TRIBUNAL MILITAIRE : L'avocat du général Toufik demande le report du procès !    PRESIDENTIELLE : 39 postulants à la candidature retirent les formulaires    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Boudjemaâ Talaï placé sous mandat de dépôt    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Les magistrats confirment et dénoncent    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    Le procès renvoyé au 29 septembre    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE FFS et le PT enterrent l'option exécutif d'union nationale
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 05 - 2014

L'option de la formation d'un gouvernement d'union nationale a été tentée par Bouteflika comme l'attestent les offres à rejoindre l'exécutif faites par lui au Front des forces socialistes (FFS) et au Parti des travailleurs et très certainement aussi à des formations de moindre envergure que les deux précités. Elle a à l'évidence capoté après que les deux partis les ont déclinées.
L'on ne pourrait en effet qualifier de gouvernement d'union nationale un exécutif composé de représentants des partis de l'alliance présidentielle et de ceux de quelques autres dont la représentativité politique et le poids populaire sont pratiquement inexistants. Dans son discours d'investiture, Bouteflika a promis qu'il travaillerait à forger un consensus national. Dans cet esprit, il a envisagé certainement que l'ouverture du gouvernement à des partis et personnalités politiques se situant en dehors de l'alliance présidentielle constituerait une étape vers la concrétisation de ce consensus national. Le choix par lui de faire ses offres au FFS et au PT s'est certainement justifié par le fait que les deux formations tout en étant dans l'opposition ne sont pas dans une stratégie de rupture irrévocable avec le pouvoir avec lequel ils sont disposés à dialoguer pour la recherche d'une solution à la crise nationale.
Les raisons invoquées par l'un et l'autre pour avoir décliné les propositions présidentielles ne sont pas identiques. Le FFS l'a fait au motif que « la priorité du parti est la reconstruction d'un consensus national » par le biais de l'organisation d'une « conférence nationale de consensus ». Un tel objectif que s'est fixé le parti d'Aït Ahmed lui est à l'évidence paru devenir irréalisable au cas de son intégration au sein de l'alliance présidentielle qui le démonétiserait aux yeux des formations et autres représentations de la société ancrées dans le camp anti-pouvoir et anti-Bouteflika. Nul doute également que le FFS a reculé devant l'offre de participation au regard de la brutale répression dont a fait l'objet la marche pacifique commémorant le printemps berbère en Kabylie, son bastion électoral.
L'argumentaire avancé par le PT a été autre. Louiza Hanoune, sa présidente et ex-candidate à l'élection présidentielle qui vient de se dérouler, a justifié son refus en faisant valoir que le PT n'assumera de fonctions gouvernementales que le jour où le parti « à l'issue des élections libres, démocratiques et transparentes arrachera la majorité ou la première place comme force politique ».
Ces deux partis ayant décliné l'entrée au gouvernement, il est patent que l'exécutif qui va entourer Abdelmalek Sellal sera aux colorations de l'alliance présidentielle nouée entre le FLN, le RND, le MPA et le TAJ avec l'adjonction de quelques partis « Pim-Pam-Poum » dont la présence ne lui octroiera aucune prétention à se déclarer d'union nationale.
Le consensus national que Bouteflika et même ses opposants disent en viser la concrétisation (par des processus qui sont pour l'heure aux antipodes) reste d'actualité. La question est comment les camps antagonistes parviendront à jeter des passerelles entre eux et à consentir à des concessions qui leur permettraient de nouer le dialogue. A moins de s'en tenir dans l'ostracisme de l'autre suicidaire du fait de la gravité de la situation que traverse le pays, le pouvoir et l'opposition qui se prétendent tous patriotes et conscients des menaces qui planent sur l'Algérie vont devoir en rabattre des deux côtés. L'un de sa suffisance et l'autre de son impuissante radicalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.