Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2 436 affaires traitées en 2017
Corruption
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Les différentes juridictions ont traité en 2017 2 436 affaires de corruption. Le ministère de la Justice compte mettre en place un parquet financier qui ne se chargera que des affaires liées aux infractions financières à l'instar des fuites des capitaux ou du blanchiment d'argent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Justice compte aller vers une plus grande spécialisation des magistrats. C'est dans cette optique qu'il est question de créer la juridiction qui ne traitera que des délits financiers.
C'est Abdelkrim Djadi, procureur général, représentant du ministère de la Justice qui l'annonçait hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale.
Il affirme que 2 436 affaires liées à la corruption ont été traitées par les juridictions en 2017, ajoutant que l'ensemble des justiciables étaient égaux devant la loi sans distinction de fonction ou de statut social.
Il ajoute que même les magistrats faisaient l'objet d'inspections régulières et que si des cas avérés de corruption étaient révélés, des sanctions seraient automatiquement appliquées, insistant, cependant, sur la présomption d'innocence et ajoutant que la dénonciation anonyme était une arme à double tranchant. Interrogé au sujet des infractions à la loi les plus récurrentes, l'invité de la radio dira que la très grande criminalité était rare mais que les affaires qui revenaient le plus étaient liées à la petite criminalité à l'exemple des vols ou du trafic de stupéfiants.
Le recours à la détention provisoire se fait-il de manière abusive ? Non, répond le procureur général qui estime qu'il s'agit là d'appréciations faites par certaines parties. Il explique qu'actuellement, les magistrats avaient en leur possession plusieurs mécanismes leur permettant de ne pas recourir à la détention provisoire qui doit rester une exception dans des affaires complexes, impliquant des personnes n'offrant pas assez de garanties.
Les magistrats, dit-il, reçoivent régulièrement des formations pour éviter justement le recours abusif à la détention provisoire. Dans tous les cas, dit-il, le justiciable a la possibilité d'introduire des recours.
Les prérogatives du parquet, dit-il, évoluent avec l'évolution de la criminalité et le ministère de la Justice a, dit-il, mis en place une politique pénale qui permet de donner une réponse adéquate aussi bien au niveau local que national avant de répondre à ceux qui estiment que les affaires sont traitées avec lenteur en affirmant que le temps de la justice n'est pas celui de tout le monde et que les affaires pénales étaient traitées en fonction de leur complexité tandis que les affaires en civil dépendent souvent des deux parties en conflit.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.