Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma
Piqûres de scorpion
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2019

Les services de la prévention relevant de la Direction de la santé et de la population de la wilaya de Naâma ont indiqué qu'un peu plus de 6 500 scorpions ont été collectés depuis le début de la canicule, dont 5 708 conçus pour la fabrication du sérum anti-venin, ont été remis à l'Institut Pasteur.
De ce fait, onze communes ont bénéficié de onze opérations de ramassage, attribuées dans le cadre du programme "Tup-himo" pour une enveloppe globale de 17 millions de DA dégagée par le ministère de la Solidarité (ADS), a-t-on appris.
Par ailleurs, pour faire face aux envenimations scorpioniques, le secteur de la santé au niveau de la wilaya a mis tous les moyens nécessaires, notamment l'approvisionnement en sérum anti-venin à travers les zones éparses. Le scorpion Androctonus Australis Hector, donc, continue de faire parler de lui en cette période de grande canicule, notamment la période d'accouplement en ce mois d'août, dite la danse des scorpions. L'animal devient alors très agressif et multiplie ses sorties nocturnes à la recherche de l'âme sœur. Pour rappel, les services de la prévention de la wilaya dénombrent chaque année entre 1 000 et 2 000 piqués, durant les périodes de grandes canicules (juin-juillet et août) provoquant dans certains cas la mort (deux décès en 2019).
Le scorpion Androctonus Australis Hector, le plus redouté
Le scorpion de la région de la wilaya de Naâma, notamment celui de Aïn-Séfra et Tiout, est appelé communément « Scorpion Androctonus Australis Hector », de la famille des arachnides, est un animal de quelques centimètres de long, son poids n'excédant pas les 22 grammes, portant une paire de pinces à l'avant, et un aiguillon venimeux derrière son abdomen. Danger mortel, il suscite l'inquiétude dès le début de la période estivale. Le caractère spécifique de la région d'une part, et le climat chaud et sec d'autre part, favorisent sa prolifération.
Dans les zones rurales, les cas de piqûres sont traités illico presto par incision de la plaie, ou en aspergeant un insecticide « Moubyd » ou gaz butane sur la zone piquée, ou l'application de la plante «remth», plante médicinale connue dans la région et utilisée comme pansement compressif. D'autres victimes ont recours aux tolbas, on récite un verset coranique de survie et on attend la survie. c'est le cas des habitants de la commune de Tiout, où, nous dit-on, 90% des personnes piquées n'iront pas vers les centres de santé, mais vers ce genre de sauvetage.
Néanmoins, ces moyens ne sont pas dans tous les cas efficaces et échappent d'autant plus aux statistiques des services de prévention. Le scorpion à Aïn-Séfra et Tiout, de couleur jaune clair, est très dangereux, son venin se propage vite, ce qui provoque la mort subite chez le sujet, et surtout les enfants.
La participation du citoyen dans la lutte joue également un grand rôle, car le scorpion fait son gîte dans les amas de pierres, les déchets, les détritus abandonnés etc.
Le manque d'éclairage dans certains endroits favorise aussi sa mobilité. Il s'infiltre et trouve refuge dans les maisons vétustes aux murs dépourvus de crépissage. A chaque arrivée des grandes chaleurs, l'inquiétude s'installe. La prévention, elle, demeure primordiale pour épargner des vies humaines.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.