Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    Le logement rural groupé comme solution à la crise    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 02 - 2019

La semaine a été plus ou moins pénible. Le temps est plus doux parce que l'Algérie du rêve moderne découvre chaque jour un peu plus «sa» ministre de l'Education qui vient de nous montrer une nouvelle facette de sa volonté de changer les choses et sa détermination à ne pas céder aux pressions. On savait que Madame Benghabrit pouvait aller au bout mais on savait aussi que ses ennemis n'allaient pas rester les bras croisés. Et ils se sont mobilisés à l'occasion pour lui en faire entendre de toutes les couleurs. Si ses adversaires les plus féroces sont dans l'institution, on savait qu'ils pouvaient se compter jusque dans le gouvernement où on ne nous a pas habitués à prendre en sympathie le genre de projections qui sont les siennes. En l'occurrence, c'est Amar Ghoul qui a lâché ses troupes avec le plus d'«ostentation et une telle violence qu'on le croirait dans la «mère de toutes les batailles». Quand on sait qu'en face, Madame Benghabrit est horriblement seule, il y a de quoi s'inquiéter.
La semaine a été pénible. On sait depuis la dernière fois que «l'Alliance présidentielle» est un conglomérat à plusieurs… collèges.
Au sommet, on y retrouve le quatuor FLN, RND, TAJ, MPA, par ordre d'importance. Suivent les partis rassemblés dans une coalition de seconde zone patronnée par l'ANR. Enfin, il y a les derniers de la classe qui s'agrippent sans que personne fasse attention à leur existence. Le PRA est de ceux-là et dans la semaine, il a tenu son conseil national au terme duquel il devait annoncer son soutien à la candidature de Bouteflika. Etaient bien sûr invités Bouchareb,
Ouyahia, Benyounès et Ghoul. Mais, au final, seul ce dernier est arrivé au Mouflon d'Or comme… une rock star sans laquelle la rencontre n'aurait eu aucun sens. Désillusion, son arrivée n'a pas annoncé celle des autres. Tu peux soutenir Bouteflika mais tu restes à ta place, tel est le principe.
La semaine a été pénible. Allez savoir pourquoi on s'entête à créer des problèmes là où il ne devrait pas en avoir. Comme si l'université manquait de soucis, voilà qu'on en rajoute. Dans la semaine, des enseignants et autres personnels de l'Université de
Béjaïa ont tenu un rassemblement devant le rectorat. La raison ? Ils n'ont pas perçu leur salaire ! Comment, diable, une administration en arrive à priver des salariés de leur… salaire, alors que l'argent est disponible ? Même en voulant pousser le personnel universitaire à l'action inconsidérée pour on ne sait quelles motivations, il doit bien y avoir mieux, tellement le procédé est grossier. C'est d'autant plus énigmatique que dans quelques jours, la paie sera «débloquée» et tout rentrera dans l'ordre. On appelle ça «créer un problème pour une solution» !
La semaine a été pénible. Ces derniers temps, ça a beaucoup parlé de tourisme, de nouveaux investissements, de déploiements pour relancer la destination Algérie et de réflexion sur les questions liées à son développement. Mais comme à chaque fois, des faits viennent tempérer les ardeurs de ceux qui y croient sincèrement. Comme ces zones d'extension touristiques qui n'arrêtent pas de livrer ce qu'elles cachent comme errements de gestion et affaires pas très nettes. Avec
les centaines d'hectares détournés de leur vocation dans toutes les régions, les terrains détournés tout court, les terrains abandonnés, les terrains construits par des squatters et les terrains qui ont changé d'usage, il y a à chaque fois de quoi douter. Il n'y a pas que ça ? D'accord, mais il y a… aussi ça et ça suffit parfois.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.