REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»
Mohamed Chérif Belmihoub (professeur et analyste en économie)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2019

La perversion morale au sein de la société, d'une part, et la commande publique, d'autre part, déterminent, sur le plan théorique, l'ampleur de la corruption dans un pays. Deux facteurs qui ressortent dans des études commandées par la Banque mondiale et d'autres institutions qui démontrent que, finalement, plus le budget de l'Etat est important, plus se répand la corruption.
Tel est le constat émis par Mohamed Chérif Belmihoub, professeur et analyste en économie, hier sur la Chaîne 3 de la Radio nationale, pour étayer son point de vue sur la foultitude d'affaires traitées par la justice ces dernières semaines. Lutter contre ce mal qui a gangréné la société, pour le professeur Belmihoub, nécessite «la réforme du système de gouvernance» d'autant que la corruption a toujours existé jusqu'à devenir «une règle normale de fonctionnement». La corruption a, donc, toujours existé comme l'illustre le fait avéré et qui a établi que le système politique ne s'est pas constitué de partisans mais de clients, bien que sur le plan du droit le pays pouvait se targuer d'avoir une législation assez complète pour lutter contre la corruption «mais qui n'a pas fonctionné malheureusement» parce qu'il y avait une sorte de compromis qui voulait qu'on ne touche pas à certaines personnes, à une certaine sphère.
Cela n'a pas empêché, en tous les cas, au fil des années, que le fait ait fini par devenir une règle «normale» de fonctionnement de l'Etat et de ses institutions, a expliqué l'analyste en économie qui, par ailleurs, n'a pas omis de rappeler ce que la presse nationale a souvent rapporté depuis plusieurs années sur des cas d'individus qui ne se gênaient pas de payer pour occuper des postes dans les institutions et autres secteurs pour ensuite faire fructifier en retour leur position en se faisant corrompre.
L'invité de la Chaîne 3 citera pour exemple ce qui s'est passé dans la gestion des œuvres universitaires où des individus payaient pour occuper des postes où «le retour» compense largement ce qui était payé au départ pour être nommé. Le pourrissement dans la sphère politique s'est, durant les vingt dernières années, corrélé avec la masse budgétaire publique pour, à la longue, devenir cette «règle normale de fonctionnement». En guise d'évaluation, le professeur Belmihoub n'a pas hésité à établir que «la corruption est devenue un marché, avec une offre et une demande» générant au final des montants «extrêmement importants». Par les chiffres, le coût de la corruption, selon le professeur Belmihoub, atteint la proportion pharaonique de 30 % de la dépense publique évaluée, elle, entre 1 000 et 1 500 milliards de dollars. «Là où il y a intervention de l'Etat, il y a corruption» selon la sentence de l'analyste économique qui pense que malgré tout «on ne peut mettre tout le monde en prison parce que la corruption est devenue un système, pas un phénomène». Dès lors, la solution serait de «changer de système, mais ceux contre lesquels les preuves sont établies, la justice doit continuer à fonctionner» estime M. Belmihoub.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.