Un nouveau niet de l'armée à la transition    La transition démocratique, «une nécessité, pas un choix !»    Bensalah évoque les «mécanismes» de la présidentielle    Les travailleurs des communes réinvestissent la rue    Liberté provisoire pour deux jeunes arrêtés mardi à Oran    Les travailleurs de KouGC manifestent leur colère    L'Iran souffle le chaud et le froid    Le niet des Palestiniens    De Caracas à Téhéran : les contradictions américaines    «Un vrai test»    Plus d'une quinzaine de syndicats boycottent le ministre du Travail    43 plages autorisées à la baignade    Pain de viande en croûte    Donner une base académique à la musique malouf    Egalité et émancipation au cœur du Hirak    ACTUCULT    Boufarik: Le voleur était le gardien    Axe Gdyel-Benfréha: Un mort et un blessé dans un accident de la route    Bouira: Démantèlement d'un réseau de trafic de kif    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe D : Afrique du Sud - Namibie, vendredi à 21h00: Un nul n'arrangerait personne    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Réseau routier urbain de Zemmoura (Relizane)    La justice suit son cours    Le fléau de la corruption perdure    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Pas de révision des prix    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Mauritanie : El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition sceptique
Conférence nationale post-élections
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

La promesse de la tenue d'une conférence nationale après l'élection présidentielle suscite plus de scepticisme que d'enthousiasme au sein des partis de l'opposition. Etrange proposition pour les uns, inutile pour les autres. Sans surprise, les partis ayant depuis longtemps fait allégeance au Président-candidat applaudissent sans attendre d'en connaître les contours.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Après des mois d'un insoutenable statu quo, l'annonce de la candidature du Président en exercice, si elle n'a pas beaucoup surpris, elle a été porteuse de projections dans un avenir proche. Le Président-candidat propose une conférence nationale post-élections.
L'opposition accueille cette annonce avec grand scepticisme et autant d'interrogations. Les partis dont la proximité avec le régime n'est plus à démontrer applaudissent, se suffisant de l'effet d'annonce sans attendre d'en savoir davantage.
L'opposition semble pour une fois d'accord. Aussi bien dans le fond que dans la forme, la conférence nationale ne suscite aucun élan d'enthousiasme. Dans le camp des islamistes, rejet total. La formation de Abderrezak Makri ne fait pas dans le détail et rejette en bloc l'idée.
Le MSP rappelle en effet que «sur la forme, la proposition faite par le mouvement par écrit, après des consultations élargies à la présidence et à des parties influentes de l'opposition, ne prévoyait pas une annonce unilatérale, mais un accord adopté par toutes les institutions de l'Etat, avec l'opposition comme partenaire dans la concrétisation des étapes de réalisation du consensus et des réformes à travers un gouvernement d'union», ajoutant que «de telles réformes ont été annoncées, de façon unilatérale, en 2011, avant que ces réformes soient vidées de leur substance». Idem du côté de Adala.
Le parti de Abdallah Djaballah, qui ne présente pas de candidat à la prochaine élection, estime que cette proposition n'est faite que pour «justifier un cinquième mandat», soulignant que le Président-candidat avait disposé d'une vingtaine d'années pour initier des réformes mais qu'il n'avait rien fait. Au FFS, qui a appelé au boycott du rendez vous électoral, même scepticisme : les réformes promise sen 2011 n'ont jamais vu le jour.
Le vieux parti n'abandonne pas sa proposition d'aller vers une assemblée nationale constituante, unique solution pour un changement que le FFS veut radical. Louisa Hanoune, dont le parti n'a toujours pas pris de position vis-à-vis de la présidentielle, n'a pas hésité à dire que la proposition était «étrange».
Jil Jadid n'hésite pas à qualifier cette conférence de «carnaval», ajoutant que les changements constitutionnels promis ne seront, une fois de plus, qu'un ajustement à la taille du Président-candidat.
La secrétaire générale du PT assure qu'en principe, un candidat se présente avec un programme qui touche au développement et aux aspects socio-économiques, et non pas une proposition qui a été émise, en janvier dernier, par un parti du pouvoir». Pas plus tard que vendredi, Hanoune s'interrogeait sur la composante de cette conférence et ses prérogatives.
Les partis de l'allégeance, quant à eux, ne se posent même pas de question. Ils applaudissent la proposition sans attendre. Le parti de Amar Ghoul va jusqu'à installer une commission nationale de «formulation des idées et des propositions» qui seront soulevées lors de la conférence promise.
C'est au ministre de la Justice qu'a été dévolue la mission de préciser les contours de cette initiative. Tous les sujets seront abordés, assure Louh, à l'exception des constantes nationales en vue d'arriver à «un consensus patriotique et politique» autour de thématiques aussi nombreuses que celles économiques, sociales et politiques et l'indépendance de la justice. «Tous les axes sont clairs dans la lettre», dit-il, sauf qu'en matière de clarté, l'opposition et le régime n'en ont pas du tout la même perception.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.