Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»
M. Chems-Eddine Chitour à propos du système éducatif :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 05 - 2019

«Le 19 mai est une date repère qu'il ne faut pas oublier, elle représente l'occasion d'un ressourcement», selon le professeur émérite de l'Ecole polytechnique d'Alger Chems-Eddine Chitour, qui revient sur la symbolique de cette journée en hommage à ces nombreux étudiants jeunes qui étaient «partie prenante de la révolution».
Le Pr Chitour, qui était hier «L'invité de la rédaction» de la Chaîne 3 , s'est remémoré le souvenir d'un universitaire de 28 ans, «qu'on appelait le ‘'chimiste'', Taleb Abderrahmane», guillotiné le 24 avril 1958 «pour avoir choisi de se battre contre le colonialisme». Il a affirmé qu'aux côtés des maquisards, «il y avait une élite, des intellectuels qui ont fait que la Révolution réussisse» soulignant que le «socle d'une société» repose avant tout sur un système éducatif performant. «Nous devons réhabiliter le système éducatif algérien, les universitaires et les intellectuels étaient longtemps marginalisés», rappela-t-il avant de revenir sur une situation qui a nécessité «une massification» après l'indépendance. Aujourd'hui, «on est à 9 millions et demi d'élèves, 25 000 écoles, 5 000 CEM et 3.000 lycées», a soutenu le professeur Chitour qui fera remarquer qu'au niveau de ces établissements, sous-financés, l'acte pédagogique est resté ignoré, parce qu'«on n'a pas été assez exigeant» à l'encontre des personnels enseignants, dont il relève un manque de rigueur dans la formation. «Le problème, constate l'intervenant, c'est qu'on a fait dans la démagogie», parce que, explique-t-il, on n'a pas été juste avec les enseignants, considérés comme des moins que rien, alors que le système éducatif représente «la colonne vertébrale d'un pays».
Avec un budget de 780 milliards de dinars, le Pr estime qu'«on ne met pas assez de moyens» pour ce secteur. Selon lui, les enseignants sont sous-payés, ils n'avaient ni les moyens, notamment pédagogiques, ni, pour certains parmi eux, les compétences pour dispenser un enseignement de qualité. Et si l'école en est arrivée à la situation de marasme dans laquelle elle se trouve enfoncée, c'est parce qu'on n'a jamais prêté la moindre considération à l'enseignant, ce «formateur des générations futures».
Pour ce qui est de l'actualité, l'invité a commenté, par ailleurs, la grève en cours des étudiants considérant que «l'année universitaire n'est pas perdue, pour autant, que l'on remobilise rapidement les enseignants, afin qu'ils acceptent de dispenser les cours, jusqu'à la fin de juillet, pour en valider au moins les 85 pour cent».Il affirmera aussi qu'«il faut que l'école soit tenue hors des perturbations politiques».
Il faut passer également de la légitimité révolutionnaire à la légitimité des neurones selon lui, en estimant que dans cette situation de crise que traverse le pays, il serait impossible d'organiser «rationnellement» des élections le 4 juillet proposant par la même occasion une date symbolique du 1er novembre, qui inscrira l'entrée d'une nouvelle Révolution.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.