PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"L'Algérie connaîtra une rentrée sociale des plus difficiles"
Pacte pour l'alternative démocratique
Publié dans Liberté le 07 - 09 - 2020

Cette coalition de partis démocratiques estime que le prochain référendum "ne peut en aucun cas constituer une solution durable à la crise politique que vit le pays".
Les forces du Pacte pour l'alternative démocratique sont opposées à la tenue du référendum sur la révision constitutionnelle prévue le 1er novembre prochain, en qualifiant cette démarche de "fuite en avant", voire de "double forfaiture".
"L'octroi d'une Constitution de laboratoire est une fuite en avant qui, encore une fois, signe une volonté de détourner et confisquer, par la force et la fraude, le droit fondamental du peuple algérien à décider librement de son avenir", a estimé le PAD, dans un communiqué rendu public hier, après sa
réunion du 31 août dernier, tout en refusant de "s'inscrire dans la double forfaiture d'un référendum sur une constitution imposée, a fortiori, le jour anniversaire du glorieux 1er Novembre".
"C'est là une brutale confiscation de la souveraineté́́ du peuple qui reste déterminé́ à obtenir le départ du système par un processus constituant souverain à travers une transition démocratique indépendante. C'est aussi une autre usurpation irresponsable d'une date historique chère qui constitue le patrimoine mémoriel et patriotique de tout le peuple", a-t-il insisté.
Pour ce conglomérat de partis démocratiques, le prochain référendum "ne peut en aucun cas constituer une solution durable à la gravissime crise politique que vit le pays".
"Les priorités sont ailleurs, loin des soucis et soubresauts tragicomiques des alternances claniques. Elles appellent à respecter la volonté populaire exprimée depuis bientôt deux ans pour la construction d'un Etat civil, démocratique et social souverain dans lequel règnent la primauté du droit et le respect des libertés citoyennes et des droits de la personne humaine", a-t-il expliqué.
En outre, le PAD a dénoncé la gestion du Hirak par le pouvoir en place qu'il a accusé de s'emmurer dans l'"autoritarisme" et d'instrumentaliser la justice pour "étouffer le Hirak". "Il (le pouvoir, ndlr) s'obstine à nier toutes les exigences populaires exprimées par la révolution démocratique de février 2019. Opposé frontalement à la volonté et à la souveraineté populaires, il poursuit sa politique antidémocratique qui a mené́ le pays à la faillite", a-t-il dénoncé.
Aux yeux du PAD, la politique répressive adoptée par le pouvoir (arrestations et lourdes condamnations d'activistes et de journalistes) vise à "l'étouffement de toute voix discordante" mais trahit en même temps son "désarroi" et son "incapacité́ à convaincre les citoyens".
Tout en critiquant la gestion "à la hussarde" de la pandémie par les autorités, le PAD a averti que "l'Algérie connaîtra une rentrée sociale des plus difficiles de son histoire, comme le montre la double rentrée scolaire et universitaire qui se déroule dans des conditions catastrophiques".
Par ailleurs, le PAD a fait part de sa volonté d'organiser des rencontres publiques autour de "la problématique des libertés fondamentales — politiques ou syndicales — comme enjeux majeurs de la démocratie et de la citoyenneté́ et comme instruments indispensables à la concrétisation des objectifs démocratiques proclamés par la révolution populaire".

Arab C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.