Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



8 ans de prison pour Tliba et Skander Ould Abbès
Affaire des législatives 2017
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 09 - 2020

Les magistrats en charge du dossier Tliba ont prononcé, hier mercredi, leurs verdicts à l'encontre de cet ancien député et homme d'affaires annabi et Skander Ould Abbès, fils de l'ancien ministre de la Solidarité qui comparaissait le même jour à Sidi-M'hamed pour une toute autre affaire.
Skander, fils cadet de Djamel Ould Abbès, a été condamné à huit ans de prison, la peine a été assortie d'une amende de huit millions de dinars. Son frère, Wafi a, quant à lui, écopé de la peine la plus lourde, vingt ans de prison avec confirmation du mandat d'arrêt international préalablement requis par le procureur de la République.
Skander et Wafi ont été accusés par Tliba de monnayer des places de tête de liste, au sein du FLN, pour les législatives de 2017. Le montant de cette précieuse position avait été fixé à sept milliards de centimes, selon ses dires. Durant son procès, Baha Eddine Tliba a tout fait pour incarner le rôle de victime d'une machination, et s'est présenté au contraire comme étant l'homme qui avait réussi à éventer le coup en acceptant de se mettre à la disposition du patron du coordonnateur des services de sécurité au niveau de la présidence de la République. Ce dernier n'est autre que Bachir Tartag, incarcéré à la prison militaire de Blida après avoir été condamné à quinze années de réclusion dans l'affaire des «complotistes» où figurent le général Toufik et Saïd Bouteflika. L'ancien député a donné des détails de l'opération qui avait été coordonnée par Bachir Tartag, confirmant ainsi qu'un piège avait réellement été tendu aux fils Ould Abbès. Skander a été arrêté en situation de flagrant délit, mais Wafi avait déjà réussi à prendre la fuite à l'étranger.
Le général Tartag n'est pas le seul nom à avoir été évoqué lors du procès. Tliba a déclaré au juge que les têtes de listes FLN étaient désignées par Noureddine Bedoui, Abdelmalek Sellal et Tayeb Louh. Skander Ould Abbès et son père qui avait refusé de comparaître dans un premier temps, ont confirmé ces propos. Skander est même allé plus loin, affirmant que son père, ex-secrétaire général du FLN, recevait des instructions de l'ancien conseiller de Abdelaziz Bouteflika, alors qu' il se trouvait en état d'ivresse.
Tliba semblait réellement espérer une relaxe dans cette affaire, il n'a cessé de marteler que l'opération de vente des places à la députation n'aurait pu être dévoilée s'il n'avait pas coopéré avec les services de sécurité.
La justice estimait, cependant, être en possession de preuves suffisantes attestant qu'il s'était livré à des opérations de blanchiment d'argent. C'est d'ailleurs, le motif pour lequel il a été condamné, hier, à huit années de prison, et la confiscation de tous ses biens.
Le tribunal de Sidi-M'hamed a également condamné l'ancien coordonnateur des législatives au sein du FLN, Bouchnak Khaldi, à une peine de deux années de prison assorties d'une amende de 200 000 DA d'amende. Habchi Ahmed, le commissaire foncier a pu, lui, bénéficier d'une relaxe.
Ce procès, très attendu, a pris fin. Il figure parmi les affaires qui ont fait le plus de bruit. Les déclarations de Tliba ont terni davantage l'image du Parlement issu des législatives de 2017. Elles ont provoqué un véritable déchaînement sur les réseaux sociaux ou de nombreux appels à la dissolution ont été lancés. C'est aussi l'avis de certains partis politiques qui ont estimé que le discrédit avait été définitivement jeté sur l'Assemblée.
La tension née des déclarations faites durant ce procès a poussé les députés FLN à s'exprimer sur le sujet en affirmant que Tliba ne les représentait pas et qu'il avait été chassé du parti. Ce mardi, son avocat a, quant à lui tenu à démentir les propos de ces députés, ajoutant que Tliba n'a jamais payé les sept milliards de centimes qui lui étaient demandés.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.