Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Le PAD lance ses propres consultations    Le RAJ célèbre la première année du Hirak    L'Algérie, sacré pays ou terre profane ?    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    Les dossiers Khelil et Ghoul transmis à la Cour suprême    Un apport indéniable    Le P-dg d'Ooredoo expulsé d'Algérie ?    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    L'Algérie s'engage à Tunis avec le Comelec    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Serport saisit la justice    Erling Haaland, naissance d'un géant    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    La FAF met la pression sur l'entraîneur Saber Bensmaïn    Fin de mission du comité de sauvegarde de l'USMA    CRB : quelle charnière centrale à Biskra ?    Agression d'une enseignante par un étudiant, le syndicat s'insurge    Les syndicats chez Ouadjaout la semaine prochaine    SOS Méditerranée sauve 98 personnes d'un nauffrage    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    ACTUCULT    Les chemins vers l'art    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Zahir Abdjaoui en concert à Montréal    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Division nationale amateurs - Centre: Le WA Boufarik sur du velours    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»
M. Chems-Eddine Chitour à propos du système éducatif :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 05 - 2019

«Le 19 mai est une date repère qu'il ne faut pas oublier, elle représente l'occasion d'un ressourcement», selon le professeur émérite de l'Ecole polytechnique d'Alger Chems-Eddine Chitour, qui revient sur la symbolique de cette journée en hommage à ces nombreux étudiants jeunes qui étaient «partie prenante de la révolution».
Le Pr Chitour, qui était hier «L'invité de la rédaction» de la Chaîne 3 , s'est remémoré le souvenir d'un universitaire de 28 ans, «qu'on appelait le ‘'chimiste'', Taleb Abderrahmane», guillotiné le 24 avril 1958 «pour avoir choisi de se battre contre le colonialisme». Il a affirmé qu'aux côtés des maquisards, «il y avait une élite, des intellectuels qui ont fait que la Révolution réussisse» soulignant que le «socle d'une société» repose avant tout sur un système éducatif performant. «Nous devons réhabiliter le système éducatif algérien, les universitaires et les intellectuels étaient longtemps marginalisés», rappela-t-il avant de revenir sur une situation qui a nécessité «une massification» après l'indépendance. Aujourd'hui, «on est à 9 millions et demi d'élèves, 25 000 écoles, 5 000 CEM et 3.000 lycées», a soutenu le professeur Chitour qui fera remarquer qu'au niveau de ces établissements, sous-financés, l'acte pédagogique est resté ignoré, parce qu'«on n'a pas été assez exigeant» à l'encontre des personnels enseignants, dont il relève un manque de rigueur dans la formation. «Le problème, constate l'intervenant, c'est qu'on a fait dans la démagogie», parce que, explique-t-il, on n'a pas été juste avec les enseignants, considérés comme des moins que rien, alors que le système éducatif représente «la colonne vertébrale d'un pays».
Avec un budget de 780 milliards de dinars, le Pr estime qu'«on ne met pas assez de moyens» pour ce secteur. Selon lui, les enseignants sont sous-payés, ils n'avaient ni les moyens, notamment pédagogiques, ni, pour certains parmi eux, les compétences pour dispenser un enseignement de qualité. Et si l'école en est arrivée à la situation de marasme dans laquelle elle se trouve enfoncée, c'est parce qu'on n'a jamais prêté la moindre considération à l'enseignant, ce «formateur des générations futures».
Pour ce qui est de l'actualité, l'invité a commenté, par ailleurs, la grève en cours des étudiants considérant que «l'année universitaire n'est pas perdue, pour autant, que l'on remobilise rapidement les enseignants, afin qu'ils acceptent de dispenser les cours, jusqu'à la fin de juillet, pour en valider au moins les 85 pour cent».Il affirmera aussi qu'«il faut que l'école soit tenue hors des perturbations politiques».
Il faut passer également de la légitimité révolutionnaire à la légitimité des neurones selon lui, en estimant que dans cette situation de crise que traverse le pays, il serait impossible d'organiser «rationnellement» des élections le 4 juillet proposant par la même occasion une date symbolique du 1er novembre, qui inscrira l'entrée d'une nouvelle Révolution.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.