Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les islamistes dans l'expectative
Présidentielle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2019

Une vingtaine de candidats à la candidature pour la présidentielle ont déjà formulé le vœu d'y prendre part. Hormis le président du mouvement El Binaa, les candidats issus de la mouvance islamiste ne figurent pas sur la liste. Ni Abderrezak Makri ni encore moins Abdellah Djaballah ne se positionnent clairement, adoptant une posture attentiste.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - L'annonce par le chef de l'Etat de la date de la tenue de la présidentielle embarrasse plus que n'enthousiasme les figures représentant traditionnellement le courant islamiste.
Une semaine plus tard, leurs réactions sont soit très timides soit carrément inexistantes. Alors que les premiers candidats à la candidature ont déjà frappé à la porte de l'Autorité chargée des élections, les potentiels présidentiables ne s'y pressent pas. Seul à s'y être déplacé, le président du mouvement El Binaa, un ancien cadre du MSP. Ni Abderrezak Makri ni Abdallah Djaballah n'ont pour le moment réussi à clarifier leurs positions. Très prompt à communiquer, notamment sur les réseaux sociaux, le président du MSP joue la carte de la prudence.
Jeudi, il réunissait au sein de son parti une pléiade de «conseillers» avec à l'ordre du jour le lancement d'une consultation interne au sujet des élections. Vendredi, même scénario : les instances chargées des questions des femmes et des jeunes étaient conviées à donner également leur avis au sujet du prochain rendez-vous électoral sans que le mouvement rende publics pour le moment les résultats de ces consultations.
Le président du MSP maintient une présence médiatique toujours aussi importante sans jamais piper mot sur ses intentions. Il n'est un secret pour personne que Abderrezak Makri nourrit depuis plusieurs années déjà le projet de devenir le premier magistrat du pays. La seule question à laquelle il aura certainement à répondre, c'est celle du choix du moment. Est-il opportun aujourd'hui pour lui de se présenter ? Ne risque-t-il pas en plus de la sanction de l'urne celle de la rue ? Pas plus tard que ce vendredi, ils étaient des millions d'Algériens à dire une fois de plus non à la tenue d'élections dans les conditions actuelles, parmi eux, des sympathisants de la mouvance islamiste.
Abderrezak Makri prendra-t-il le risque de leur tourner le dos au nom d'une ambition personnelle difficile à réfréner ? Le président du MSP, qui se place comme le représentant légitime d'un courant islamiste quasiment laminé, ne s'en cache pas : la tenue des élections est pour lui la solution la plus appropriée. Il a déjà eu l'occasion de révéler les différents scénarios qui lui paraissent les plus probables avec à chaque fois une participation quasi acquise de sa formation. Il s'agit en premier lieu d'une candidature négociée entre l'opposition et le pouvoir autour d'une personnalité consensuelle avec laquelle, dit-il, il serait possible d'arriver à un accord pour un mandat axé sur l'approfondissement des réformes démocratiques.
Seconde éventualité : l'armée ne présente pas de candidat et dans ce cas de figure, les alliances pourraient se faire à l'intérieur même de la classe politique. Dernière option : sa propre candidature approuvée par les instances de son parti. L'horizon ne semble pas s'être assez éclairci pour permettre au MSP de trancher en faveur d'un des trois scénarios. Même expectative chez le Front pour la justice et le développement.
Réagissant à la convocation du corps électoral, Abdallah Djaballah affirmait qu'«il n'y a aucun doute que la solution au final constitue à aller vers des élections mais la question qui reste posée c'est est-ce que les conditions devant permettre la tenue d'élections libres et indépendantes sont réunies ? Deuxièmement est-ce que le peuple est convaincu que les revendications pour lesquelles il est dans la rue depuis plusieurs mois ont été satisfaites. C'est les réponses à ces questions qui peuvent déterminer notre position». C'est dire que le FJD n'a pas plus de certitudes que le MSP.
El Islah, pour sa part, se projette déjà en attendant que ses instances tranchent quant à la forme que prendra sa participation. C'est dire tout l'embarras que l'annonce de la tenue de la présidentielle a créé au sein d'une mouvance islamiste dans l'expectative.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.