Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Les avocats en colère    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Ces nids à problèmes    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    Les écueils d'une rentrée inédite    Jijel : La barre des 1000 contaminés dépassée    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Fantasme électronique !    Table ronde sur le droit et l'accès à l'information    1er Festival du tourisme rural, la forêt de Aïn-Sedjra à l'honneur    «Pour que la nature soit toujours plus belle»    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    La révolte des robes noires    Zeghmati, le certificat de nationalité, le casier judiciaire et le bon sens    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    L'avis des experts    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bataille du siège entre au tribunal
FFS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 08 - 2020

Près d'un mois après le congrès extraordinaire du FFS du 10 juillet dernier qui a consacré la victoire de la liste présentée par l'ex-premier secrétaire Hakim Belahcel, prenant le contrôle de l'instance présidentielle, le siège national du parti, sis sur les hauteurs d'El-Biar, à Alger, n'est toujours pas récupéré par la nouvelle direction.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Ainsi, la nouvelle instance présidentielle n'occupe toujours pas les locaux de l'immense et somptueux siège du parti, encore moins le nouveau premier secrétaire national, Youcef Aouchiche.
Conséquence immédiate : la première réunion du conseil national ne s'est pas encore tenue, car la nouvelle direction ne veut « absolument » pas tenir une rencontre de cette instance en dehors du siège national du parti. Selon nos sources, la nouvelle instance présidentielle a entamé une procédure judiciaire afin de récupérer par voie de justice le siège du parti, occupé par « des indus » de l'ancienne direction parallèle qui ne veulent ni reconnaître les résultats du congrès extraordinaire du 10 juillet ni quitter les lieux.
« On a entamé officiellement la procédure judiciaire pour récupérer le siège légalement et on n'a pas voulu recourir à la force et tomber dans leur piège », affirme une source proche de l'instance présidentielle.
Mais ce que craint la nouvelle direction est ces informations qui circulent depuis quelque temps, donnant le siège pour scellé par les services de sécurité, crainte que renforce la disparition de la plaque portant le sigle du FFS qui était installée à l'entrée de l'édifice.
«Il y a des informations qui circulent mais qu'on n'a pas pu confirmer, à savoir que le siège est scellé par les services de sécurité après que l'ancienne direction parallèle eut invité des islamistes radicaux, tels que Kamel Guemazi, pour y animer une activité politique. La plaque portant le sigle FFS a également été ôtée», indiquent nos sources. Après vérification sur place, il s'est avéré qu'effectivement la plaque portant le sigle a disparu. Le portail d'entrée était fermé mais, en revanche, rien n'indique que le siège est scellé.
En tout cas, cette situation provoque un blocage dans le fonctionnement du parti. Prévue pour débattre de la relance de l'initiative de reconstruction du consensus national et de l'avenir du parti au sein du Pacte de l'alternative démocratique (PAD), la réunion du conseil national tarde à se tenir et la nouvelle direction ne compte pas la convoquer avant la récupération du siège du parti.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.