Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Le décret publié au Journal officiel    Belhimer souligne l'urgence de les réguler    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    Concert de Hasna El Becharia    Le Barça perd un joueur avant d'affronter Naples    Communiqué du Conseil des ministres    Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Andy Delort répond encore à Neymar !    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Gros risques sur les banques    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le Chabab, un leader bien fragile    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Des potentialités inexploitées    Le saviez-vous… ?    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madjid, Ali et les autres
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Quand Abdelmadjid Sidi Saïd et Ali Haddad s'esclaffaient, le micro à bout portant et les caméras en travelling, ils étaient, bien évidemment, loin, très loin d'imaginer que quelques semaines plus tard, ils allaient se retrouver dans la posture qui est la leur aujourd'hui. Ce jour-là, ils étaient au terme de l'une de leurs innombrables rencontres où le prétexte socioéconomique faisait rapidement place nette à ce qui les réunissait le plus. On allait dire aux… choses sérieuses ! Parce que les « choses sérieuses » précisément n'ont rien à voir. Ni avec l'action syndicale que doit incarner le premier, ni avec le souci de promotion et de développement de l'entreprise économique qui doit guider le second. Sinon, les Algériens n'auraient pas eu à vivre cet étrange compagnonnage venu de nulle part. Ils avaient en partage Bouteflika et ce qui « allait avec » et ce jour-là, ils se sont encore sentis obligés de nous dire, dans le ricanement et l'emphase, que les choses ne vont pas changer de sitôt. Ce jour-là, il était dans l'air du temps qu'ils « demandent » à Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat et il ne devait pas y avoir grand monde pour en être surpris. Ils ont fait mieux. Ou pire, puisque dans le cas précis, les deux termes peuvent miraculeusement avoir le même sens. Ils lui ont demandé de « continuer à être Président » en nous expliquant que cela relevait de l'évidence. Comme ils ne voyaient pas ce qui pouvait vraiment les retenir, ils ont poussé ça jusqu'au bout. Ils nous ont dit que le 18 avril allait être une… formalité, qu'ils pensaient plutôt à la fête et aux agapes qui allaient s'ensuivre. Ils n'imaginaient pas une seconde que quelques semaines plus tard, le monde Algérie allait glisser sous leurs pieds. Alors que le pays grondait déjà, l'un a été pris dans de ténébreux conciliabules avec celui qui allait diriger la campagne électorale du Président alors « candidat », mystérieusement sur la place publique. Depuis, il s'est éclipsé de la scène en compagnie du premier fusible collatéral des promesses de la colère populaire. Dans la foulée, l'autre pensait s'aménager une honorable porte de sortie en lançant le ballon de sonde d'une « retraite » qui n'avait fait rire personne. Ils ne sont pas seuls à vivre leur « terrible solitude » dans un pays qu'ils croyaient durablement installé à leurs pieds mais les a surpris par la fulgurance de son soulèvement. Ils ne sont pas les seuls, déjà laissés sur le carreau par leurs cercles les plus proches, heureux de s'en tirer à bon compte, parce qu'ils n'ont pas eu la… chance d'être dans le rang des premiers de cordée. Il y en aura d'autres qui vont tenter le sursaut désespéré ou faire le mort. Beaucoup d'autres encore, qui vont partager cette horrible détresse : ils ne sont pas invités à la fête de leur pays.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.