L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui paiera les coûts de surestaries ?
Kits automobiles en souffrance dans les ports
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 11 - 2020

La suspension de l'activité d'assemblage de véhicules depuis plus d'une année a eu, entre autres incidences, la mise sous le boisseau de plusieurs dossiers de dédouanement de milliers de kits de voitures actuellement en souffrance dans les ports du pays.
Ces ensembles étaient inscrits dans les plannings de production des unités de Renault, Tahkout et Sovac.
Un grand nombre de ces véhicules censés être assemblés localement correspondaient, pour une grande partie, à la satisfaction des commandes déjà effectuées par les clients, dont beaucoup avaient versé le premier apport pour la réservation alors que d'autres avaient même remis le chèque pour un paiement total dans le cadre d'un crédit bancaire.
L'accélération des évènements ayant marqué le pays au cours de cette période a, ainsi, surpris les anciens opérateurs, qui, à l'évidence, étaient loin de se douter que la révolution du sourire du 22 février 2019 allait aussi mettre un terme à une dynamique industrielle largement contestée.
D'autant que l'un des objectifs mis en avant par les promoteurs de cette parodie était, notamment, la nécessité de contenir les dépenses en devises du pays.
Or, dans la réalité, la facture globale des importations de ces kits pour l'année 2019 avait atteint les 2 milliards de dollars répartis entre un quarteron d'assembleurs de véhicules particuliers et quatre autres pour le véhicule utilitaire et industriel.
Des dizaines de milliards de centimes de frais de stockage
Aujourd'hui, presque deux années après leur réception dans les ports du pays, une bonne partie de ces kits est toujours bloquée dans des zones sous-douane, en attente de leur dédouanement. Il va sans dire que les frais de surestaries liés à cet emmagasinage qui dure encore se chiffreraient en dizaines de milliards de centimes qu'auront à prendre en charge légalement les importateurs concernés.
Dans ses dernières déclarations, le ministre de l'Industrie a évoqué un recours à une prise en charge de ce matériel bloqué en attendant que la justice statue définitivement sur la situation des opérateurs concernés. Pour les autres, il serait attendu une reprise partielle des activités d'assemblage pour achever ce processus et permettre à des centaines de clients impatients de prendre, enfin, possession de leur véhicule tant rêvé. Pour ces entreprises, cette reprise s'annonce déjà sous de mauvais auspices, sachant que les personnels de ces usines ont été depuis longtemps mis au chômage technique et que leur rappel obéirait à une procédure de recrutement, à durée déterminée, tout aussi complexe. Quand bien même la tâche qui attend ces personnels ne serait pas particulièrement ardue dès lors que les kits en question sont le plus souvent des véhicules entièrement montés, à l'exception de quelques détails qui justifieraient l'émargement de ces investisseurs à ce type d'activité au cours des années précédentes.
Appréhension des clients
Toutefois, il en est autrement pour Renault Production dont les véhicules arrivent complètement démontés depuis les usines du constructeur avant d'être assemblés à travers des centaines d'interventions tout au long des chaînes du site de Oued Tlélat près d'Oran. Ces équipements stockés durant deux années dans des conditions sans doute inadéquates pourraient alors avoir subi des effets négatifs sur la qualité des matériaux. Ceci étant, il importe de savoir maintenant si les coûts de surestaries, ou frais de stockage dans les structures portuaires, seront intégrés dans la structure des prix de vente des véhicules assemblés localement pour les faire assumer, en définitive, par les clients ou seront-elles prises en charge exclusivement par les importateurs ?
Une question légitime que se posent déjà les clients et qui se justifie amplement par la liberté qu'ont toujours eue les concessionnaires à définir et à revoir à la hausse en toute liberté les prix de vente de leurs véhicules. La réglementation en vigueur laisse très peu de manœuvre pour les services compétents de l'Etat pour intervenir dans ce domaine.
B. Bellil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.