«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie
IL A ENTAME UNE TOURNEE DANS PLUSIEURS PAYS DU CONTINENT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a entamé hier au Pakistan une tournée asiatique dont il espère de juteux contrats et la démonstration qu'il demeure un acteur-clé sur la scène diplomatique, cinq mois après l'affaire Khashoggi.
Le prince, surnommé «MBS», etait attendu en fin d'après-midi d'hier dans la capitale pakistanaise, où il doit rester jusqu'à aujourd'hui. Le contexte régional y est très tendu, marqué par des frictions avec l'Inde et l'Iran voisins, qui accusent tous deux le Pakistan de soutien à des groupes terroristes impliqués dans de sanglants attentats-suicide commis cette semaine sur leurs territoires. Islamabad a rejeté dans un communiqué hier les «affirmations absurdes» de New Delhi, réaffirmant vouloir «une normalisation de ses relations avec l'Inde». Le prince poursuivra son voyage en Inde, où il rencontrera le Premier ministre Narendra Modi, puis en Chine jeudi et vendredi. Deux courtes étapes prévues dimanche et lundi en Indonésie et en Malaisie avaient été annulées samedi sans explication.
Cette visite sous très haute sécurité intervient cinq mois après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, féroce critique de MBS, dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul. Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, Riyad avait avancé plusieurs versions contradictoires et soutient désormais que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le pouvoir.
La Turquie a affirmé vendredi n'avoir pas encore révélé tous les éléments dont elle dispose dans cette affaire hors norme, qui avait suscité une vague mondiale d'indignation et profondément terni l'image de la pétromonarchie, en particulier celle du prince.
Mais pour les analystes, la tournée asiatique de MBS, sa plus importante sortie sur la scène internationale depuis sa participation au sommet du G20 en Argentine en décembre, tombe à point nommé pour prouver à l'Occident qu'il a encore des alliés. Il «veut démontrer qu'il n'est pas un paria international», souligne James M. Dorsey, chercheur rattaché à la S. Rajaratnam School of International Studies à Singapour.
Il s'agit d'apporter la preuve qu'il a toujours «accès à la scène internationale et qu'il peut opérer (...) en tant que plus haut représentant d'Arabie Saoudite à part le roi», souligne-t-il.
Li Guofu, spécialiste du Moyen-Orient au China Institute of International Studies, un centre de recherches chinois, note qu'«il aurait été très malaisé pour le prince héritier de se rendre en Occident» à la suite du scandale.
«Mais ne pas aller en Occident ne signifie pas qu'il ne peut pas venir en Orient. L'Arabie Saoudite conduit des ajustements stratégiques et la diplomatie saoudienne se tourne à présent vers l'Asie», souligne-t-il. «Les pays asiatiques ont une caractéristique spéciale et importante : nous n'interférons pas dans les affaires intérieures des autres pays», relève-t-il. Le voyage du prince comporte aussi un important volet économique : «La Chine est le plus important acheteur de brut saoudien et ses principaux autres clients sont tous asiatiques : l'Inde, le Japon, la Corée du Sud», souligne M. Dorsey.
«L'Asie est une source d'investissements dans l'énergie et les infrastructures du Golfe. Et la croissance future de l'économie mondiale se fera en Asie», renchérit Karen Young, analyste auprès de l'American Entreprise Institute. Le Pakistan, première étape de la tournée, espère de son vieil allié une bouée de sauvetage pour son économie mal en point. Elle pourrait prendre la forme de milliards de dollars d'investissements dans une raffinerie et un complexe pétrolier dans le sud du pays et une série d'autres contrats. Son Premier ministre Imran Khan s'est déjà rendu à deux reprises en Arabie Saoudite depuis son élection l'été dernier. La visite du prince à Islamabad pourrait en outre coïncider avec de possibles nouveaux pourparlers entre taliban et Etats-Unis sur l'Afghanistan.
L'Arabie Saoudite et le Pakistan sont tous deux très impliqués dans ces discussions de longue haleine visant à mettre un terme au conflit afghan.
Les taliban avaient annoncé plus tôt cette semaine un nouveau round de négociations ainsi qu'une rencontre avec Imran Khan lundi dans la capitale, ce que ni Washington, ni Islamabad n'ont toutefois confirmé. Quant à l'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, il se trouvait hier à Kaboul, selon le gouvernement afghan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.