«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie
IL A ENTAME UNE TOURNEE DANS PLUSIEURS PAYS DU CONTINENT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 02 - 2019

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a entamé hier au Pakistan une tournée asiatique dont il espère de juteux contrats et la démonstration qu'il demeure un acteur-clé sur la scène diplomatique, cinq mois après l'affaire Khashoggi.
Le prince, surnommé «MBS», etait attendu en fin d'après-midi d'hier dans la capitale pakistanaise, où il doit rester jusqu'à aujourd'hui. Le contexte régional y est très tendu, marqué par des frictions avec l'Inde et l'Iran voisins, qui accusent tous deux le Pakistan de soutien à des groupes terroristes impliqués dans de sanglants attentats-suicide commis cette semaine sur leurs territoires. Islamabad a rejeté dans un communiqué hier les «affirmations absurdes» de New Delhi, réaffirmant vouloir «une normalisation de ses relations avec l'Inde». Le prince poursuivra son voyage en Inde, où il rencontrera le Premier ministre Narendra Modi, puis en Chine jeudi et vendredi. Deux courtes étapes prévues dimanche et lundi en Indonésie et en Malaisie avaient été annulées samedi sans explication.
Cette visite sous très haute sécurité intervient cinq mois après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, féroce critique de MBS, dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul. Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, Riyad avait avancé plusieurs versions contradictoires et soutient désormais que Khashoggi a été tué lors d'une opération non autorisée par le pouvoir.
La Turquie a affirmé vendredi n'avoir pas encore révélé tous les éléments dont elle dispose dans cette affaire hors norme, qui avait suscité une vague mondiale d'indignation et profondément terni l'image de la pétromonarchie, en particulier celle du prince.
Mais pour les analystes, la tournée asiatique de MBS, sa plus importante sortie sur la scène internationale depuis sa participation au sommet du G20 en Argentine en décembre, tombe à point nommé pour prouver à l'Occident qu'il a encore des alliés. Il «veut démontrer qu'il n'est pas un paria international», souligne James M. Dorsey, chercheur rattaché à la S. Rajaratnam School of International Studies à Singapour.
Il s'agit d'apporter la preuve qu'il a toujours «accès à la scène internationale et qu'il peut opérer (...) en tant que plus haut représentant d'Arabie Saoudite à part le roi», souligne-t-il.
Li Guofu, spécialiste du Moyen-Orient au China Institute of International Studies, un centre de recherches chinois, note qu'«il aurait été très malaisé pour le prince héritier de se rendre en Occident» à la suite du scandale.
«Mais ne pas aller en Occident ne signifie pas qu'il ne peut pas venir en Orient. L'Arabie Saoudite conduit des ajustements stratégiques et la diplomatie saoudienne se tourne à présent vers l'Asie», souligne-t-il. «Les pays asiatiques ont une caractéristique spéciale et importante : nous n'interférons pas dans les affaires intérieures des autres pays», relève-t-il. Le voyage du prince comporte aussi un important volet économique : «La Chine est le plus important acheteur de brut saoudien et ses principaux autres clients sont tous asiatiques : l'Inde, le Japon, la Corée du Sud», souligne M. Dorsey.
«L'Asie est une source d'investissements dans l'énergie et les infrastructures du Golfe. Et la croissance future de l'économie mondiale se fera en Asie», renchérit Karen Young, analyste auprès de l'American Entreprise Institute. Le Pakistan, première étape de la tournée, espère de son vieil allié une bouée de sauvetage pour son économie mal en point. Elle pourrait prendre la forme de milliards de dollars d'investissements dans une raffinerie et un complexe pétrolier dans le sud du pays et une série d'autres contrats. Son Premier ministre Imran Khan s'est déjà rendu à deux reprises en Arabie Saoudite depuis son élection l'été dernier. La visite du prince à Islamabad pourrait en outre coïncider avec de possibles nouveaux pourparlers entre taliban et Etats-Unis sur l'Afghanistan.
L'Arabie Saoudite et le Pakistan sont tous deux très impliqués dans ces discussions de longue haleine visant à mettre un terme au conflit afghan.
Les taliban avaient annoncé plus tôt cette semaine un nouveau round de négociations ainsi qu'une rencontre avec Imran Khan lundi dans la capitale, ce que ni Washington, ni Islamabad n'ont toutefois confirmé. Quant à l'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, il se trouvait hier à Kaboul, selon le gouvernement afghan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.