Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vendredi particulier en Algérie et au Caire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 07 - 2019

Ce sera un vendredi pas comme les autres. D'abord, CAN ou non, ce sera le 22e vendredi de mobilisation populaire.
Ensuite, en soirée, ce sera la finale de la CAN qui résonnera comme un écho à ce qui se passe dans le pays depuis le 22 février.
En tout cas, ils seront des millions à rêver que Mahrez et ses coéquipiers remportent cette CAN, ne serait-ce que pour rappeler qu'il n'y a aucune différence entre ces «binationaux», qui font retentir Kassaman au Caire et ceux, plus nombreux, à qui le pouvoir politique a interdit certaines fonctions politiques, sous prétexte qu'ils disposent d'une autre nationalité, alors que ce n'est pas le cas pour les «binationaux» marocains et tunisiens au Maroc et en Tunisie. Et que la suspicion et la discrimination dont ils sont l'objet — aucun à ma connaissance n'a demandé à être ministre — pénalisent avant tout l'Algérie en la privant de vraies compétences et de vraies expertises.
Toujours à propos de ces joueurs dits binationaux, souvenons-nous, car c'est encore frais dans les mémoires, comment ils étaient décriés sur les plateaux de certaines télés privées par quelques anciennes stars de foot des années 1980, qui ne cessaient de mettre en doute leurs qualités techniques et, plus grave, leur patriotisme, dès lors que le Onze national perdait un match. S'ils ont choisi l'Algérie, affirmaient nos spécialistes ès foot, c'est parce qu'ils n'avaient aucune chance d'être sélectionnés en équipe de France ! Même la nomination de Djamel Belmadi à la tête du Onze national a été accueillie avec des grincements de dents. Dans un tel climat, il faut avoir le mental d'acier d'un Antar Yahia et d'un Karim Ziani, pour ne pas flancher, faire son sac et ne plus remettre les pieds au bled.
Terminons pour dire que les filles et les garçons qui manifestent à Paris, Lyon, Lille, Marseille, à chaque fois que l'équipe nationale gagne, sont nés en France, issus de la 3e, voire de la 4e génération d'immigrés algériens ! Et beaucoup d'entre eux n'ont jamais mis les pieds en Algérie mais restent attachés à leur pays d'origine.
Cela dit, que par les temps qui courent, le pouvoir politique essaie d'exploiter la qualification de l'équipe nationale pour rebondir politiquement, est de bonne guerre. Il est dans son rôle. En organisant un pont aérien Alger-Le Caire pour transporter des milliers de supporters algériens, les autorités escomptent au moins trois choses : être en phase avec ces millions d'Algériens qui sont derrière l'équipe nationale, récolter quelques dividendes politiques afin de rendre acceptable leur agenda limité à la seule organisation de l'élection présidentielle, et sortir de ce tête-à-tête avec les Algériens dans lequel elles se sont mises, depuis la chute de Bouteflika, en écartant toute autre solution que la leur.
Aussi est-il difficile de croire que l'euphorie que créerait une victoire de l'Algérie à la CAN puisse soudainement faire baisser la tension politique et la mobilisation citoyenne, et partant, reléguer au bas de l'armoire cinq mois de revendications démocratiques et citoyennes.
N'oublions pas, en effet, que c'est des stades qu'est partie la mobilisation populaire ayant fait exploser et balayer la coalition des intérêts oligarchiques et politiques autour d'un Président impotent.
Le mal social est profond, le pouvoir politique le sait, et il ne peut être effacé l'instant d'une victoire à la CAN. D'autant que les Algériens ont appris à séparer les choses. L'après-midi de ce 22e vendredi, ils exprimeront pacifiquement leur volonté de changement démocratique. En soirée, les mêmes supporteront l'équipe nationale et s'enflammeront en cas de victoire. Y compris l'auteur de cette chronique.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.