Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dérision, encore et toujours
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 05 - 2019

Le 13e vendredi du mouvement populaire du 22 février n'a pas failli à la tradition qui veut qu'à chaque marche, de nouveaux slogans teintés de dérision pour nombre d'entre eux voient le jour, au diapason des développements intervenus en cours de semaine.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Certes, les millions de manifestants qui, encore une fois, et pour la seconde fois durant le mois de Ramadhan courant, ont bravé le jeûne et la chaleur suffocante ayant prévalu, pour battre le pavé, ont maintenu bien de traditionnels mots d'ordre, mais ils leur ont greffé certains slogans tous nouveaux.
Aux traditionnels «Gaïd Salah dégage», «Bédoui dégage», «Bensalah dégage, Bouchareb dégage», pas d'élections présidentielles organisées par la bande», ou encore «Etat civil, non militaire», il a été enregistré cette fois-ci quelques nouveautés en matière de mots d'ordre. «Ceux qui veulent une révolution pacifique impossible veulent une révolution violente inévitable», pouvons-nous lire, en effet, sur une grande banderole portée par un groupe de jeunes, non loin du siège du bureau régional du RCD, sis en haut de la rue Didouche-Mourad, en plein cœur de la capitale. Là où des débats ont été engagés quelque temps avant la marche hebdomadaire avec les interventions spontanées de nombreux citoyens.
Sur une autre pancarte portée par un vieux accompagné par son épouse, on peut également lire «La bande ne peut pas organiser des élections libres» alors que sur une autre, «Notre objectif, une transition démocratique sans vos figures» était porté en gros caractères rouges. Une vieille femme, assise à même le trottoir à hauteur de la place Maurice-Audin reprenait à haute voix le slogan «Ni Etat militaire, ni bande mercenaire» porté sur une pancarte qu'elle brandit.
Des jeunes à la tête d'un grand carré de manifestants portaient une grande banderole sur laquelle ils avertissent contre toute tentative de contournement des revendications du mouvement populaire.
Et la dernière mesure du gouvernement tant honni, portant autorisation d'importation de véhicules de moins de trois ans n'a pas échappé à la dérision des Algériens. «C'est quoi cette histoire d'importation de véhicules de moins de trois ans ? L'Algérie n'est pas la poubelle de l'Europe. «Les Algériens veulent une vraie industrie automobile», écrit-on sur une grande banderole quand d'autres ne tournent pas simplement la trouvaille à la dérision.
«Nous voulons des dirigeants élus de moins de soixante ans et pas de véhicules de moins de trois ans», pouvons-nous lire sur plusieurs pancartes.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.