KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mesures à prendre en extrême urgence
Pour éviter la dilapidation des réserves de change et l'argent du trésor public
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 03 - 2019

Les appels de personnalités auxquelles rien ne peut être reproché, notamment des experts sur des questions aussi sensibles que le domaine de l'énergie ou l'économie en général, commencent à se multiplier eu égard à la très délicate situation induite par la crise politique.
Des appels qui ne sont pas dénués de fondement, à l'instar de celui lancé hier par le professeur et consultant en économie Mohamed Cherif Belmihoub à partir des locaux de la Chaîne 3. La dégradation de la situation économique ne date pas de ce dernier mois a, d'abord, précisé le professeur Belmihoub, la situation «complexe» qui se traduit par la crise institutionnelle ne fait qu'ajouter à la délicate situation de l'économie nationale. «Les opérateurs économiques s'engagent par rapport à un contexte, anticipent sur l'avenir, et lorsque la situation n'est pas claire sur le plan institutionnel comme c'est le cas en ce moment en Algérie, je crains que l'engagement des opérateurs économiques le soit à minima», a-t-il expliqué en parlant notamment du risque que l'investissement soit bloqué pendant un certain temps. Ceci et surtout que même sans cette situation, le climat des affaires en Algérie n'était déjà pas bon pour de multiples raisons, entre autres, la corruption, la bureaucratie, et l'accès au crédit.
L'urgence du moment impose que l'on prenne ce que le professeur Belmihoub appelle «des mesures de sauvegarde». Déjà sur le plan des réserves de change, il faudra mettre la gestion des devises sous la supervision directe d'un comité et non pas entre les seules mains de la Banque d'Algérie «pour parer au risque de voir nos réserves de change s'évaporer ne serait-ce qu'en partie».
Seconde urgence : la gestion des comptes du Trésor public, déjà sujets à une dégradation. Les immenses quantités d'argent imprimées, d'une part, et la surliquidité qui a induit l'augmentation, la semaine dernière, du taux de réserves obligatoires des banques à 12%, font que ces dernières sont en situation de surliquidités. Il va falloir du «sérieux» sur ce plan de la gestion des comptes publics, du sérieux mais pas des réformes parce que «des réformes doivent être menées par un gouvernement légitime et suivant un consensus national».
Quoi qu'il en soit, il est à espérer, selon le professeur et consultant Mohamed Cherif Belmihoub, que la période de transition sur laquelle tout le monde parle soit «la plus courte possible», et ce, en exploitant ce que laisse comme possibilités la Constitution même s'il faudrait revoir cette dernière plus tard, le tout pour éviter le chaos.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.