Le rétablissement de la confiance du citoyen, «priorité absolue» du Gouvernement    MDN: Livraison d'aides humanitaires au Niger    Man City : Guardiola repris de volée par les supporters    FC Barcelone: Pogba gratuit, le rêve irréalisable de Laporta?    Al-Kouni: je viens pour informer le Président Tebboune de la teneur de mes visites dans les pays voisins au sud de la Libye    Feu vert pour le retour du public avec pass sanitaire    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Aokas, ville morte    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les MAE arabes disent non    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Musée des Beaux-arts.. Une virée à travers 600 ans d'art universel
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 06 - 2019

Dans un environnement idyllique niché entre le complexe Ryadh El feth et le jardin d'Essais d'El Hamma, le musée national des Beaux-arts propose à ses visiteurs un voyage à travers six siècles d'histoire de l'art universel, à la faveur d'un nouveau parcours muséal, dans une bâtisse bientôt centenaire renfermant l'une des plus importantes collections du continent.
Pas moins de 8000 œuvres d'art, peintures, sculptures, livres anciens, moulages et autre mobilier constituent la collection de cet imposant musée de style art-déco conçu en quatre étages et ouvert en 1930 par les autorités coloniales françaises en célébration du Centenaire de la prise d'Alger. Le musée propose une exposition permanente intitulée Histoire de l'art universel. Il s'agit d'un nouveau parcours remontant l'histoire de l'art depuis la plus ancienne œuvre de la collection, Le baptême du Christ (1367) du peintre italien Barnaba Da Modena (1328-1386). Le visiteur découvre par la suite le Salon carré où les œuvres de Rembrandt représentent l'école hollandaise à côté de l'académie royale de peinture, ou encore des peintures de l'école italienne accrochées dans un salon authentique, dont le Portrait de Alexandre de Medicis de l'Italien Pontormo, daté du XVIe et restauré en 2010 dans le laboratoire du musée.
Absence de guides
De salle en salle, le visiteur voit l'évolution des grandes écoles d'art à travers les œuvres de leurs fondateurs, le classicisme d'Antoine-Jean Gros, l'impressionnisme de Claude Monet, auteur d'une des œuvres majeures du musée, “Les rochers de Belle-Ile” (1886) ou encore les courants des symbolistes et des fauvistes. Le parcours est coupé par une halte sculpture avec entre autres grands noms Auguste Rodin et Charles Despiau avant de continuer le parcours jusqu'à l'école du cubisme et les fameux croquis de Pablo Picasso. L'installation de ce nouveau parcours a été motivée par la volonté de mettre à la disposition du public un parcours didactique et chronologique, balisé par une nouvelle signalétique. Cependant, le musée ne dispose pas de guide ni d'audio guide pour les visiteurs. Avec la même conception, la salle Bachir Yelles abrite l'exposition L'épopée retraçant l'histoire d'Alger.
Cet espace donne accès à la pergola, où sont exposées de nombreuses sculptures – un des atouts majeurs du musée – une grande terrasse avec une vue imprenable sur le jardin d'essais et la baie d'Alger. L' œuvre de l'Italien Barnaba Da Modena, reproduisant des scènes bibliques, représente le plus ancien trésor de cette bâtisse. Daté de 1367, ce tableau est exposé dans une vitrine en verre. Connu pour être un des fondateurs du courant impressionniste, Jean-Baptiste Camille Corot propose ces deux toiles intitulées Paysages d'Ile de France, d'apparence anodine, elles puisent leur particularité dans leur histoire. Le peintre avait exécuté ces dessins sur les murs d'un kiosque, avant que les peintures ne soient transposées sur la toile. Dans le même courant artistique, le musée expose fièrement la pièce maîtresse de sa collection, Les rochers de Belle-île de Claude Monnet, une œuvre majeure de l'impressionnisme.
Dans le Cabinet des estampes trône l'œuvre majeure de la miniature algérienne, L'histoire de l'Islam, signée des mains d'un des plus grands noms de la miniature mondiale Mohamed Rahim, alors que dans la galerie des bronzes, une imposante sculpture, dédiée au héros de la mythologie grecque Héraclès, happe tous les regards. Réalisée par Antoine Bourdelle (1861-1929) dans les années 1910, Héraclès archer s'inspire d'un des douze travaux d'Héraclès et a été installée avant de finaliser la construction des murs. Deux géants de la peinture algérienne contemporaine se partagent un espace d'exposition avec des peintures d'Asie centrale, M'hamed Issiakhem (1928-1985) et Mohamed Khadda (1930-1991).
Petits musées dans le musée
En plus de cette collection, une bibliothèque riche de plus de 10 000 ouvrages dédiés à l'histoire de l'art, à l'archéologie, aux arts et à l'architecture est également ouverte à la demande. Inaugurée en 1942, elle conserve son mobilier d'origine. Dans cette bibliothèque, dont le plus ancien ouvrage remonte au XVIIIe, les livres sont rangés dans des meubles hauts comportant des escaliers et des échelles en bois. Autre petit musée, le Cabinet des estampes. Baptisé également salle Mohamed Racim, il renferme 1500 œuvres sur papier (esquisses, documents, manuscrits…) qui font l'objet d'un effort de conservation particulier dans les laboratoires du musée.
D'autres salles sont également réservées au courant orientaliste et proposent des œuvres de peintres de renom à l'instar de Eugène Delacroix, Hippolyte Lazerges ou encore les dernières acquisitions du musée, signées Etienne Dinet. Le musée offre également aux visiteurs, en plus de la terrasse, des espaces de détente dans une végétation luxuriante et invite ses hôtes à continuer ce parcours en regagnant la grotte Cervantès et le jardin d'essais au pied de ce haut lieu de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.