"Les choses commencent à s'apaiser"    Tebboune, à coeur ouvert    Le PNC suspend sa grève    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    La LFP maintient à son tour la 20e journée pour aujourd'hui    Ronaldo adoube Mbappé !    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les hirako-sceptiques et le moral du peuple
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 01 - 2020

La séquence 49 du Hirak a été une vague qui submerge une fois de plus la frilosité des impatients à voir se réaliser ici et maintenant le « résultat » suprême, c'est-à-dire la prise de pouvoir. Elle a emporté aussi les prédictions amères des Cassandres qui décrètent le Hirak en miettes. Elle décoiffe même la prudence de ceux qui voient dans un relâchement, palpable mais difficile à illustrer par les statistiques, un reflux prévisible dans un processus qui n'est pas rectiligne. Après tout, dans l'absolu, il n'est pas anormal et encore moins rédhibitoire qu'un mouvement informel, mais qui a su inventer une forme de cohésion dans l'intelligence collective de l'action commune, connaisse un peu le reflux après de nombreux temps forts et surtout après avoir subi une élection imposée. C'est une évidence que de répéter qu'aucun mouvement révolutionnaire n'a atteint son but de façon instantanée et du premier coup, à commencer par celui qui a fini par libérer l'Algérie du colonialisme.
La question qui paraît incontournable aujourd'hui n'est pas de savoir si le Hirak a réussi ou échoué. Elle consiste à se demander plutôt pourquoi il tient encore, et pourquoi se renforce-t-il même, après la tenue de l'élection du 12 décembre qui était censée lui donner le coup de grâce.
Donc, c'est tout simple : pourquoi, en ce quarante-neuvième vendredi, en dépit des interpellations de plus en plus musclées, des arrestations, des enlèvements même, en dépit des menaces, en dépit de l'interdiction d'accès à certaines rues et places, et de la disposition des cars de police dans d'autres pour gêner les marcheurs, le Hirak continue-t-il à envoyer ses déferlantes pacifiques et résolues dans presque toutes les wilayas du pays ?
Pourquoi, malgré le martèlement qui vise à le fragmenter en présentant le mouvement comme un phénomène circonscrit à la Kabylie avec la connotation de manipulation de l'étranger devenue un classique caricatural, ce dernier se poursuit-il dans l'ensemble du territoire national ? Pourquoi, en dépit de la libération de quelques détenus d'opinion, monnaie d'échange douée en théorie de la capacité d'obtenir miraculeusement un « apaisement », les manifestations reprennent-elles de plus belle, avec en prime la présence des détenus libérés en qui sans doute le pouvoir de fait a enlevé la peur de la prison faisant de jeunes primo-manifestants des militants déjà trempés et impavides, donc déterminés ?
Pourquoi tout le travail de dénigrement du Hirak ne l'a-t-il pas amoindri, ni en nombre de manifestants, ni en détermination, ni en créativité, ni en réactivité politique ? Pourquoi, ce mouvement tient-il à flots continu depuis une année bientôt, poussant le système à user de la répression pour survivre, lui qui pourtant est enraciné depuis près de 60 ans avec ses clientèles et la puissance de l'Etat mise à sa disposition?
Ce sont toutes ces questions qui sont à l'ordre du jour et non pas celles qui convoquent la diversion que campe la binarité du succès ou de l'échec.
En vérité, nous nous trouvons devant un mouvement révolutionnaire qui, il faut le répéter, ne dispose pas d'une feuille de route innée, d'un programme pré-écrit et d'objectifs à atteindre prédéterminés. C'est en marchant qu'il apprend la marche. Ce que ce mouvement spontané a de remarquable, c'est que, populaire, disparate dans sa composition sociale, divers dans les intérêts des classes qu'il réunit, contradictoire et même antagonique dans les idéologies qui le traversent, il réalise le rêve politique qu'aucun parti, aucune personnalité n'est jamais parvenu à atteindre : fondre, dans le même mouvement d'ensemble pacifique et constructif, toutes les composantes de la société algérienne pourtant nourrie à la division et à la haine de l'autre. Faire accepter la diversité sans attenter à la singularité ! C'est cela qui est en train de s'auto-réaliser dans les manifestations, et qui fait qu'aujourd'hui, l'Algérie d'en bas ne ressemble plus à ce qu'elle était il y a un an. Le pouvoir, lui, ne ressemble plus à l'ancien, visiblement que par le changement de certains hommes.
Pour autant, il n'est pas interdit de se poser des questions sur le devenir du Hirak. Mouvement social, processus de changement soumis à des phases de tâtonnement, il passe fatalement sous les fourches caudines de l'autocritique et de la critique pour déjouer les pièges et les chausse-trappes, qui lui sont déjà tendus à foison. L'autosatisfaction en est une, des plus redoutables. L'expérience des mouvements politiques et sociaux en Algérie montre que l'un des pires ennemis de la protestation de masse est l'autosatisfaction qui transforme en dogme sacré et donc intouchables les idées défendues par un mouvement qui triomphe et surtout au moment de ce triomphe. On connaît cela depuis le PPA en passant par le FLN et les mouvements d'opposition eux-mêmes imprégnés de la culture du parti unique, réfractaire avec virulence à toute autocritique et encore moins à la critique.
Mais sans doute y a-t-il critique et critique ! L'humoriste français Desproges mettait en garde à propos de l'humour : « On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui .» On peut le paraphraser : le Hirak est critiquable mais pas avec n'importe qui !
Le Hirak ne peut échapper à l'analyse, à l'étude sociologique et politique, aux questionnements sur la méthode, à l'observation journalistique. Il peut subir les affaissements de l'humeur de hirako-sceptiques.
Mais on comprend qu'il ait du mal avec ses ennemis déguisés qui attentent impunément au moral du peuple.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.