Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    [Vidéos] Les manifestants exigent la libération des détenus d'opinion    Alger : Manif matinale face à une marée bleue    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Les compositions probables    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Des noms et des questions    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le système éducatif sert à parquer les élèves"
Le Pr Chems-Eddine Chitour à "Liberté"
Publié dans Liberté le 08 - 08 - 2016

Chems-Eddine Chitour est professeur et directeur du laboratoire de valorisation des hydrocarbures, à l'Ecole nationale polytechnique. Cet ancien secrétaire général au ministère de l'Enseignement supérieur est auteur de nombreuses publications et de plusieurs ouvrages dont "L'éducation et la culture de l'Algérie : des origines à nos jours".
Liberté : Depuis près d'un mois, les résultats du bac 2016 sont connus : il y a eu moins de 50% de réussite. Que vous révèlent ces résultats ?
Chems-Eddine Chitour : Pour vous répondre, il faut revenir au nombre de candidats qui se sont présentés à cet examen. Sur les 814 000 candidats, quelque 380 000 ont été reçus, soit près de 49%, en fait : 49% des lycéens scolarisés et 32% des personnes non scolarisées. Dans ces conditions, que deviennent les 400 000 élèves qui ont échoué ? C'est là un problème de fond, mais, pudiquement, personne n'en parle. Dans l'Algérie de 2016, la formation professionnelle est le parent pauvre. Nous avons encore la mentalité d'avant et préférons ce qu'on appelle les métiers de niveau 6 (médecin, pharmacien...), alors que le pays a besoin de métiers de niveau 5 (niveau de technicien).
Il n'y a pas de vision là-dessus, parce que le milieu industriel n'est pas limpide : on ne sait pas quels sont ses besoins. L'université fait des propositions de programmes et forme, mais depuis une vingtaine d'années, aucune enquête n'a été menée pour suivre les diplômés et savoir ce qu'ils deviennent. On sait qu'une grande partie d'entre eux va dans l'informel. Il y a à peu près 10% qui arrivent à trouver un job et les autres exercent un travail pour lequel ils n'ont pas été formés. Voilà donc le système éducatif... sans vision à long terme. Entre parenthèses, il y a eu 660 000 candidats au bac en France. Nous avons plus de candidats au baccalauréat que la France qui a une population de 65 millions. Nous avons autant de candidats au bac que l'Iran, qui a 80 millions d'habitants. D'ici à 3 ou 4 ans, nous aurons peut-être un million de candidats au bac et 2 millions d'étudiants à l'université. À ce rythme-là, nous allons dépasser la France en 2025 !
Quel est le vrai problème du système éducatif algérien ?
Nous travaillons sur une vitesse acquise. Le système éducatif est un train fou qu'on ne peut pas arrêter. Donc, on forme pour former. Depuis 1962, les pouvoirs ont toujours donné les moyens au système éducatif, mais il n'y a jamais eu d'évaluation de l'aspect qualitatif. Pendant les premières années de l'Indépendance, la massification était nécessaire et elle nous a permis d'avoir des diplômés avec des compétences diverses. Mais, depuis, on pense que le système éducatif est là pour parquer des élèves, sans se préoccuper de l'acte pédagogique. Nous avons 10 millions d'élèves, soit 25% de la population algérienne, qui sont parqués dans le système éducatif et à qui on demande de ne pas faire de vagues, de ne pas poser de problème ni de mener des grèves. On inaugure des amphis, des cités universitaires, des salles de classe, des restaurants, mais aucun responsable ne va voir comment on enseigne. La détérioration de l'acte pédagogique se paie. L'Unesco a fait plusieurs reproches au bac algérien, disons qu'il est hors normes. Mais, le fait qu'il ne réponde pas aux critères du bac Unesco ne veut pas dire que les 25% ne valent rien. De plus, sur les 50% qui ont réussi leur bac, il y a peut-être 20% qui valent quelque chose.
Où en est alors la réforme de 2001 dans laquelle vous avez été impliqué personnellement ?
Elle n'a jamais été appliquée, ni par l'ancien ministre de l'Education Benbouzid ni maintenant...
À quoi faites-vous référence en parlant d'"idées généreuses" ?
Je fais référence à une école ouverte, fascinée par l'avenir, avec une identité plurielle et assumée, sans faire de la langue arabe et de la religion un fonds de commerce. À une école qui sert comme un ascenseur social, qui donne la chance à tout le monde et qui ne laisse personne sur le bord de la route. Ce n'est pas le cas du système éducatif actuel. Les gens qui ont les moyens font en sorte que leurs enfants aient un niveau de qualité, généralement à l'extérieur. Aujourd'hui, on assiste à un foisonnement d'écoles privées, mais ce n'est pas tout le monde qui peut payer et y accéder.
En France, l'Etat aide le privé qui prend en charge 2,5 millions d'élèves sur les 12 millions scolarisés. En Algérie, l'Etat n'aide pas le privé, il fait comme s'il n'existait pas. L'éthique a aussi disparu dans l'école algérienne. Il y a une dérive totale : les enseignants des lycées enseignent dans des hangars pour avoir des fins de mois plus intéressantes, en essayant de se compromettre même dans les sujets du bac.
En plus de ces chasseurs de primes, il y a le plagiat... La société est gangrenée par la corruption. Dans le système éducatif, la corruption est encore plus grave, puisqu'il s'agit de former l'élite de demain. Mais, malheureusement, on fait comme s'il n'y avait pas de problème. Le système éducatif est bel et bien en panne.
Propos recueillis par : H. Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.