Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Installer de nouvelles unités de production»
Lotfi Benbahmed parle d'une nouvelle politique du médicament :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 05 - 2020

Des mesures de soutien, de facilitation et de bonification de l'industrie pharmaceutique sont d'ores et déjà engagées, selon Lotfi Benbahmed, à travers, notamment, le développement de la production nationale qui conduira à la réduction de la lourde facture d'importation des médicaments.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - «L'importation ne doit être qu'un complément à la production nationale», a souligné, hier lundi, le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed lors de son passage à la Radio Chaîne 3. «Nous sommes en train de mettre en place des textes réglementaires et des outils de régulation pour être dans le concret», précise-t-il.
Déclinant la nouvelle politique du gouvernement destinée à soutenir la production locale, Lotfi Benbahmed explique qu'il est question de réaliser chaque jour et chaque mois, de nouvelles unités de production, ce qui va nous permettre «de dépendre de moins en moins de l'importation». L'objectif principal aujourd'hui, dit-il, est de répondre à une demande locale en termes de prise en charge des différentes pathologies, à travers la production massive de médicaments essentiels en «en définissant les formes».
Tentant d'illustrer cette volonté, Lotfi Benbahmed fait savoir qu'actuellement, les services de son département sont en train de travailler sur quatre décrets dont l'un consiste à «mettre en place l'établissement pharmaceutique. Il relève toutefois qu'avant d'établir un système, il est nécessaire de poser des fondations. Dans ce cas, «ces fondations» s'apparentent à l'instauration d'une réglementation solide.
Evoquant les défaillances du passé sur ce point précis, le ministre délégué à l'Industrie pharmaceutique a indiqué que la réglementation de 2018 inhérente au volet de la production devait être appliquée, mais qu'une fois arrivé à certains décrets, «nous avons constaté que quelques-uns de ces textes étaient orientés pour affaiblir le système de production nationale». Chose qui a amené, appuie-t-il, «à reconsidérer la rédaction de ces mêmes textes». Et ce, en mettant en place de nouveaux mécanismes pour l'enregistrement des médicaments, leur homologation, ou encore la définition d'un cahier des charges à l'importation, ainsi que d'un cahier des charges à la production nationale. Il s'agit aussi, poursuit-il, de «lister les médicaments essentiels», afin de mettre en place une politique qui soit axée sur la thérapeutique, et dont la priorité est de préserver la santé publique et l'économie nationale.
S'arrêtant sur le dernier point, Lotfi Benbahmed met un point d'honneur sur l'exportation. Dans ce sillage, il rappelle qu'à chaque fois que l'Algérie reçoit des laboratoires internationaux, le volet export est systématiquement évoqué. Il estime qu'il n'est pas possible d'envisager une industrie pharmaceutique prospère dans un pays, si celle-ci n'est en fin de compte dédiée que pour ce seul pays. Il poursuit son idée en soulignant que lorsqu'une multinationale installe une unité de production dans un pays, l'objectif est qu'elle profite à toute une région, voire un continent.
Par conséquent, Lotfi Benbahmed considère que la concrétisation de ce dessein ne peut se faire que s'il existe «un environnement réglementaire avec tous les outils de régulation nécessaires», explique-t-il. L'invité de la radio a assuré, à ce titre, que «nous sommes à la veille d'installer, tous les mois, de nouvelles unités de production». Et de créer, par conséquent, de nouvelles lignes de production, de nouveaux médicaments qui seront enregistrés de manière prioritaire. Une façon, avance-t-il, «de corriger» les nombreux travers qui ont empêché, par le passé, l'essor de notre industrie. Ce dernier cite les blocages constatés au niveau de l'opération d'enregistrement, des retards considérables et l'absence d'une orientation qui permettrait de protéger la production nationale.
Lotfi Benbahmed tient à faire savoir que cette situation est sur le point de changer et que le travail est déjà amorcé. Il précisera que ce plan a été mis bien avant le Covid-19, mais que son apparition a permis quelque peu d'accélérer les choses.
Lotfi Benbahmed en veut pour preuve, «les thérapeutiques hydroxychloroquine et chloroquine étaient produites localement et en quantités suffisantes dès que le besoin a été exprimé». Au passage, l'intervenant a annoncé qu'un nouveau producteur s'apprête à livrer l'équivalent d'un million de litres d'oxygène aux hôpitaux.
Le responsable de l'industrie pharmaceutique a, dans la foulée, indiqué que près de 40 000 kits de dépistage de Covid-19 seront produits quotidiennement par un opérateur privé. Il a souligné que la technologie est prête et que les techniciens ont été formés, affirmant que la production de ces kits débutera incessamment et s'intensifiera dès la troisième semaine de mai. Lotfi Bennbahmed suppose même qu'il sera possible d'aller vers la production de 80 000 kits par jour.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.