Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La protestation s'amplifie
3e VENDREDI CONTRE LE 5e MANDAT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

L'ampleur des manifestations qui se sont déroulées ce 8 mars a dépassé tous les pronostics établis ces derniers jours. Des milliers de personnes ont défilé hier à Alger mais aussi à travers toutes les grandes villes du pays en réponse à un appel lancé pour dire non au cinquième mandat et réclamer des changements de fond dans le système de fonctionnement du pays.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - La foule était immense, colorée, organisée et surtout pacifique. A la mi-journée déjà, des centaines de personnes avaient commencé à se rassembler dans les principales places de la capitale. Audin, Didouche-Mourad et la place du 1er-Mai étaient à ce moment déjà envahies par des manifestants qui n'ont pas attendu la fin de la prière hebdomadaire pour se mobiliser.
Sur place, un dispositif de sécurité a été déployé pour empêcher notamment les marcheurs de se déplacer vers la grande artère menant à la présidence de la République. Les policiers veillent aussi à maintenir la circulation automobile fluide. Aucune tension ne règne.
Pancartes à la main, des hommes, des femmes mais aussi beaucoup de jeunes scandent des slogans contre le cinquième mandat. Aujourd'hui, aucun cordon de sécurité destiné à empêcher l'accès au centre-ville n'a été dressé. La jonction entre différents groupes de manifestants s'effectue facilement.
Les gens marchent, tout simplement, et tous vont en direction du centre de la capitale où se concentre la contestation depuis le début du déclenchement des évènements. Les femmes, très nombreuses, portent souvent une rose à la main. La tenue traditionnelle kabyle, mais aussi le haïek est très présent. Les couleurs nationales sont partout. Accrochées aux balcons, dans des écharpes que beaucoup portent au cou, elles teintent les chapeaux et casquettes qui recouvrent la tête des enfants amenés par leurs parents, se détachent sur des tee-shirts confectionnés pour la circonstance ou s'étalent avec grandeur sur les emblèmes que l'on brandit ou dont se sont drapées des centaines de personnes.
Il est 13h30. Une déferlante humaine a envahi le centre de la capitale. Il en arrive aussi de partout. Des hauteurs d'Alger, El-Biar, de Bouzaréah, ils viennent aussi de Bab-el-Oued où des manifestations ont commencé en milieu de matinée, de Belouizdad, de la périphérie d'Alger, Bab Ezzouar, El- Harrach, Bachdjarrah. Ils passent devant les CRS en criant des mots d'ordre pacifiques.
Ces derniers se contentent de monter la garde devant les institutions, établissements ou autres points sensibles. La foule est organisée. Elle se déplace parfois en carrés.
Au-devant, ce sont surtout des femmes portant le drapeau national qui devancent. Des vendeurs de roses restent à la périphérie pour tenter d'écouler la précieuse fleur à 200 DA la pièce. Un large sourire sur le visage, certains hommes préfèrent distribuer des bonbons.
Un autre carré, composé des supporters du MCA, focalise l'attention. Ils reprennent ces chants fustigeant le pouvoir qui ont ébranlé les stades tout au long des semaines précédentes. Les cris qui s'élèvent parmi les manifestants cessent bizarrement à ce moment.
Photos, applaudissements, youyous. Djamila Bouhired, symbole de la résistance durant la guerre de Libération, marche aux côtés de plusieurs femmes qui l'accompagnent. Un homme d'un certain âge verse des larmes d'émotion. Des jeunes font des selfies. Respectueusement, la foule s'écarte pour la laisser passer.
La prière du vendredi est terminée. Il y a plus de deux heures que les Algériens manifestent dans les rues de la capitale. Les slogans sont durs, sans appel. «Non au cinquième mandat», «20 ans ça suffit», «on ne règle pas le problème avec ceux qui l'ont créé», «Algérie libre et démocratique»…
D'autres fois, ils sont exprimés avec humour : «Quatre plus un font zéro», «Peuple connecté, système déconnecté»… D'autres slogans encore plus durs sont lancés contre le Premier ministre. «Ouyahia dégage, le pays ne t'appartient pas», des mots que la bienséance interdit de reproduire ici sont systématiquement scandés. Il est un peu plus de 16h. Une marée humaine envahit la place Audin et Didouche-Mourad. D'importants groupes continuent à affluer. Sur une immense pancarte on peut lire : «Le pacifisme est notre force», «pas de référendum, le peuple a parlé»…
Les slogans ont évolués, se sont affinés depuis le 22 février. L'intérêt porté à l'évolution de la situation est très perceptible. En réponse aux dernières déclarations de responsables étrangers, beaucoup de jeunes ont écrit en anglais : «Ce qui se passe ici doit rester ici», «Ne vous mêlez pas de nos affaires nous sommes assez grands pour nous en charger»… Le dispositif mis en place à l'entrée de l'autoroute menant vers l'aéroport laisse passer les groupes qui arrivent de la périphérie. Ils vont grossir la foule incroyable rassemblée au centre-ville.
Les manifestants font du sur place. A chaque tentative d'aller plus loin, les CRS se montrent fermes. Un concert de klaxons s'élève à Alger. Vendredi 8 mars, une nouvelle page d'Histoire s'écrit en Algérie.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.