«Nous avons déjà collecté plus de signatures qu'en 2014»    Qu'est-ce qui fait courir Djaballah ?    Les 4 samedis    Deux pavillons pour 280 exposants    Les investisseurs déçus    Forte mobilisation, tension mais sans incidents    Macky Sall face à une concurrence allégée    Un millier d'écoles fermées en raison des menaces    La sélection algérienne en stage à Souidania    Atlético, l'inaltérable bloc    Autorisation    Echec des négociations avec la tutelle    Docteur Abdellah Fenni, Doctorat h. c. en Hypnothérapie, Praticien en techniques de libération des émotions, au Soirmagazine :    Ni gym ni régime : quelques gestes pour mincir à la paresseuse !    Le fonds documentaire de Djemaâ Djoghlal et Amar Nagadi remis aux bénéficiaires    Grande affluence à l'exposition de photos de la presse mondiale de 2018    Candidat unique ? La bonne blague !    Mostaganem : Le ministre satisfait de la production agricole    Salon du tourisme à Oran : Air Algérie accorde des réductions de 55% sur ses tarifs    Culture : Nadia Belarbi, une écrivaine talentueuse    Aïn Tagouraït (Tipasa) : La mainmise des réseaux maffieux sur la wilaya    Edition Chihab : La guerre d'Algérie dans le roman français    Bouteflika demain à Genève pour un contrôle médical    Tiaret: Deux officiers tués dans le crash d'un avion militaire    Ligue des champions d'Afrique : Al-Ismaïly - CSC aujourd'hui à 17 h 00: Le Chabab confiant malgré les obstacles    Otages de fausses promesses    USM El Harrach - RC Kouba reporté à mardi    Trois médailles, dont une en or pour l'Algérie    L'Algérie éliminée par la France    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Un enseignant en retraite tue sa fille de 17 ans    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    Pour une valorisation des pratiques innovantes dans le processus d'enseignement    La CAF rejette le recours de la FAF    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    13 communes d'Alger seront touchées    Plus de 11.000 infractions en 2018    Tayeb Belaiz prète serment    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une réforme d'envergure
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 12 - 2018

Le procureur général, Abdelkrim Djadi s'exprimant, hier, en qualité de représentant du ministère de la Justice, sur les ondes de la Chaîne III dont il était l'invité de la rédaction, a évoqué la possibilité offerte à tout citoyen, de soulever l'exception d'inconstitutionnalité d'un texte de droit réglementaire dans une disposition législative.
C'est une réforme de «grande envergure», une réforme démocratique, a-t-il dit. Il a rappelé l'article 128 de la Constitution qui consacre le principe des droits et libertés des citoyens, et énonce le mécanisme permettant au citoyen de soulever l'exception d'inconstitutionnalité s'il s'avère que sa demande est fondée, c'est-à-dire, explique-t-il, un citoyen, à l'occasion d'un contentieux judiciaire, qu'il soit d'ordre judiciaire ordinaire ou d'ordre judiciaire administratif, constatant qu'une décision de justice est fondée sur une disposition législative qui porte atteinte à ses droits ou à ses libertés, peut soulever l'exception d'inconstitutionnalité devant le juge auprès de différentes institutions judiciaires.
C'est, précise-t-il encore, le Conseil constitutionnel qui est seul habilité à se prononcer sur la recevabilité de la demande d'un justiciable relevant l'inconstitutionnalité d'une décision judiciaire prise à son encontre. Par ailleurs, Abdelkrim Djadi tient à souligner les avancées réalisées au sein du système judiciaire, des suites notamment des réformes dont il fait l'objet en 2015 et 2016, aux fins, poursuit-il, de renforcer les droits des justiciables en matière de garde à vue ou bien pour diminuer les recours à la détention préventive. Ainsi, à propos de la détention provisoire, elle n'est applicable, rappelle-t-il, que dans les affaires criminelles ou dans les affaires vraiment complexes où les parties ne présentent pas de garanties.
Commentant le phénomène d'évolution de la criminalité en Algérie, il déclare qu'il n'a pas la même ampleur que celui observé dans certains pays développés. Mais, relève-t-il, il existe la «petite criminalité», constituée de délits comme le vol ou la consommation de stupéfiants. Il fait part, également, du crime transnational organisé, «qui se conjugue avec le financement du terrorisme», autant d'affaires pour lesquels, signale-t-il, «nous avons la réponse pénale qu'il faut». Concernant la corruption, Le procureur général, Abdelkrim Djadi, fait observer que la loi est appliquée dans toute sa rigueur, il en donne pour preuve le traitement en 2017 par les juridictions de 2.436 affaires liées à la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.