Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin
« Bordj-el-Qantra ou Maison-Carrée d'El-Harrach », de Ahmed Karim Labèche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 12 - 2019

Après la parution de 25 monographies illustrées relatives à certaines villes implantées dans le fahs ou l'outane, l'auteur Ahmed Karim Labèche nous invite cette fois-ci à la découverte de l'ancien El-Harrach, autrefois hameau établi dans un territoire chevauchant deux régions naturelles : le Sahel algérois et la Mitidja.
Déjà disponible à Alger, cette monographie illustrée, consacrée à la ville (ou village) d'El-Harrach, faisant partie de l'admirable et enrichissante collection de l'auteur, Ahmed Karim Labèche, sera prochainement mise en vente dans les librairies du pays. Basé sur une recherche monographique, ce corpus historique intitulé «Bordj-el-Qantra ou Maison-carrée d'El-Harrach», est une invitation à la découverte du passé campagnard d'une ville qui n'était à l'origine qu'un lieu d'escale des voyageurs avant qu'ils n'entament leur grand périple vers l'est du pays. A travers ce grand saut dans le passé, le lecteur pourra découvrir, tour à tour, l'origine de la dénomination d'El-Harrach, les quartiers qui s'y sont développés au fil du temps, ses grandes écoles, ses routes, ses ruisseaux, ses places, ses édifices publics, ses saints marabouts, ses cimetières, ses premières tribus, ainsi que son pont historique qui avait permis aux troupes, à différentes périodes, la traversée de l'oued El-Harrach. Cette étude monographique fournit une foule de renseignements particulièrement précieux sur l'ancien El-Harrach, jadis le seul point où on pouvait franchir la rivière sur un viaduc, érigé la toute première fois par des Romains. Dans son livre, l'auteur nous invite au cœur d'El-Harrach (Alger), promenant son travelling sur ce fameux pont qui a vu défiler une bonne partie de l'histoire de la cité : on apprend que les janissaires l'empruntaient régulièrement pour rejoindre leur caserne perchée en haut d'une colline, juste à l'endroit où, quelque temps plus tard, apparaissait le quartier de Belfort. Au fil du texte, nous découvrons que d'autres convois sont aussi passés par là, comme ceux des exilés qui partaient vers la Nouvelle-Calédonie, ou encore ceux des éleveurs et leurs troupeaux de vaches et de moutons qui convergeaient jadis, au milieu d'une atmosphère chargée de poussière, vers le marché du vendredi, le souk El-Djemâa. L'importance des faits qui se sont produits à El-Harrach et ses environs les siècles précédents a amené l'écrivain à consacrer un chapitre tout entier au célèbre cours d'eau d'El-Harrach. Effectivement, peu de gens connaissent la genèse de ce cours d'eau, qui a beaucoup fait parler de lui, non seulement lors des expéditions européennes qui ont été dirigées contre la Régence d'Alger, mais aussi et surtout pour son odeur fétide qui constituait, longtemps durant, la seule ombre au tableau.
Dans un autre chapitre, l'écrivain s'est attelé longuement à décrire l'histoire du haouch du grand marabout Sidi Oulid Adda qui a laissé place à une vaste enceinte fortifiée à laquelle les autochtones attribuaient le nom de Bordj-el-Qantra (la tour du pont), un véritable morceau d'histoire qui était devenu, en quelques années, l'emblème de toute la région. Des détails précis et surprenants y ont été révélés sur l'existence de cette citadelle qui fut érigée par les Ottomans au beau milieu d'une nature sauvage, dominant le paysage au point culminant d'une colline autrefois vierge, abritant désormais des villas séduisantes à l'architecture contemporaine. En somme, une monographie qui vaut le détour, notamment pour les étudiants et les historiens.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.