L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inquiétant relâchement dans le respect des mesures préventives
En l'absence de sanctions
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 08 - 2020

Les règles sanitaires élémentaires pour parer à la propagation du virus de Covid-19 semblent avoir été négligées par la plupart des Algériens. Le port du masque et le respect des gestes barrières sont de plus en plus rares dans la rue et les lieux publics. Une situation qui alarme les professionnels de la santé. Pour eux, seul le recours à des mesures coercitives pourrait ramener les «entêtés» dans le droit chemin.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - C'est le relâchement total des gestes barrières pour se protéger du nouveau coronavirus. Dans la rue et les lieux publics, le port du masque est rare. La plupart des Algériens circulent sans bavette. D'autres optent pour un port de masque de manière aléatoire. Tantôt il pendouille au menton, tantôt il est enfilé au bras. Depuis quelques semaines, très peu de visages sont masqués.
La distanciation physique, elle aussi, a presque disparu. La ruée sur les étals des marchés de fruits et légumes et les bousculades dans les rayons des supérettes et épiceries ont repris. Hommes, femmes, enfants, jeunes et moins jeunes, ils se comportent tous comme si la pandémie de Covid-19 a carrément disparu.
Dans le marché de Aïn Benian, à l'ouest d'Alger, presque aucun masque ni distanciation physique. Rares sont les marchands qui portent la bavette. Idem pour les clients qui ont renoué avec les bousculades et s'agglutinent devant les commerces. Tous les étals de fruits et légumes sont pris d'assaut. Les boucheries aussi ne désemplissent pas. La plupart des clients se comportent comme si de rien n'était. Pourtant, le virus de Covid-19 est toujours présent et continue de faire des victimes.
Cet air d'insouciance règne également dans les supérettes. Ici, les clients sont sommés de porter le masque à l'entrée. «Mettez votre masque ! », ordonne presque le vigile posté à la porte d'entrée de la supérette adjacente au marché communal de Aïn Benian, à un client qui s'aventurait à y accéder sans bavette. Aux caisses, toutes les caissières portent un masque mais la plupart des employés chargés de l'approvisionnement circulent entre les rayons, le visage dénudé. Ils frôlent les clients tout en disposant les marchandises sur les étagères. D'ailleurs, certains clients prennent exemple sur eux et retirent carrément leur bavette. Se plaignant des fortes températures qui règnent à l'intérieur de la supérette, d'autres rabaissent leur masque et poursuivent leurs courses. Tout aussi inconscients, des clients n'hésitent pas à faire le même geste et rabaissent, eux aussi, leur masque pour répondre au téléphone et enchaîner une longue conversation tout en vadrouillant entre les différents rayons à la recherche du produit désiré. Dans ce commerce, la distanciation physique est également ignorée, complètement, sans que les clients soient rappelés à l'ordre par les agents de sécurité. Les étroites allées de la supérette favorisent justement la proximité et les bousculades. Les clients vaquent à leurs occupations et ne se soucient pas du tout du respect de la fameuse distance d'au moins un mètre et demi entre les personnes. A leur comportement, l'on croit que la pandémie de coronavirus a bien disparu.
Tout le monde s'y met
La quasi-totalité des commerces ignore les instructions des pouvoirs publics portant sur le respect du protocole sanitaire principalement le port du masque et la distanciation physique. Boulangeries, pressings, bureaux de tabacs, ... presque tout le monde a baissé la garde. Depuis quelques semaines, la majorité de ces magasins ne jouent plus le jeu et ont abandonné les gestes barrières. Pourtant, les contrevenants sont passibles d'une amende de 10 mille dinars pour le non-port du masque. Les commerçants, eux, risquent gros, la sanction pouvant aller jusqu'à la fermeture de leur magasin et le retrait du registre de commerce. Aujourd'hui, le laisser-aller dans ces magasins est de règle. Aucun commerçant ne se soucie d'observer les gestes barrières. Ici, les vendeurs ne portent pas de masque. Pis encore, certains d'entre eux se tiennent à l'entrée du magasin souvent en compagnie de deux ou trois personnes, elles aussi sans masque, obstruant presque l'accès. Un comportement qui oblige le client à frôler ce groupe de personnes non-masquées. Toujours est-il, quelques rares commerces restent à cheval sur le respect de ces mesures. Des affiches collées à la porte vitrée de la boutique rappellent la nécessité absolue de porter le masque. A l'intérieur, le vendeur se tient derrière son comptoir, une bavette couvrant son nez et sa bouche.
Pour des mesures coercitives
Le non-respect du port du masque dans tous les lieux publics et des autres mesures barrières pour éviter que l'épidémie ne reparte suscite l'indignation des professionnels de la santé. Très simples, ces gestes restent, actuellement, le seul moyen efficace pour freiner la propagation de ce virus.
Le Pr Salim Nafti, spécialiste en pneumo-phtisiologie, qualifie l'entêtement d'une grande partie de la population et le relâchement constaté de «dramatiques». Pourtant, précise-t-il, «beaucoup le payent lourdement».
Rappelant les déclarations du directeur de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) qui évoque une durée de pas moins de deux ans avant que la pandémie de nouveau coronavirus ne disparaisse, le Pr Nafti plaide pour une adaptation à cette crise sanitaire. «Il faudra que l'on s'adapte à cette pandémie, que l'on s'en accommode et que l'on puisse vivre avec, sans que ça puisse nuire à la santé de la population et à l'économie du pays», dit-il.
Selon lui, trouver cet équilibre impose le respect de toutes les mesures barrières. Pour ce faire, il estime qu'un certain nombre de lois et des mesures coercitives doivent être mises en place. «Nul n'est au-dessus de la loi, donc il faut les appliquer. Il faut pénaliser tous ceux qui ne respectent pas le port du masque et les gestes barrières. D'ailleurs, la seule manière de faire respecter la loi est d'imposer des amendes», dit-il.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.