RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux élus locaux destitués
KHEMIS-EL-KHECHNA ET SOUK-EL-HAD
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Les autorités de la wilaya de Boumerdès ont eu recours aux dispositifs du code communal pour délester deux élus locaux de leurs mandats électifs. «Le membre d'une Assemblée populaire communale ayant fait l'objet d'une condamnation pénale définitive pour les motifs cités à l'article 43 ci-dessus est exclu de plein droit de l'assemblée. Le wali constate cette exclusion par arrêté.»
C'est ce que stipule ce code dans son article 44 et c'est ce qui est appliqué aux deux élus écartés. L'arrêté de la cour de Boumerdès est considéré, du point de vue de la loi, comme une condamnation définitive.
Il s'agit, en l'occurrence, de G. Boualem, maire de Souk-el-Had lors de la précédente mandature et simple élu de la mandature courante. Il a été condamné, après appel, par la cour de Boumerdès, à 5 ans de prison ferme, qu'il purge, pour falsification de documents officiels, utilisation abusive de poste de responsabilité et attribution non justifiée de privilèges dans la passation de marché public.
Z. Hamadi, membre de l'Assemblée communale de Khemis-el-Khechna (ex-Fondouk) est le second élu à être destitué. Il traîne, selon nos informations, quatre condamnations, héritées de la précédente mandature quand il présidait l'APC de l'ex-Fondouk. Donc il a été condamné pour utilisation abusive de l'autorité dont il dispose et dilapidation de biens publics.
Au niveau de cette commune de l'ouest de la wilaya (Khemis-el-Khechna), aucune mandature, et ce, depuis 1997, n'a échappé aux enquêtes et procès contre certains élus. Au niveau de certains représentants du peuple, malheureusement ils sont nombreux, faute de convictions, de programmes et d'engagement pour résoudre les problèmes de la population, font un mauvais usage de leurs prérogatives et tombent dans la mauvaise gestion. «Ils deviennent un problème et des éléments de blocage pour nous», nous confie un haut dirigeant de l'administration de la wilaya. D'où de nombreuses enquêtes et condamnations.
Aucun des partis politiques, dits grands, surtout eux, ne contrôle jamais ce que font leurs élus (nationaux et régionaux).
Combien de fois n'a-t-on pas vu la justice refuser d'agréer des dossiers de candidature aux élections locales, régionales et nationales ? D'un autre côté, des postes dans les exécutifs communaux ayant pour avantage la permanisation et les affaires — vice-présidents ou délégués — sont distribués en fonction d'alliances politiques, tribales ou claniques alors que leurs récipiendaires n'accomplissent, concrètement, aucune tâche ni
effort. Une source nous a certifié que la nouvelle administration a décidé de donner un coup de balai.
«Désormais, les vice-présidents et les délégués qui n'accomplissent aucune tâche exécutive seront dépermanisés», assure notre source.
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.