CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Donner une base académique à la musique malouf
Conférence
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 06 - 2019

L'ethnomusicologue et chercheur en musique, Abdelmalek Merouani, a estimé mardi, à Constantine, «impératif de donner une base académique à la musique malouf», afin de mieux transmettre cet héritage aux générations futures.
Animant une conférence sur «le lien entre la musique malouf et la musique andalouse» à la bibliothèque principale de lecture publique «Mustapha-Natour» de Constantine, M. Merouani a souligné «la nécessité de codifier cette musique savante» pour mieux la transmettre aux générations montantes.
«Les jeunes nous ont toujours reproché l'inexistence de partitions pour le malouf alors qu'ils arrivent à trouver facilement celles de la musique classique européenne», a-t-il affirmé, avant de soutenir que «le malouf ne peut plus continuer à être transmis qu'avec l'ouïe uniquement» et qu'il faut «absolument que celui-ci soit porté en partition». C'est dans ce même ordre d'idées que ce chercheur a déploré «l'absence de recherches universitaires traitant ce genre musical». Et d'ajouter : «Il est inconcevable que des universités européennes s'intéressent à la musique andalouse en général et au malouf en particulier, pendant que les nôtres délaissent complétement ce qui est censé être l'âme de notre patrimoine musical.»
Au cours de cette conférence Abdelmalek Merouani est également revenu sur le personnage d'Abou Al Hassan Ali Ben Nafi, surnommé Ziryab, et à qui on prête la fondation de la musique classique maghrébine et l'introduction de la Nouba qui codifie ce chant.
M. Merouani a ainsi soutenu que les recherches qu'il a effectuées «incitent à affirmer que l'histoire aujourd'hui répandue de Ziryab serait une histoire romancée fortement alimentée par une imagination mystique».
Se référant aux biographies «d'Ibrahim et d'Ishak El Mossouli», mais également à celle de Ziryab, ainsi qu'au contexte politique, social et culturel des dynasties des Omeyyade, Abbasside et Andalouse, ce chercheur a indiqué que les recherches historiques autour de Ziryab «laissent apparaître de multiples failles et des anachronismes flagrants».
Enseignant au Conservatoire municipal des arts de Constantine Abdelmoumen-Bentoubal et à la Faculté des arts et de la culture de l'université Salah-Boubnider (Constantine 3), Abdelmalek Merouani est l'auteur de nombreux ouvrages sur «El toboô» (les modes) les «bachraf» et les tawachi» du malouf constantinois.
Il est également l'auteur de «Ziryab et la musique arabe entre mythe et réalité».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.