a en effet appelé à recourir à l'article 102 de la Constitution, qui prévoit l'« empêchement » du chef de l'Etat.
Le message, diffusé en boucle sur la télévision publique depuis la quatrième région militaire de Ouargla, scelle la rupture entre l'armée et le clan présidentiel. Ce geste d'Ahmed Gaïd Salah marque une nouvelle étape dans la crise qui secoue l'Algérie depuis plus d'un mois alors que des millions d'Algériens défilent chaque vendredi contre le maintien au pouvoir de M. Bouteflika aux cris de « dégagez le système ».
« Il faut adopter une solution qui garantisse la satisfaction de toutes les revendications légitimes du peuple algérien et le respect des dispositions de la Constitution ainsi que la continuité de la souveraineté de l'Etat, une solution de nature à être acceptée de tous », a déclaré le général Salah, nommé à la tête de l'armée en 2004 par M. Bouteflika lui-même.
Pour justifier cette intervention qui bouscule les formes, le chef de l'armée a mis l'accent sur les risques sécuritaires. Les manifestations contre la prolongation du quatrième mandat de Bouteflika sont restées pacifiques jusqu'à présent, a-t-il dit, mais la « situation peut être retournée ». Les manifestations « peuvent être instrumentalisées par des forces ennemies internes ou externes », a-t-il mis en garde.Lire aussi En Algérie, la protestation anti-Bouteflika ne faiblit pas
Ahmed Gaïd Salah qui, dit-on à Alger, était tenu par une « parole donnée » à M. Bouteflika au sujet de sa candidature à un cinquième mandat – auquel le chef de l'Etat a finalement renoncé le 11 mars en annulant l'élection présidentielle prévue le 18 avril – a graduellement pris ses distances à l'égard du clan présidentiel. Tout en rendant hommage au pacifisme des manifestants, il n'évoquait plus, au fil des semaines, le nom du président et s'est abstenu de soutenir la feuille de route du 11 mars prévoyant une prolongation du quatrième mandat jusqu'à une nouvelle élection présidentielle selon un calendrier non précisé. Son appel à la mise en œuvre de l'article 102 de la Constitution constitue une rupture franche entre les deux grands pôles du pouvoir en Algérie.
Formellement, le chef de l'armée ne fait que « suggérer » cette option constitutionnelle qui prévoit de faire le constat de l'« empêchement » du président de la République et la mise en œuvre d'un intérim de quarante-cinq jours exercé par le président du Conseil de la nation (Sénat) jusqu'à la tenue d'une élection présidentielle. Mais cette suggestion, dans un contexte de contestation générale du régime de Bouteflika, équivaut à une quasi-injonction adressée au Conseil constitutionnel de recourir à l'article 102.
Pour le camp présidentiel qui œuvrait encore laborieusement à la formation d'un gouvernement, la sortie du chef de l'armée est un coup dur. Vingt-quatre heures plus tôt, l'ancien secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Amar Saadani, suppliait pratiquement, dans un entretien surréaliste au site Tout sur l'Algérie (TSA), de laisser au moins M. Bouteflika terminer son mandat jusqu'au 28 avril. Le message n'a pas été entendu, l'armée ne souhaitant pas, à l'évidence, se retrouver à cette date devant un vide institutionnel, celui d'un mandat se concluant par une vacance du pouvoir présidentiel.Portrait (en édition abonnés) : Le général Gaïd Salah, homme du sérail, voix et visage du pouvoir algérien
L'article 102 prévoit deux cas de figure, celle d'une démission, ce qui n'est pas le cas, où celui d'un « empêchement » pour raison de santé, soit la procédure désormais envisagée pour pousser Abdelaziz Bouteflika vers la sortie avant l'expiration de son mandat le 28 avril. Il reste à savoir si le Conseil constitutionnel, seule institution formellement habilité à enclencher la procédure d'empêchement « suggérée » par le chef de l'armée, s'y résoudra.
Le Conseil constitutionnel est dirigé par l'ancien ministre de la justice, Tayeb Belaïz, un homme du premier cercle du président de la République. S'il répond positivement à la « suggestion » du chef de l'armée, le Conseil constitutionnel devra constater l'empêchement « par tous moyens appropriés » avant de proposer, à l'unanimité de ses membres, au Parlement de « déclarer l'état d'empêchement ». Les deux chambres du Parlement devront se prononcer « à la majorité des deux tiers ». Dans un tel scénario, le président du Conseil de la nation, en l'occurrence, Abdelkader Bensalah, assurerait l'intérim pendant quarante-cinq jours au plus. Le gouvernement resterait en place durant cette période.
En choisissant de faire pression pour l'application de l'article 102, l'armée cherche à éviter la mise en place d'une transition dirigée par des personnalités indépendantes, soit l'option réclamée par une bonne partie des acteurs de la contestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.