L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    Covid-19: 521 nouveaux cas, 423 guérisons et 9 décès    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    CONGRES DU RND : Une "étape décisive" dans le parcours du parti    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ALGER : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    MILA : Relogement bientôt de 184 familles sinistrées    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : La rentrée universitaire au menu    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    2 morts et 4 blessés dans une collision    Plusieurs hectares détruits à Tibhirine et Zendaye    Le saviez-vous... ?    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton
A moins d'un mois de l'Aïd-El-Adha :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 07 - 2020

La célébration de la fête de l'Aïd-el-Fitr avait été particulière, celle de l'Aïd-el-Adha risque de l'être davantage. La situation épidémiologique caractérisée par une flambée des contaminations au Covid-19 va imposer la prise de décisions inédites. Si aucune n'a pour le moment été annoncée, la réflexion est bel et bien ouverte. Plusieurs pistes sont à l'étude, mais une certitude : le rituel du sacrifice ne pourra certainement pas être pratiqué comme de tradition dans les quartiers.
Nawal Imés- Alger (Le Soir)- A moins d'un mois de la célébration de l'Aïd-el-Adha , les incertitudes autour de sa possible célébration se transforment en quasi certitudes. La situation épidémiologique prévalant depuis quelques semaines a fini par emporter les espoirs de ceux qui se voyaient déjà égorgeant le mouton comme le veut la tradition.
Depuis quelques jours déjà, la question préoccupe autant les autorités sanitaires que ceux devant émettre un avis religieux sur la pratique du sacrifice du mouton. Pour plusieurs membres du comité scientifique chargé du suivi du Covid-19, le débat est tranché : la cérémonie du sacrifice du mouton telle que pratiquée chaque année est de l'ordre de l'impossible, même si la décision finale ne revient pas au dit comité. Les raisons ? Elle donne lieu à d'inévitables regroupements au cours desquels le respect de la distanciation physique est quasi impossible.
Difficile en effet de s'entraider sans qu'il y ait de contacts entre voisins. Pour l'Aïd el-Fitr, les autorités sanitaires avaient préconisé un confinement total, deux jours durant pour éviter les déplacements et les visites familiales. Pour l'Aïd-el-Adha , ces mesures s'avéreront insuffisantes puisqu'il s'agira de limiter les contacts au sein d'un même quartier ou de cités.
Pour le Dr Bekkat Berkani, membre du comité scientifique ,la question qui se pose est «est ce que les préparatifs peuvent se faire dans le respect de la distanciation physique ? Est-ce que les gens vont pouvoir acheter leurs moutons de manière ordonnée ? La réponse est non». Partant de ce principe, il estime que sur un plan purement épidémiologique, il n'est pas possible dans cette situation d'organiser la vente du mouton, considérant que «les marchés aux bestiaux sont de véritables foyers de transmission du virus».
Il tient néanmoins à préciser que le comité scientifique a pour vocation d'émettre des avis sur la situation sanitaire, à charge aux autorités religieuses de se prononcer.
Que comptent faire ces dernières ? Pour le moment, le comité chargé d'émettre des fetwas n'a encore émis aucune recommandation. Une source du ministère des Affaires religieuses assure que la réflexion est en cours pour arrêter une position. Le sujet est jugé «délicat». L'association des Oulémas musulmans semble moins frileuse à ce sujet.
Elle aura à se positionner publiquement sur le sujet, mais on sait d'ores et déjà qu'elle n'hésitera pas à appuyer les décisions des pouvoirs publics au regard du danger réel que constitueraient les regroupements au cours de l'Aïd-el-Adha.
Plusieurs scénarios sont envisageables à ce stade. Deux tendances s'affrontent pour le moment. La première consistant à tout simplement interdire le sacrifice du mouton. Une autre, plus conciliante et qui préconiserait plutôt d'imposer pour le sacrifice de l'Aïd des mesures visant à obliger les personnes ayant fait le choix de sacrifier le mouton, soit de le faire à l'intérieur des domiciles soit au niveau des abattoirs, où des mesures seront mises en place.
L'évolution de la situation épidémiologique dans les deux semaines à venir sera décisive pour la prise de décision.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.