Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Transition : la mort de l'article 102    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Le président Trump effectue une visite au Japon    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Sonatrach peut-elle s'en passer?    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Que faire?    Le Hirak libère les énergies    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madjid, Ali et les autres
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Quand Abdelmadjid Sidi Saïd et Ali Haddad s'esclaffaient, le micro à bout portant et les caméras en travelling, ils étaient, bien évidemment, loin, très loin d'imaginer que quelques semaines plus tard, ils allaient se retrouver dans la posture qui est la leur aujourd'hui. Ce jour-là, ils étaient au terme de l'une de leurs innombrables rencontres où le prétexte socioéconomique faisait rapidement place nette à ce qui les réunissait le plus. On allait dire aux… choses sérieuses ! Parce que les « choses sérieuses » précisément n'ont rien à voir. Ni avec l'action syndicale que doit incarner le premier, ni avec le souci de promotion et de développement de l'entreprise économique qui doit guider le second. Sinon, les Algériens n'auraient pas eu à vivre cet étrange compagnonnage venu de nulle part. Ils avaient en partage Bouteflika et ce qui « allait avec » et ce jour-là, ils se sont encore sentis obligés de nous dire, dans le ricanement et l'emphase, que les choses ne vont pas changer de sitôt. Ce jour-là, il était dans l'air du temps qu'ils « demandent » à Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat et il ne devait pas y avoir grand monde pour en être surpris. Ils ont fait mieux. Ou pire, puisque dans le cas précis, les deux termes peuvent miraculeusement avoir le même sens. Ils lui ont demandé de « continuer à être Président » en nous expliquant que cela relevait de l'évidence. Comme ils ne voyaient pas ce qui pouvait vraiment les retenir, ils ont poussé ça jusqu'au bout. Ils nous ont dit que le 18 avril allait être une… formalité, qu'ils pensaient plutôt à la fête et aux agapes qui allaient s'ensuivre. Ils n'imaginaient pas une seconde que quelques semaines plus tard, le monde Algérie allait glisser sous leurs pieds. Alors que le pays grondait déjà, l'un a été pris dans de ténébreux conciliabules avec celui qui allait diriger la campagne électorale du Président alors « candidat », mystérieusement sur la place publique. Depuis, il s'est éclipsé de la scène en compagnie du premier fusible collatéral des promesses de la colère populaire. Dans la foulée, l'autre pensait s'aménager une honorable porte de sortie en lançant le ballon de sonde d'une « retraite » qui n'avait fait rire personne. Ils ne sont pas seuls à vivre leur « terrible solitude » dans un pays qu'ils croyaient durablement installé à leurs pieds mais les a surpris par la fulgurance de son soulèvement. Ils ne sont pas les seuls, déjà laissés sur le carreau par leurs cercles les plus proches, heureux de s'en tirer à bon compte, parce qu'ils n'ont pas eu la… chance d'être dans le rang des premiers de cordée. Il y en aura d'autres qui vont tenter le sursaut désespéré ou faire le mort. Beaucoup d'autres encore, qui vont partager cette horrible détresse : ils ne sont pas invités à la fête de leur pays.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.