Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"
Publié dans Le Maghreb le 20 - 05 - 2019

Le 19 mai, célébré hier, commémore la Journée nationale de l'étudiant, en hommage à ces nombreux jeunes qui ont choisi de cesser leurs études pour apporter leur part à la lutte d'indépendance de l'Algérie et parmi lesquels nombreux périrent en martyrs.
Pour le professeur émérite de l'Ecole polytechnique d'Alger, il s'agit là d'une " date symbolique, un repère, qu'il ne faut pas oublier, en ce sens qu'elle représente l'occasion d'un ressourcement ".
Accueilli, dimanche, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le professeur Chems Eddine Chitour déclare se remémorer le souvenir d'un universitaire de 28 ans, " qu'on appelait le chimiste, à savoir Taleb Abderrahmane ", guillotiné le 24 avril 1958 " pour avoir choisi de se battre contre le colonialisme ".
Soulignant, par ailleurs, que le " socle d'une société " repose avant tout sur un système éducatif performant, il rappelle que pendant très longtemps, les universitaires et les intellectuels ont été marginalisés.
Rappelant l'existence actuelle de 25.000 écoles, 5.000 CEM et 3.000 lycées, le professeur Chitour remarque qu'au niveau de ces établissements, par ailleurs sous-financés, l'acte pédagogique est resté ignoré, parce qu'" on n'a pas été assez exigeants " à l'encontre des personnels enseignants, dont il relève un manque de rigueur dans la formation.
" Le problème, constate l'intervenant, c'est qu'on a fait dans la démagogie ", parce que, explique-t-il, on n'a pas été justes avec les enseignants, considérés comme des moins que rien, alors que le système éducatif représente " la colonne vertébrale d'un pays ".
Pour lui, si l'école n'a pas su répondre à ce qui était attendu d'elle, c'est parce que les enseignants, sous-payés, n'avaient ni les moyens, notamment pédagogiques, ni pour certains parmi eux, les compétences pour dispenser un enseignement de qualité.
Enfonçant le clou, le professeur Chitour observe que si l'école en est arrivée à la situation de marasme dans laquelle elle se trouve enfoncée, c'est parce, dit-il, on n'a jamais prêté la moindre considération à l'enseignant, ce " formateur des générations futures ".
L'invité juge qu'il y a nécessité, aujourd'hui, de réhabiliter l'enseignant, de lui donner les moyens nécessaires pour exercer, en étant au préalable, très rigoureux dans sa formation.
Commentant, par ailleurs, la grève en cours des étudiants, il considère que l'année universitaire n'est pas perdue, pour autant, explique-t-il, que l'on remobilise rapidement les enseignants, pour qu'ils acceptent de dispenser les cours, jusqu'à la fin de juillet, pour pouvoir en valider au moins les 85% du programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.