Mobilisation exceptionnelle à Alger    Les marches dénonçant l'ingérence étrangère,"une preuve irréfutable" de la conscience du peuple algérien    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    Mazouz a donné 39 milliards à Bouteflika    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée    Chelsea: le club peut recruter cet hiver !    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Ligue 2: La 14e journée reportée au vendredi 14 décembre    OM – Villas-Boas: «Slimani reste un joueur intéressant»    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    Les services de la Sûreté déjoue un plan de sabotage fomenté par le MAK    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    ACTUCULT    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie
Selon l'expert Mohamed Nibouche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Le pharmacien, expert en affaires pharmaceutiques et ex-directeur de la pharmacie et des équipements au ministère de la santé, Mohamed Nibouche, a expliqué les raisons de la pénurie récurrente des produits pharmaceutiques depuis 2015, les imputant à la «non-gestion» du secteur.
En pointant du doigt les «incompétences au plus haut niveau», M. Nibouche est revenu sur la gestion des produits pharmaceutiques dont il avait la charge en qualité de directeur de la pharmacie, précisant par l'occasion que l'Algérie importe annuellement environ pour quatre milliards de dollars de médicaments et d'équipements sans que cela puisse répondre aux demandes des citoyens et encore moins à atténuer la problématique de la disponibilité du médicament qui perdure. S'exprimant à l'émission «L'invité de la rédaction» de la chaine 3 de la Radio algérienne, l'ancien gestionnaire note la situation d'instabilité qui caractérise le ministère de la santé et la valse des responsables dont le dernier directeur central de la pharmacie qui vient de démissionner sans avoir assuré une gestion convenable des stocks de médicaments.
Lors de son intervention, il a soulevé l'absence de transparence dans la transmission des chiffres réels de la consommation des médicaments alors que le ministère et la PCH disposent de toutes les données sur les états de stocks des quantités produites localement et de celles importées. Une situation qui ne peut que déboucher sur une confusion totale. «Comment ne peut-on pas, aujourd'hui, acheter la quantité suffisante à mettre à la disposition des patients attendant leur traitement et dont c'est un des droits constitutionnels ?» s'est-il interrogé. Abordant le sujet de l'agence du médicament créée par la récente loi sur la santé et dont les prérogatives ont été limitées, l'expert s'interrogea sur le rôle de cette institution qui s'est trouvée «dépourvue d'un pouvoir de décisions au plan technique, de transparence et de ressources en matière de gestion du produit pharmaceutique», alors qu'elle était censée être indépendante sur tous les plans.
Evoquant les lobbies dans le domaine du médicament, l'intervenant a rappelé que le marché des médicaments était «un marché très lucratif». environ 8 opérateurs ont la main-mise sur le marché algérien dont 4 firmes internationales se disputant le marché de l'importation. Tout en énumérant quelques pratiques non conformes, Mr Nibouche évoquera également la problématique du conflit d'intérêt, le marketing et le manne générée par la vente de ces médicaments. «Le marketing représente entre 10% et 15% du prix du médicament», précisant que contrairement aux autres produits, le médicament est prescrit par un médecin, ce qui fait du médicament un produit spécial dans son marketing qui doit servir à la formation médicale continue.
Il rappela la démarche de la société algérienne de pharmacie qui avait saisi le ministère de la Santé ainsi que le ministère de la Solidarité nationale pour qu'ils se penchent sur cette manne qui peut être affectée à d'autres voies autres que le tourisme, comme le financement de start-up dans le secteur de la santé, au financement de petits laboratoires, aux campagnes de dépistage, à la prévention ou à la création de sites consacrés, ainsi qu' à la publication des recherches scientifiques.
Pour ce qui est des vaccins et de leur disponibilité, l'on apprend que ces produits ne sont pas enregistrés, «comment alors surveiller leurs prix ?» s'est demandé alors M. Nibouche en citant la commission multisectorielle qui planche sur le dossier des vaccins sans avoir les compétences requises.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.