La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vendredi particulier en Algérie et au Caire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 07 - 2019

Ce sera un vendredi pas comme les autres. D'abord, CAN ou non, ce sera le 22e vendredi de mobilisation populaire.
Ensuite, en soirée, ce sera la finale de la CAN qui résonnera comme un écho à ce qui se passe dans le pays depuis le 22 février.
En tout cas, ils seront des millions à rêver que Mahrez et ses coéquipiers remportent cette CAN, ne serait-ce que pour rappeler qu'il n'y a aucune différence entre ces «binationaux», qui font retentir Kassaman au Caire et ceux, plus nombreux, à qui le pouvoir politique a interdit certaines fonctions politiques, sous prétexte qu'ils disposent d'une autre nationalité, alors que ce n'est pas le cas pour les «binationaux» marocains et tunisiens au Maroc et en Tunisie. Et que la suspicion et la discrimination dont ils sont l'objet — aucun à ma connaissance n'a demandé à être ministre — pénalisent avant tout l'Algérie en la privant de vraies compétences et de vraies expertises.
Toujours à propos de ces joueurs dits binationaux, souvenons-nous, car c'est encore frais dans les mémoires, comment ils étaient décriés sur les plateaux de certaines télés privées par quelques anciennes stars de foot des années 1980, qui ne cessaient de mettre en doute leurs qualités techniques et, plus grave, leur patriotisme, dès lors que le Onze national perdait un match. S'ils ont choisi l'Algérie, affirmaient nos spécialistes ès foot, c'est parce qu'ils n'avaient aucune chance d'être sélectionnés en équipe de France ! Même la nomination de Djamel Belmadi à la tête du Onze national a été accueillie avec des grincements de dents. Dans un tel climat, il faut avoir le mental d'acier d'un Antar Yahia et d'un Karim Ziani, pour ne pas flancher, faire son sac et ne plus remettre les pieds au bled.
Terminons pour dire que les filles et les garçons qui manifestent à Paris, Lyon, Lille, Marseille, à chaque fois que l'équipe nationale gagne, sont nés en France, issus de la 3e, voire de la 4e génération d'immigrés algériens ! Et beaucoup d'entre eux n'ont jamais mis les pieds en Algérie mais restent attachés à leur pays d'origine.
Cela dit, que par les temps qui courent, le pouvoir politique essaie d'exploiter la qualification de l'équipe nationale pour rebondir politiquement, est de bonne guerre. Il est dans son rôle. En organisant un pont aérien Alger-Le Caire pour transporter des milliers de supporters algériens, les autorités escomptent au moins trois choses : être en phase avec ces millions d'Algériens qui sont derrière l'équipe nationale, récolter quelques dividendes politiques afin de rendre acceptable leur agenda limité à la seule organisation de l'élection présidentielle, et sortir de ce tête-à-tête avec les Algériens dans lequel elles se sont mises, depuis la chute de Bouteflika, en écartant toute autre solution que la leur.
Aussi est-il difficile de croire que l'euphorie que créerait une victoire de l'Algérie à la CAN puisse soudainement faire baisser la tension politique et la mobilisation citoyenne, et partant, reléguer au bas de l'armoire cinq mois de revendications démocratiques et citoyennes.
N'oublions pas, en effet, que c'est des stades qu'est partie la mobilisation populaire ayant fait exploser et balayer la coalition des intérêts oligarchiques et politiques autour d'un Président impotent.
Le mal social est profond, le pouvoir politique le sait, et il ne peut être effacé l'instant d'une victoire à la CAN. D'autant que les Algériens ont appris à séparer les choses. L'après-midi de ce 22e vendredi, ils exprimeront pacifiquement leur volonté de changement démocratique. En soirée, les mêmes supporteront l'équipe nationale et s'enflammeront en cas de victoire. Y compris l'auteur de cette chronique.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.