RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2 436 affaires traitées en 2017
Corruption
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 12 - 2018

Les différentes juridictions ont traité en 2017 2 436 affaires de corruption. Le ministère de la Justice compte mettre en place un parquet financier qui ne se chargera que des affaires liées aux infractions financières à l'instar des fuites des capitaux ou du blanchiment d'argent.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Le ministère de la Justice compte aller vers une plus grande spécialisation des magistrats. C'est dans cette optique qu'il est question de créer la juridiction qui ne traitera que des délits financiers.
C'est Abdelkrim Djadi, procureur général, représentant du ministère de la Justice qui l'annonçait hier sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale.
Il affirme que 2 436 affaires liées à la corruption ont été traitées par les juridictions en 2017, ajoutant que l'ensemble des justiciables étaient égaux devant la loi sans distinction de fonction ou de statut social.
Il ajoute que même les magistrats faisaient l'objet d'inspections régulières et que si des cas avérés de corruption étaient révélés, des sanctions seraient automatiquement appliquées, insistant, cependant, sur la présomption d'innocence et ajoutant que la dénonciation anonyme était une arme à double tranchant. Interrogé au sujet des infractions à la loi les plus récurrentes, l'invité de la radio dira que la très grande criminalité était rare mais que les affaires qui revenaient le plus étaient liées à la petite criminalité à l'exemple des vols ou du trafic de stupéfiants.
Le recours à la détention provisoire se fait-il de manière abusive ? Non, répond le procureur général qui estime qu'il s'agit là d'appréciations faites par certaines parties. Il explique qu'actuellement, les magistrats avaient en leur possession plusieurs mécanismes leur permettant de ne pas recourir à la détention provisoire qui doit rester une exception dans des affaires complexes, impliquant des personnes n'offrant pas assez de garanties.
Les magistrats, dit-il, reçoivent régulièrement des formations pour éviter justement le recours abusif à la détention provisoire. Dans tous les cas, dit-il, le justiciable a la possibilité d'introduire des recours.
Les prérogatives du parquet, dit-il, évoluent avec l'évolution de la criminalité et le ministère de la Justice a, dit-il, mis en place une politique pénale qui permet de donner une réponse adéquate aussi bien au niveau local que national avant de répondre à ceux qui estiment que les affaires sont traitées avec lenteur en affirmant que le temps de la justice n'est pas celui de tout le monde et que les affaires pénales étaient traitées en fonction de leur complexité tandis que les affaires en civil dépendent souvent des deux parties en conflit.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.