Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Djilali Belkhenchir victime et héros !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 06 - 2020

Rappeler notre éprouvante mise en quarantaine durant la décennie rouge ? Comment oublier, en effet, que nous avons été abandonnés à nos deuils quotidiens et à notre gestion solitaire de la terreur ? Plus de dix années durant lesquelles l'horreur n'a épargné aucune famille et où le sang a coulé dans les hameaux les plus reculés.
Voilà pourquoi je dis toujours décennie rouge et pas décennie noire. Voilà pourquoi, lorsque l'on perçoit une tentative, fût-elle discrète, d'enterrer une mémoire qui n'a pas envie de l'être, les réactions ne se font pas attendre. Il arrive, parfois, heureusement, que des femmes et des hommes, encore de ce monde et auxquels nous devons d'être indépendants, prennent la parole pour témoigner d'une réalité que d'aucuns tentent grossièrement d'enterrer à défaut de la ternir. Comment ne pas comparer ceux dont le combat a contribué à libérer le pays et qui, par humilité et pudeur, estimant avoir juste fait leur devoir, n'en disent rien par rapport à ceux qui se sont inventé des mérites en cascade et ont l'impudence de nous servir leurs fausses histoires de combat auxquelles ils sont seuls à croire.
Quand un geste heurte injustement une mémoire qui ne mérite pas d'être maltraitée, il faut en faire la remarque, voire rappeler à l'ordre celui ou ceux qui en sont responsables. Une maladresse, si elle a été commise sans intention de blesser, n'a pas à être excusée avant d'avoir été corrigée. Si un écart de langage ou qu'un geste est commis intentionnellement, alors il ne faut pas hésiter à les dénoncer. Trop de plaies, en rapport avec des personnalités, hautement respectables, disparues pour ce qu'elles incarnaient, sont rouvertes alors qu'elles ne sont toujours pas cicatrisées. Elles redeviennent béantes quand on n'aide pas à les panser. Ceux qui sont tombés sous les balles assassines, celles qui ont été violées puis éventrées, celles et ceux que les islamistes convertis en riches et puissants affairistes ont égorgés, écartelés, enfournés ne l'ont pas été par hasard. Leurs bourreaux savaient ce qu'ils faisaient. Djilali Belkhenchir est de ceux qui, portés par les causes justes, l'ont payé de leur vie.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.