Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2 436 affaires traitées en 2017
Corruption
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Les différentes juridictions ont traité en 2017 2 436 affaires de corruption. Le ministère de la Justice compte mettre en place un parquet financier qui ne se chargera que des affaires liées aux infractions financières à l'instar des fuites des capitaux ou du blanchiment d'argent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Justice compte aller vers une plus grande spécialisation des magistrats. C'est dans cette optique qu'il est question de créer la juridiction qui ne traitera que des délits financiers.
C'est Abdelkrim Djadi, procureur général, représentant du ministère de la Justice qui l'annonçait hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale.
Il affirme que 2 436 affaires liées à la corruption ont été traitées par les juridictions en 2017, ajoutant que l'ensemble des justiciables étaient égaux devant la loi sans distinction de fonction ou de statut social.
Il ajoute que même les magistrats faisaient l'objet d'inspections régulières et que si des cas avérés de corruption étaient révélés, des sanctions seraient automatiquement appliquées, insistant, cependant, sur la présomption d'innocence et ajoutant que la dénonciation anonyme était une arme à double tranchant. Interrogé au sujet des infractions à la loi les plus récurrentes, l'invité de la radio dira que la très grande criminalité était rare mais que les affaires qui revenaient le plus étaient liées à la petite criminalité à l'exemple des vols ou du trafic de stupéfiants.
Le recours à la détention provisoire se fait-il de manière abusive ? Non, répond le procureur général qui estime qu'il s'agit là d'appréciations faites par certaines parties. Il explique qu'actuellement, les magistrats avaient en leur possession plusieurs mécanismes leur permettant de ne pas recourir à la détention provisoire qui doit rester une exception dans des affaires complexes, impliquant des personnes n'offrant pas assez de garanties.
Les magistrats, dit-il, reçoivent régulièrement des formations pour éviter justement le recours abusif à la détention provisoire. Dans tous les cas, dit-il, le justiciable a la possibilité d'introduire des recours.
Les prérogatives du parquet, dit-il, évoluent avec l'évolution de la criminalité et le ministère de la Justice a, dit-il, mis en place une politique pénale qui permet de donner une réponse adéquate aussi bien au niveau local que national avant de répondre à ceux qui estiment que les affaires sont traitées avec lenteur en affirmant que le temps de la justice n'est pas celui de tout le monde et que les affaires pénales étaient traitées en fonction de leur complexité tandis que les affaires en civil dépendent souvent des deux parties en conflit.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.