Tipasa : interdiction de la circulation automobile de et vers la wilaya sauf les véhicules de transport de marchandises    Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»
Mohamed Chérif Belmihoub (professeur et analyste en économie)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2019

La perversion morale au sein de la société, d'une part, et la commande publique, d'autre part, déterminent, sur le plan théorique, l'ampleur de la corruption dans un pays. Deux facteurs qui ressortent dans des études commandées par la Banque mondiale et d'autres institutions qui démontrent que, finalement, plus le budget de l'Etat est important, plus se répand la corruption.
Tel est le constat émis par Mohamed Chérif Belmihoub, professeur et analyste en économie, hier sur la Chaîne 3 de la Radio nationale, pour étayer son point de vue sur la foultitude d'affaires traitées par la justice ces dernières semaines. Lutter contre ce mal qui a gangréné la société, pour le professeur Belmihoub, nécessite «la réforme du système de gouvernance» d'autant que la corruption a toujours existé jusqu'à devenir «une règle normale de fonctionnement». La corruption a, donc, toujours existé comme l'illustre le fait avéré et qui a établi que le système politique ne s'est pas constitué de partisans mais de clients, bien que sur le plan du droit le pays pouvait se targuer d'avoir une législation assez complète pour lutter contre la corruption «mais qui n'a pas fonctionné malheureusement» parce qu'il y avait une sorte de compromis qui voulait qu'on ne touche pas à certaines personnes, à une certaine sphère.
Cela n'a pas empêché, en tous les cas, au fil des années, que le fait ait fini par devenir une règle «normale» de fonctionnement de l'Etat et de ses institutions, a expliqué l'analyste en économie qui, par ailleurs, n'a pas omis de rappeler ce que la presse nationale a souvent rapporté depuis plusieurs années sur des cas d'individus qui ne se gênaient pas de payer pour occuper des postes dans les institutions et autres secteurs pour ensuite faire fructifier en retour leur position en se faisant corrompre.
L'invité de la Chaîne 3 citera pour exemple ce qui s'est passé dans la gestion des œuvres universitaires où des individus payaient pour occuper des postes où «le retour» compense largement ce qui était payé au départ pour être nommé. Le pourrissement dans la sphère politique s'est, durant les vingt dernières années, corrélé avec la masse budgétaire publique pour, à la longue, devenir cette «règle normale de fonctionnement». En guise d'évaluation, le professeur Belmihoub n'a pas hésité à établir que «la corruption est devenue un marché, avec une offre et une demande» générant au final des montants «extrêmement importants». Par les chiffres, le coût de la corruption, selon le professeur Belmihoub, atteint la proportion pharaonique de 30 % de la dépense publique évaluée, elle, entre 1 000 et 1 500 milliards de dollars. «Là où il y a intervention de l'Etat, il y a corruption» selon la sentence de l'analyste économique qui pense que malgré tout «on ne peut mettre tout le monde en prison parce que la corruption est devenue un système, pas un phénomène». Dès lors, la solution serait de «changer de système, mais ceux contre lesquels les preuves sont établies, la justice doit continuer à fonctionner» estime M. Belmihoub.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.