Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie
Selon l'expert Mohamed Nibouche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Le pharmacien, expert en affaires pharmaceutiques et ex-directeur de la pharmacie et des équipements au ministère de la santé, Mohamed Nibouche, a expliqué les raisons de la pénurie récurrente des produits pharmaceutiques depuis 2015, les imputant à la «non-gestion» du secteur.
En pointant du doigt les «incompétences au plus haut niveau», M. Nibouche est revenu sur la gestion des produits pharmaceutiques dont il avait la charge en qualité de directeur de la pharmacie, précisant par l'occasion que l'Algérie importe annuellement environ pour quatre milliards de dollars de médicaments et d'équipements sans que cela puisse répondre aux demandes des citoyens et encore moins à atténuer la problématique de la disponibilité du médicament qui perdure. S'exprimant à l'émission «L'invité de la rédaction» de la chaine 3 de la Radio algérienne, l'ancien gestionnaire note la situation d'instabilité qui caractérise le ministère de la santé et la valse des responsables dont le dernier directeur central de la pharmacie qui vient de démissionner sans avoir assuré une gestion convenable des stocks de médicaments.
Lors de son intervention, il a soulevé l'absence de transparence dans la transmission des chiffres réels de la consommation des médicaments alors que le ministère et la PCH disposent de toutes les données sur les états de stocks des quantités produites localement et de celles importées. Une situation qui ne peut que déboucher sur une confusion totale. «Comment ne peut-on pas, aujourd'hui, acheter la quantité suffisante à mettre à la disposition des patients attendant leur traitement et dont c'est un des droits constitutionnels ?» s'est-il interrogé. Abordant le sujet de l'agence du médicament créée par la récente loi sur la santé et dont les prérogatives ont été limitées, l'expert s'interrogea sur le rôle de cette institution qui s'est trouvée «dépourvue d'un pouvoir de décisions au plan technique, de transparence et de ressources en matière de gestion du produit pharmaceutique», alors qu'elle était censée être indépendante sur tous les plans.
Evoquant les lobbies dans le domaine du médicament, l'intervenant a rappelé que le marché des médicaments était «un marché très lucratif». environ 8 opérateurs ont la main-mise sur le marché algérien dont 4 firmes internationales se disputant le marché de l'importation. Tout en énumérant quelques pratiques non conformes, Mr Nibouche évoquera également la problématique du conflit d'intérêt, le marketing et le manne générée par la vente de ces médicaments. «Le marketing représente entre 10% et 15% du prix du médicament», précisant que contrairement aux autres produits, le médicament est prescrit par un médecin, ce qui fait du médicament un produit spécial dans son marketing qui doit servir à la formation médicale continue.
Il rappela la démarche de la société algérienne de pharmacie qui avait saisi le ministère de la Santé ainsi que le ministère de la Solidarité nationale pour qu'ils se penchent sur cette manne qui peut être affectée à d'autres voies autres que le tourisme, comme le financement de start-up dans le secteur de la santé, au financement de petits laboratoires, aux campagnes de dépistage, à la prévention ou à la création de sites consacrés, ainsi qu' à la publication des recherches scientifiques.
Pour ce qui est des vaccins et de leur disponibilité, l'on apprend que ces produits ne sont pas enregistrés, «comment alors surveiller leurs prix ?» s'est demandé alors M. Nibouche en citant la commission multisectorielle qui planche sur le dossier des vaccins sans avoir les compétences requises.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.