L'opposition partagée    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Tinhinane Laceb retrouvée morte    OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    La directrice des médias limogée    Le juge menace de "quitter son corps"    Le RND émet quelques réserves    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    Cafouillage paralysant    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    Le consensus impossible?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance
Dépourvus de statut
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 11 - 2020

Le Collectif des techniciens de cinéma algériens (CTCA), créé en 2016, revient à la charge cette année en raison de la situation précaire, accentuée par la crise sanitaire que vivent ces professionnels free-lance.
Le statut des techniciens de cinéma pose problème depuis de nombreuses années. À l'instar d'autres corps de métiers artistiques, cette activité survivait au gré des tournages et souffrait déjà de conditions de travail difficiles et de grille de payement rachitique.
Depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la situation n'a fait qu'empirer : un chômage massif aggravé par l'absence de couverture sociale. Le Collectif des techniciens de cinéma, qui rassemble 450 professionnels dont certains cumulent trente ans de métier, aspire à faire entendre le désarroi de cette catégorie invisibilisée sans laquelle, pourtant, aucun film ne verra le jour.
Khalifa Daid, membre du CTCA, nous explique que ses confrères et lui travaillent littéralement «au noir» et qu'ils n'ont aucune existence légale.
Depuis 2016, il indique que le collectif a tenté par tous les moyens de mettre en lumière les problèmes socioprofessionnels de cette corporation mais en vain : «Nous avons essayé de créer une association nationale mais la tenue de l'assemblée générale nous a été refusée en raison de la crise sanitaire.
Le ministère de la Culture nous avait promis une prise en charge sérieuse de nos revendications mais rien ne s'est concrétisé pour l'instant. Dépourvus de statut et d'affiliation, nous sommes démunis et impuissants.» Assistants-réalisateurs, régisseurs, ingénieurs de son, éclairagistes, costumiers, directeurs de photographie, décorateurs, monteurs, etc. autant de disciplines éparpillées qui sont autant indispensables au cinéma que très peu reconnues en tant que groupe professionnel.
Déjà très mal payés, et souvent avec du retard, les techniciens free-lance souffrent doublement depuis le début de la pandémie de Covid-19, en raison de la suspension de l'ensemble des projets cinématographiques et de l'arrêt des tournages. Unique lueur d'espoir, la grille télévisuelle prévue pour le Ramadhan 2021 qui pourrait leur offrir un bref répit financier.
Le problème n'en reste pas moins épineux puisqu'au-delà de la crise sanitaire, cette catégorie pâtit de conditions de travail «catastrophiques», d'horaires exténuants, de l'absence de protection et de sécurité sociale, d'un non-respect récurrent des termes du contrat, etc.
En somme, c'est une réhabilitation totale et une prise en charge sérieuse des métiers techniques du cinéma que le collectif revendique aujourd'hui.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.