Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Le port de Skikda renforcé    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Musulmans de France, tous coupables ?    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie
Industrie pharmaceutique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 09 - 2020

L'industrie pharmaceutique en Algérie a connu hier un événement majeur par l'avènement du premier médicament biosimilaire fabriqué localement à partir d'une cellule biologique. Un anticoagulant qui empêche la formation des caillots dans les vaisseaux sanguins et qui entre dans le cadre du protocole de traitement contre le coronavirus.
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - Le ministre de l'Industrie pharmaceutique Lotfi Benbahmed était convié, hier, par les laboratoires Fraetr-Razes à assister à la présentation du nouveau produit pharmaceutique fabriqué à base de cellules vivantes. Verenox (CDI Enoxaparine) est un traitement innovant utilisé dans les traitements des accidents vasculaires, le traitement du syndrome coronanien aigu et le traitement de l'infarctus du myocarde. Cette innovation est expliquée par le SG des laboratoires Fraetr-Razes, Abderrahmane Boudina, comme étant une première pharmaceutique en Algérie, inscrite dans le cadre des transitions thérapeutiques. Autrement dit, Verenox marque le passage de l'ère chimique vers une nouvelle ère biologique et à 100% nationale et qui économisera à l'Etat 60 millions d'euros par an, expliquera le représentant des laboratoires implantés à Alger.
Le ministre, dans une conférence de presse, s'est félicité de cette innovation de « grande échelle » car elle revêt, selon lui, un cachet à la fois thérapeutique et financier. Lotfi Benbahmed a insisté sur la valeur du projet qui « entre dans le cadre de la politique gouvernementale » de la production nationale, de la valeur ajoutée et de l'exportation du produit algérien, a-t-il fait savoir. Le ministre considère également cet événement comme un pas vers la souveraineté nationale grâce à l'autosuffisance. Outre cela, il a mis en valeur les vertus de ce nouveau médicament en tant qu'anticoagulant, qui « aide le pays à traverser la pandémie de coronavirus ». Et d'ajouter enfin que Verenox (CDI Enoxaparine) est un médicament qui connaît des pénuries récurrentes dans le monde.
Pour sa part, le P-dg de Fraetr-Razes, Cherfaoui Abdelhamid, assure que ses laboratoires sont en mesure de produire 10 millions de seringues par an, ce qui équivaut à une « totale autonomie » vis-à-vis de la dépendance étrangère. Et de rappeler que le staff en exercice est composé de ressources humaines à 100% algériennes constituées de jeunes diplômés en biologie, en chimie et en pharmacie issus de l'université algérienne. Dans le même contexte, le ministre Lotfi Benbahmed interviendra pour déclarer que grâce à cet acquis, « l'Algérie se libère de la dépendance et se présentera à l'avenir comme un véritable pôle dans le domaine », parlant des perspectives d'exportation.
Enfin, le SG des laboratoires a tenu à signaler, pour sa part, la volonté de l'Etat d'« aller de l'avant » dans le secteur, expliquant que la création d'un département ministériel dédié à l'industrie pharmaceutique dénote de l'importance accordée à ce secteur stratégique, qui « conférera à l'Algérie une place de choix en tant que pôle au niveau continental et international ». Questionné sur les marchés auxquels le nouveau produit est destiné, Abderrahmane Boudina citera les marchés hospitaliers, pharmaceutiques nationaux et les exportations vers les pays arabes et africains dans un premier temps, avant de s'orienter vers le marché européen, une fois la certification exigée par ces pays obtenue, conclut-il.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.