Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"
Publié dans Le Maghreb le 20 - 05 - 2019

Le 19 mai, célébré hier, commémore la Journée nationale de l'étudiant, en hommage à ces nombreux jeunes qui ont choisi de cesser leurs études pour apporter leur part à la lutte d'indépendance de l'Algérie et parmi lesquels nombreux périrent en martyrs.
Pour le professeur émérite de l'Ecole polytechnique d'Alger, il s'agit là d'une " date symbolique, un repère, qu'il ne faut pas oublier, en ce sens qu'elle représente l'occasion d'un ressourcement ".
Accueilli, dimanche, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le professeur Chems Eddine Chitour déclare se remémorer le souvenir d'un universitaire de 28 ans, " qu'on appelait le chimiste, à savoir Taleb Abderrahmane ", guillotiné le 24 avril 1958 " pour avoir choisi de se battre contre le colonialisme ".
Soulignant, par ailleurs, que le " socle d'une société " repose avant tout sur un système éducatif performant, il rappelle que pendant très longtemps, les universitaires et les intellectuels ont été marginalisés.
Rappelant l'existence actuelle de 25.000 écoles, 5.000 CEM et 3.000 lycées, le professeur Chitour remarque qu'au niveau de ces établissements, par ailleurs sous-financés, l'acte pédagogique est resté ignoré, parce qu'" on n'a pas été assez exigeants " à l'encontre des personnels enseignants, dont il relève un manque de rigueur dans la formation.
" Le problème, constate l'intervenant, c'est qu'on a fait dans la démagogie ", parce que, explique-t-il, on n'a pas été justes avec les enseignants, considérés comme des moins que rien, alors que le système éducatif représente " la colonne vertébrale d'un pays ".
Pour lui, si l'école n'a pas su répondre à ce qui était attendu d'elle, c'est parce que les enseignants, sous-payés, n'avaient ni les moyens, notamment pédagogiques, ni pour certains parmi eux, les compétences pour dispenser un enseignement de qualité.
Enfonçant le clou, le professeur Chitour observe que si l'école en est arrivée à la situation de marasme dans laquelle elle se trouve enfoncée, c'est parce, dit-il, on n'a jamais prêté la moindre considération à l'enseignant, ce " formateur des générations futures ".
L'invité juge qu'il y a nécessité, aujourd'hui, de réhabiliter l'enseignant, de lui donner les moyens nécessaires pour exercer, en étant au préalable, très rigoureux dans sa formation.
Commentant, par ailleurs, la grève en cours des étudiants, il considère que l'année universitaire n'est pas perdue, pour autant, explique-t-il, que l'on remobilise rapidement les enseignants, pour qu'ils acceptent de dispenser les cours, jusqu'à la fin de juillet, pour pouvoir en valider au moins les 85% du programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.