L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vendredi sur son 31
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2019

Je ne sais pas pourquoi la manifestation de ce 31e vendredi avait quelque chose de différent des précédentes. On a du mal à saisir en quoi. C'est quelque chose de l'ordre de la texture de l'événement. Ce vendredi avait comme de la densité. En dépit de la leçon de persévérance et de volonté du Hirak, nombre de ses partisans ont fini par trouver qu'à la longue, il s'étiolait dans des réitérations confinant à la kermesse. Eh bien, voilà, ce 31e vendredi, on est sorti du danger de folklorisation. Nous sommes dans un moment solennel où les choses peuvent prendre toutes sortes de tournures.
De même qu'on ne remerciera jamais assez Abdelaziz Bouteflika d'avoir prétendu à ce 5e mandat, ce qui a permis à un pays de se réveiller, on devrait de la même manière savoir gré à la gouvernance actuelle de son acharnement à tenter de passer en force et d'imposer une élection présidentielle. Ceci galvanise la mobilisation populaire, renforce la résolution de persévérer afin de recouvrer la dignité et la liberté de citoyen.
La texture particulière de ce vendredi tient aussi au fait qu'il flotte dans l'air comme un défi, un présage qui devrait prendre des formes constructives. Pour cela, il est évident que la balle, sans mauvais jeu de mots, est dans le camp des gouvernants qui, pour citer Aït Ahmed «ne doivent pas négocier avec leur peuple mais satisfaire ses exigences».
Ses exigences dans l'immédiat, c'est tout sauf une élection présidentielle dans les conditions de confusionnisme et d'absence de forces arbitrales neutres pour veiller à la loyauté du scrutin.
Et puis ce 31e vendredi, c'est aussi cette carte abattue par l'autorité de restreindre la liberté de circulation pour empêcher les manifestants d'autres régions de se rendre à Alger. Faire obstacle au droit de manifester par la poigne et une certaine désinvolture à l'égard de la Constitution, ne signifie pas qu'on a gagné sur les idées qui animent le mouvement. Bien au contraire, une observation pragmatique permet de constater le phénomène inverse : ceux qui, à Alger, n'avaient pas l'habitude de manifester pour différentes raisons, se sont sentis le devoir de s'impliquer pour garder au Hirak son aspect de masse, même en l'absence des renforts des autres wilayas.
Et en ce 31e vendredi, il faut dire que la marée humaine a su être à la hauteur des enjeux. Le message délivré par cette manifestation à la texture singulière est intéressant à décoder. Malgré la présence dissuasive des forces de l'ordre, le bouclage des villes comme Alger, les arrestations de plus en plus massives et de plus en plus arbitraires, au lieu de régresser sous le coup de la peur, le mouvement progresse comme jamais, mobilisant toujours davantage de monde. La détermination des citoyens s'accentue et les objectifs sont de plus en plus clairs. La logique de la hâte de l'état-major général d'organiser une élection présidentielle minute, sans doute pour recouvrer un minimum de légitimité sur le plan international, et disposer d'un instrument légal pour sauver le système, est ostensiblement et bruyamment rejetée par la population qui revendique bec et ongles la fin de l'extension des ramifications de la pieuvre, et la construction d'une transition qui mènera à un processus constituant. Deux logiques parallèles sinuent chacune sur sa ligne. L'une, celle des manifestants, légitime puisque populaire, source même de toute légitimité, veut une rupture avec le système naufrageur et les hommes qui le portent comme leur ADN. L'autre, celle des gouvernants, qui s'en tiennent à un formalisme extra-constitutionnel qui veut rétablir le toit sur un mur en ruine.
Pourtant, un rapide coup d'œil sur l'évolution des événements depuis trente et une semaines, montre qu'aucune initiative du pouvoir actuel n'a abouti et ne pouvait aboutir. Les reports de la présidentielle ont été la règle jusqu'à ce jour. La création de structures de dialogue dans lesquelles sont bombardées des personnes non représentatives des manifestants a été vaine. A force de parler tout seul, et d'agir dans la même logique de haut en bas, on oublie qu'un dialogue ne peut réussir que s'il est horizontal et que si les parties en place se reconnaissent et se respectent.
Ça ne semble pas le cas, verticalement parlant. Au lieu d'être écoutés, les manifestants porteurs de l'expression populaire sont vilipendés, accusés de tous les maux, voués aux gémonies. Ils sont disqualifiés, délégitimés, justiciables seulement de la trique et de l'interpellation.
Ils ont beau être des millions à travers tout le pays, hissant haut le drapeau national et l'emblème amazigh, signe de l'enracinement millénaire, entonnant les chants de la libération et de la liberté, appelant de leurs vœux un patriotisme vertueux et non ce patriotisme tarifé, abîmé par les dérives du système, rêvant ensemble d'un pays meilleur pour nos enfants, eh bien, on ne les entend pas. On fait la sourde oreille. On passe outre la volonté populaire.
Mais la réponse, en ce 31e Vendredi a été claire. Pour trouver une solution, il faut discuter à plusieurs.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.