La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension sur les réactifs des tests de dépistage du Covid-19
La majorité des laboratoires n'en disposent plus
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 11 - 2020

Plus de réactifs pour les tests PCR et antigéniques dans une grande majorité de laboratoires d'analyses. Bientôt plus de réactifs pour des analyses couramment prescrites par les médecins comme la FNS. Les raisons ? Une grosse tension et une incapacité des fournisseurs à honorer des commandes depuis l'entrée en vigueur de nouvelles modalités de dédouanement notamment. Face à cette situation, le ministère de l'Industrie pharmaceutique décide leur allègement. « Insuffisant », rétorque le Syndicat algérien des laboratoires d'analyses médicales.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Autorisés à effectuer des tests PCR et anti-géniques, les laboratoires d'analyses médicales font face depuis une quinzaine de jours à une grosse tension sur les réactifs, pas seulement réservés au dépistage du Covid-19 mais également ceux nécessaires pour les analyses les plus courantes.
Une situation que confirme le Dr Mizi Ouallaoua Yacine, président du Syndicat algérien des laboratoires d'analyses médicales (Salam) et qu'il explique par des lenteurs de dédouanement et la fiche de régulation introduite. Il explique en effet que « nos fournisseurs peinent à alimenter le marché actuellement. Ils nous disent qu'il y a des lenteurs de dédouanement et la fameuse fiche de régulation qui ralentit le procès. Cela avait été introduit suite à la mise en place de l'Agence du médicament mais cela tombe mal en pleine pandémie en plus cela coïncide avec la fin d'année ». Il ajoute qu'« habituellement, les fournisseurs en fin d'année font un stock de réactifs parce qu'ils savent que la signature des programmes tardera. Il faut savoir que cette dernière intervient en mars et en avril ».
Les premières retombées se font déjà ressentir et risquent d'être plus importantes d'ici la fin de l'année, affirme le Dr Mizi. « Si ça continue, dans un mois à peine, il n'en restera plus. À titre d'exemple, actuellement, le réactif FNS est déjà rationné. Si vous commandez 10 packs, vous n'en recevez que 2 ou 3 », affirme-t-il. Pour faire part des préoccupations des laboratoires d'analyses, le syndicat a demandé audience au ministre de la Santé et à celui de l'Industrie pharmaceutique, sans qu'aucune suite soit donnée à sa requête.
En l'absence de ces réactifs, affirme le Dr Mizi, « il n'y a aucune alternative pour diagnostiquer le Covid, ça va être le retour au scanner ou la sérologie alors qu'on sait bien que cette dernière ne sert pas au diagnostic et là nous sommes désarmés face à la pandémie ». Devant la cherté des tests PCR, le président du Salam pense qu'il serait nécessaire de « se recentrer sur les tests antigéniques comme test de première intention, il faudra le privilégier. Même les pays développés ayant des capacités importantes ont privilégié le test antigénique car son prix est moins élevé ».
Jeudi, le ministre de l'Industrie pharmaceutique affirmait que l'Algérie se lancera dans la fabrication de réactifs PCR dans une quinzaine de jours. Un délai aussi long, commente le Dr Mizi. « C'est perdu d'avance .» La veille, ce même département ministériel adressait une note à l'ensemble des opérateurs du domaine pharmaceutique leur informant que « les demandes concernant les produits finis, importés dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, sont soumises aux mêmes exigences allégées appliquées à la production locale en termes de composition de dossiers ».
Des directives saluées par le syndicat qui les trouve, néanmoins, insuffisantes, attendant leur traduction sur le terrain.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.