Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Le constat amer du FJL    Le niet de Ghoul    Les gesticulations d'un gouvernement en partance    L'ex-P-DG d'Algérie Télécom devant le procureur jeudi    Le ministre de l'énergie inaugure le 6e Symposium de l'AIG    Premiers incidents post-congrès    "Ça n'a plus de sens que Bensalah propose quoi que ce soit"    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Erdogan perd définitivement la municipalité d'Istanbul    L'Iran fait état d'un incident précédent avec un drone américain    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    Au rythme des surprises    Karim Ziani, le fils du peuple !    Large vague de dénonciation    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Plus de 6 quintaux de drogue saisis au niveau de l'autoroute Est-Ouest    Vers l'annulation de 6 zones d'expansion touristique    Vers le durcissement des sanctions    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Nouvelles de l'Ouest    Annoncée pour cet été à la Casbah : Où en est l'opération d'ouverture d'espaces pour l'artisanat ?    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI    CRB Abdelmalek Ramdane: La présidente du club dénonce un complot    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche des travailleurs
COMPLEXE SIDER EL HADJAR
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 10 - 2018

Quelques heures avant le lancement de la cérémonie d'installation du nouveau wali, le député Tliba Baha Eddine agissait en roue libre sur le Cours de la révolution. Il n'a pas trouvé mieux que des «baltaguias» pour interdire l'accès de la mouhafada de Annaba aux militants locaux d'Annaba.
Cette situation de main mise sur une structure d'un parti politique légal est intervenue au moment où plus de 4.000 travailleurs attendaient sous un chaud soleil, l'ordre de marche. Il a été donné vers 11h30. C'est-à-dire au terme de la cérémonie d'installation du nouveau wali et le départ de l'ancien. La marche et le sit-in ont eu lieu dans l'enceinte du complexe sidérurgique El Hadjar. «Tliba dégage », «Levée de l'immunité parlementaire », «Complexe El Hadjar ligne rouge», «Non à l'injustice» et de nombreuses autres banderoles et affiches ont caractérisé le mouvement. Les 4 000 travailleurs étaient furieux de ne pas voir l'Etat prendre les mesures pour le sanctionner, suite aux dépassements commis par le sulfureux député. Les sidérurgistes se sont exprimés. Tous l'ont fait pour démontrer que leur Complexe sidérurgique El Hadjar (Annaba) a mis un terme à l'activisme de Tliba Baha Eddine et ses acolytes. Parmi les protestataires, il y avait le secrétaire général du syndicat et en même temps du comité de participation non élu, d'où cette effervescence relevée parmi les sidérurgistes. Tous rejettent l'immixtion ou même la tentative d'immixtion dans la gestion de leur outil de travail. C'est parce qu'ils étaient les otages des syndicalistes menés par Nourredine Amouri et le député Tliba qu'ils avaient décidé de passer à l'action. C'était au lendemain d'une émission (août 2018) par Amouri Nourredine et d'un communiqué lancé par lequel le syndicat de l'entreprise «mettait en garde» la direction du complexe Sider filiale du groupe du même nom. Hier, au fur et à mesure des éclairages qui parviennent sur ce dossier inédit, il est dit que Tliba et Amouri, les deux complices dans la mise à sac du patrimoine Sider, auront des comptes à rendre à la justice, pour abus de leur fonction d'élus. C'est ce que reflètent les contenus des banderoles et les propos des intervenants exprimés publiquement au micro lors du sitin d'hier au complexe sidérurgique El Hadjar. C'est dire que l'affaire syndicat-Sider devient très compliquée. Le dossier à polémiques concerne d'ailleurs plusieurs acteurs. En tête de liste, il y a le syndicat de Amouri qui a ouvert grandes les portes de l'entreprise au député. Ce dernier serait intéressé par les 26 milliards de dinars que l'Etat a injectés pour le lancement de la 2e phase du plan de réhabilitation des installations de production. La démarche avait permis d'unir pour quelques mois les efforts de la direction générale et des syndicalistes. Ce qui s'opposait aux intérêts de Tliba. Il a tout fait pour déstabiliser la direction et l'amener à déposer sa démission. La réaction du directeur sera toute autre. Ce dernier ayant à cœur la survie du complexe rua dans les brancards et lança un appel à la rescousse des travailleurs. D'autant que les points à l'origine de la discorde avancés par le syndicat pour argumenter la «mise en garde» adressée à la direction générale ne tiennent pas la route. Pour l'heure, les effets néfastes de ce conflit s'étendent naturellement aux institutions financières et partout où le complexe sidérurgique El Hadjar a des relations de travail. Toutefois, une démarche est à saluer. Celle des sidérurgistes qui ne veulent pas entendre parler de conflits et encore moins de grève. A ce niveau, la sauvegarde des intérêts de l'entreprise n'a pas déserté, et ce, sans le conseil syndical dissout. Un comité de 5 sages, pour préparer les élections syndicales, a même été décidé récemment. La Direction générale œuvre actuellement à l'amélioration de la production. Les sidérurgistes ont déjà joué leur partition. Aux responsables de l'Etat de saisir la main tendue des sidérurgistes.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.