L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mesures à prendre en extrême urgence
Pour éviter la dilapidation des réserves de change et l'argent du trésor public
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 03 - 2019

Les appels de personnalités auxquelles rien ne peut être reproché, notamment des experts sur des questions aussi sensibles que le domaine de l'énergie ou l'économie en général, commencent à se multiplier eu égard à la très délicate situation induite par la crise politique.
Des appels qui ne sont pas dénués de fondement, à l'instar de celui lancé hier par le professeur et consultant en économie Mohamed Cherif Belmihoub à partir des locaux de la Chaîne 3. La dégradation de la situation économique ne date pas de ce dernier mois a, d'abord, précisé le professeur Belmihoub, la situation «complexe» qui se traduit par la crise institutionnelle ne fait qu'ajouter à la délicate situation de l'économie nationale. «Les opérateurs économiques s'engagent par rapport à un contexte, anticipent sur l'avenir, et lorsque la situation n'est pas claire sur le plan institutionnel comme c'est le cas en ce moment en Algérie, je crains que l'engagement des opérateurs économiques le soit à minima», a-t-il expliqué en parlant notamment du risque que l'investissement soit bloqué pendant un certain temps. Ceci et surtout que même sans cette situation, le climat des affaires en Algérie n'était déjà pas bon pour de multiples raisons, entre autres, la corruption, la bureaucratie, et l'accès au crédit.
L'urgence du moment impose que l'on prenne ce que le professeur Belmihoub appelle «des mesures de sauvegarde». Déjà sur le plan des réserves de change, il faudra mettre la gestion des devises sous la supervision directe d'un comité et non pas entre les seules mains de la Banque d'Algérie «pour parer au risque de voir nos réserves de change s'évaporer ne serait-ce qu'en partie».
Seconde urgence : la gestion des comptes du Trésor public, déjà sujets à une dégradation. Les immenses quantités d'argent imprimées, d'une part, et la surliquidité qui a induit l'augmentation, la semaine dernière, du taux de réserves obligatoires des banques à 12%, font que ces dernières sont en situation de surliquidités. Il va falloir du «sérieux» sur ce plan de la gestion des comptes publics, du sérieux mais pas des réformes parce que «des réformes doivent être menées par un gouvernement légitime et suivant un consensus national».
Quoi qu'il en soit, il est à espérer, selon le professeur et consultant Mohamed Cherif Belmihoub, que la période de transition sur laquelle tout le monde parle soit «la plus courte possible», et ce, en exploitant ce que laisse comme possibilités la Constitution même s'il faudrait revoir cette dernière plus tard, le tout pour éviter le chaos.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.