Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 02 - 2019

La semaine a été plus ou moins pénible. Le temps est plus doux parce que l'Algérie du rêve moderne découvre chaque jour un peu plus «sa» ministre de l'Education qui vient de nous montrer une nouvelle facette de sa volonté de changer les choses et sa détermination à ne pas céder aux pressions. On savait que Madame Benghabrit pouvait aller au bout mais on savait aussi que ses ennemis n'allaient pas rester les bras croisés. Et ils se sont mobilisés à l'occasion pour lui en faire entendre de toutes les couleurs. Si ses adversaires les plus féroces sont dans l'institution, on savait qu'ils pouvaient se compter jusque dans le gouvernement où on ne nous a pas habitués à prendre en sympathie le genre de projections qui sont les siennes. En l'occurrence, c'est Amar Ghoul qui a lâché ses troupes avec le plus d'«ostentation et une telle violence qu'on le croirait dans la «mère de toutes les batailles». Quand on sait qu'en face, Madame Benghabrit est horriblement seule, il y a de quoi s'inquiéter.
La semaine a été pénible. On sait depuis la dernière fois que «l'Alliance présidentielle» est un conglomérat à plusieurs… collèges.
Au sommet, on y retrouve le quatuor FLN, RND, TAJ, MPA, par ordre d'importance. Suivent les partis rassemblés dans une coalition de seconde zone patronnée par l'ANR. Enfin, il y a les derniers de la classe qui s'agrippent sans que personne fasse attention à leur existence. Le PRA est de ceux-là et dans la semaine, il a tenu son conseil national au terme duquel il devait annoncer son soutien à la candidature de Bouteflika. Etaient bien sûr invités Bouchareb,
Ouyahia, Benyounès et Ghoul. Mais, au final, seul ce dernier est arrivé au Mouflon d'Or comme… une rock star sans laquelle la rencontre n'aurait eu aucun sens. Désillusion, son arrivée n'a pas annoncé celle des autres. Tu peux soutenir Bouteflika mais tu restes à ta place, tel est le principe.
La semaine a été pénible. Allez savoir pourquoi on s'entête à créer des problèmes là où il ne devrait pas en avoir. Comme si l'université manquait de soucis, voilà qu'on en rajoute. Dans la semaine, des enseignants et autres personnels de l'Université de
Béjaïa ont tenu un rassemblement devant le rectorat. La raison ? Ils n'ont pas perçu leur salaire ! Comment, diable, une administration en arrive à priver des salariés de leur… salaire, alors que l'argent est disponible ? Même en voulant pousser le personnel universitaire à l'action inconsidérée pour on ne sait quelles motivations, il doit bien y avoir mieux, tellement le procédé est grossier. C'est d'autant plus énigmatique que dans quelques jours, la paie sera «débloquée» et tout rentrera dans l'ordre. On appelle ça «créer un problème pour une solution» !
La semaine a été pénible. Ces derniers temps, ça a beaucoup parlé de tourisme, de nouveaux investissements, de déploiements pour relancer la destination Algérie et de réflexion sur les questions liées à son développement. Mais comme à chaque fois, des faits viennent tempérer les ardeurs de ceux qui y croient sincèrement. Comme ces zones d'extension touristiques qui n'arrêtent pas de livrer ce qu'elles cachent comme errements de gestion et affaires pas très nettes. Avec
les centaines d'hectares détournés de leur vocation dans toutes les régions, les terrains détournés tout court, les terrains abandonnés, les terrains construits par des squatters et les terrains qui ont changé d'usage, il y a à chaque fois de quoi douter. Il n'y a pas que ça ? D'accord, mais il y a… aussi ça et ça suffit parfois.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.