Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Le marché informel des télés offshore    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    Les explications de Météo Algérie    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE : Arrestation de 29 personnes à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    POUR INFRACTIONS AUX MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID 19 : 125 décisions de fermeture de commerces à Mascara    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Iris à la conquête des USA    L'extravagance toujours au menu    Kia se maintient en tête    171 projets retenus par le FCE    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Ledjdar, une nouvelle publication dédiée au patrimoine    Hommage à l'artiste Bettina Heinen-Ayech    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    AADL: le site web de l'Agence ouvert au profit de 47.000 souscripteurs    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un voyage à travers 600 ans d'art universel
Musée national des Beaux-arts d'Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Dans un environnement idyllique niché entre le complexe Riadh El-feth et le Jardin d'essai d'El-Hamma, le musée national des beaux-arts propose à ses visiteurs un voyage à travers six siècles d'histoire de l'art universel, à la faveur d'un nouveau parcours muséal, dans une bâtisse bientôt centenaire renfermant l'une des plus importantes collections du continent.
Pas moins de 8 000 œuvres d'art, peintures, sculptures, livres anciens, moulages et autre mobilier constituent la collection de cet imposant musée de style art-déco conçu en quatre étages et ouvert en 1930 par les autorités coloniales françaises en célébration du «centenaire de la prise d'Alger».
Le musée propose une exposition permanente intitulée «Histoire de l'art universel». Il s'agit d'un nouveau parcours remontant l'histoire de l'art depuis la plus ancienne œuvre de la collection, Le baptême du Christ (1367) du peintre italien Barnaba Da Modena (1328-1386).
Le visiteur découvre par la suite le Salon carré où les œuvres de Rembrandt représentent l'école hollandaise à côté de l'académie royale de peinture, ou encore des peintures de l'école italienne accrochées dans un salon authentique, dont le Portrait de Alexandre de Medicis de l'Italien Pontormo, datée du XVIe et restauré en 2010 dans le laboratoire du musée. De salle en salle, le visiteur voit l'évolution des grandes écoles d'art à travers les œuvres de leurs fondateurs, le classicisme d'Antoine-Jean Gros, l'impressionnisme de Claude Monet auteur d'une des œuvres majeures du musée, Les rochers de Belle-Ile (1886) ou encore les courants des symbolistes et des fauvistes. Le parcours est coupé par une halte sculpture avec entre autres grand noms Auguste Rodin et Charles Despiau avant de continuer le parcours jusqu'à l'école du cubisme et les fameux croquis de Pablo Picasso.
L'installation de ce nouveau parcours a été motivée par la volonté de mettre à la disposition du public un parcours «didactique et chronologique, balisé par une nouvelle signalétique». Cependant le musée ne dispose pas de guide ni d'audio guide pour les visiteurs. Avec la même conception, la salle Bachir-Yelles abrite l'exposition «L'épopée» retraçant l'histoire d'Alger. Cet espace donne accès à la pergola, où sont exposés de nombreuses sculptures — un des atouts majeurs du musée — une grande terrasse avec une vue imprenable sur le Jardin d'essai et la baie d'Alger.
L'œuvre de l'Italien Barnaba Da Modena, reproduisant des scènes bibliques, représente le plus ancien trésor de cette bâtisse. Daté de 1367, ce tableau est exposé dans une vitrine en verre.
Connu pour être un des fondateurs du courant impressionniste Jean-Baptiste Camille Corot propose ces deux toiles intitulées «Paysages d'Ile de France», d'apparence anodines, elles puisent leur particularité dans leur histoire. Le peintre avait exécuté ces dessins sur les murs d'un kiosque, avant que les peintures ne soient transposées sur la toile. Dans le même courant artistique le musée expose fièrement la pièce maîtresse de sa collection, Les rochers de Belle-île de Claude Monet, une œuvre majeure de l'impressionnisme.
Dans le Cabinet des estampes trône l'œuvre majeure de la miniature algérienne, L'histoire de l'Islam, signée des mains d'un des plus grands noms de la miniature mondiale Mohamed Racim, alors que dans la galerie des bronzes, une imposante sculpture, dédiée au héros de la mythologie grecque, Héraclès, happe tous les regards.
Réalisée par Antoine Bourdelle (1861-1929) dans les années 1910, Héraclès archer s'inspire d'un des douze travaux d'Héraclès et a été installée avant de finaliser la construction des murs.
Deux géants de la peinture algérienne se partagent un espace d'exposition avec des peintures d'Asie centrale, M'hamed Issiakhem (1928-1985) et le peintre du signe Mohamed Khadda (1930-1991). A eux deux, ils représentent les fondements de la peinture algérienne contemporaine, avec une «éclosion du signe» (...) et une «récupération des bruns, des roux, des ocres et des bleus de sa terre», écrivait Jean Sénac sur les oeuvres de Khadda. La mendiante de M'hamed Issiakhem réconcilie le visiteur avec une peinture algérienne profondément ancrée dans la terre, la souffrance, et la mère. En plus de cette collection, une bibliothèque riche de plus de 10 000 ouvrages dédiés à l'histoire de l'art, à l'archéologie, aux arts et à l'architecture, est également ouverte à la demande. Inaugurée en 1942, elle conserve son mobilier d'origine.Dans cette bibliothèque, dont le plus ancien ouvrage remonte au XVIIIe, les livres sont rangés dans des meubles hauts comportant des escaliers et des échelles en bois.
Autre petit musée, le «Cabinet des estampes». Baptisé également salle Mohamed Racim, il renferme 1 500 œuvres sur papier (esquisses, documents, manuscrits...) qui font l'objet d'un effort de conservation particulier dans les laboratoires du musée. D'autres salles sont également réservées au courant orientaliste et proposent des œuvres de peintres de renom à l'instar de Eugène Delacroix, de Hippolyte Lazerges ou encore les dernières acquisitions du musée, signées Etienne Dinet.
Le musée offre également aux visiteurs, en plus de la terrasse, des espaces de détente dans une végétation luxuriante et invite ses hôtes à continuer ce parcours en regagnant la grotte Cervantès et le jardin d'essai au pied de ce haut lieu de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.