Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Manifestations populaires et perspectives    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Les déboires des riverains continuent    Première section de formation pour les enfants autistes    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Lamamra maintient le cap    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Célébration du 19 mars à El Tarf.. Plusieurs projets inaugurés    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    SOUTIEN DU RND A LA CANDIDATURE DU PRESIDENT : Ouyahia corrige son porte-parole    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition sceptique
Conférence nationale post-élections
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

La promesse de la tenue d'une conférence nationale après l'élection présidentielle suscite plus de scepticisme que d'enthousiasme au sein des partis de l'opposition. Etrange proposition pour les uns, inutile pour les autres. Sans surprise, les partis ayant depuis longtemps fait allégeance au Président-candidat applaudissent sans attendre d'en connaître les contours.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Après des mois d'un insoutenable statu quo, l'annonce de la candidature du Président en exercice, si elle n'a pas beaucoup surpris, elle a été porteuse de projections dans un avenir proche. Le Président-candidat propose une conférence nationale post-élections.
L'opposition accueille cette annonce avec grand scepticisme et autant d'interrogations. Les partis dont la proximité avec le régime n'est plus à démontrer applaudissent, se suffisant de l'effet d'annonce sans attendre d'en savoir davantage.
L'opposition semble pour une fois d'accord. Aussi bien dans le fond que dans la forme, la conférence nationale ne suscite aucun élan d'enthousiasme. Dans le camp des islamistes, rejet total. La formation de Abderrezak Makri ne fait pas dans le détail et rejette en bloc l'idée.
Le MSP rappelle en effet que «sur la forme, la proposition faite par le mouvement par écrit, après des consultations élargies à la présidence et à des parties influentes de l'opposition, ne prévoyait pas une annonce unilatérale, mais un accord adopté par toutes les institutions de l'Etat, avec l'opposition comme partenaire dans la concrétisation des étapes de réalisation du consensus et des réformes à travers un gouvernement d'union», ajoutant que «de telles réformes ont été annoncées, de façon unilatérale, en 2011, avant que ces réformes soient vidées de leur substance». Idem du côté de Adala.
Le parti de Abdallah Djaballah, qui ne présente pas de candidat à la prochaine élection, estime que cette proposition n'est faite que pour «justifier un cinquième mandat», soulignant que le Président-candidat avait disposé d'une vingtaine d'années pour initier des réformes mais qu'il n'avait rien fait. Au FFS, qui a appelé au boycott du rendez vous électoral, même scepticisme : les réformes promise sen 2011 n'ont jamais vu le jour.
Le vieux parti n'abandonne pas sa proposition d'aller vers une assemblée nationale constituante, unique solution pour un changement que le FFS veut radical. Louisa Hanoune, dont le parti n'a toujours pas pris de position vis-à-vis de la présidentielle, n'a pas hésité à dire que la proposition était «étrange».
Jil Jadid n'hésite pas à qualifier cette conférence de «carnaval», ajoutant que les changements constitutionnels promis ne seront, une fois de plus, qu'un ajustement à la taille du Président-candidat.
La secrétaire générale du PT assure qu'en principe, un candidat se présente avec un programme qui touche au développement et aux aspects socio-économiques, et non pas une proposition qui a été émise, en janvier dernier, par un parti du pouvoir». Pas plus tard que vendredi, Hanoune s'interrogeait sur la composante de cette conférence et ses prérogatives.
Les partis de l'allégeance, quant à eux, ne se posent même pas de question. Ils applaudissent la proposition sans attendre. Le parti de Amar Ghoul va jusqu'à installer une commission nationale de «formulation des idées et des propositions» qui seront soulevées lors de la conférence promise.
C'est au ministre de la Justice qu'a été dévolue la mission de préciser les contours de cette initiative. Tous les sujets seront abordés, assure Louh, à l'exception des constantes nationales en vue d'arriver à «un consensus patriotique et politique» autour de thématiques aussi nombreuses que celles économiques, sociales et politiques et l'indépendance de la justice. «Tous les axes sont clairs dans la lettre», dit-il, sauf qu'en matière de clarté, l'opposition et le régime n'en ont pas du tout la même perception.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.