Inter Milan-Milan AC : Les compositions d'équipes    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Charfi répond aux «petits» partis    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    L'Entente face au révélateur Médéen    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Le monde en bref...    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Paroles d'un porte-parole    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une «Histoire du fils» qui dure un siècle
LITTERATURE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 12 - 2020

Le roman Histoire du fils (Buchet-Chastel) de Marie-Hélène Lafon, lauréat du prix Ranaudot 2020, est une saga qui court sur un siècle, de 1908 à 2008. «C'est un parcours d'écriture, d'édition, de fidélité avec une maison qui a fait confiance à quelqu'un qui était parfaitement inconnu il y a 19 ans», a commenté, peu après cette annonce, Marie-Hélène Lafon, lors d'un entretien retransmis en ligne par le mensuel spécialisé Livres Hebdo. «Je suis d'autant plus heureuse de l'avoir que les libraires, plus que jamais cette année, ont besoin des prix», a-t-elle ajouté. Le Renaudot, comme le Goncourt, ont été attribués 48 heures après la réouverture des librairies, en pleine crise sanitaire due au Covid-19.
Marie-Hélène Lafon, 58 ans, peu connue du grand public, est une autrice au long CV, avec déjà 13 romans à son actif. Elle est professeure de lettres classiques à Paris. Elle fait vivre une langue pure et riche. Et son roman avait été déjà remarqué par de nombreux jurys littéraires en cette rentrée, remportant au passage le prix des librairies de Nancy en septembre. Le personnage principal de son roman, André, élevé par sa tante, perce un secret de famille en explorant sa généalogie.
La Canadienne Dominique Fortier, avec Les Villes de papier (Grasset), une biographie romancée de la poétesse Emily Dickinson, a remporté le Renaudot de l'essai. «J'ai l'impression que ça va lui donner une grande visibilité parce qu'en France il n'y a vraiment pas beaucoup de monde qui me connaît. Mais tout le monde sait ce que c'est que le Renaudot, donc c'est vraiment une belle vitrine», a estimé l'autrice québécoise, auprès de la chaîne publique Radio-Canada. Cette année, Covid-19 oblige, la remise des prix littéraires a été bousculée et s'est déroulée par visioconférence. Mais, crise sanitaire ou pas, ce qui ne change pas, c'est que les prix littéraires sont toujours accompagnés d'un petit parfum de soufre. Samedi, le New York Times dénonçait dans une enquête le jeu trouble des jurys littéraires français où, selon le quotidien, la qualité littéraire passe après des conflits d'intérêt flagrants et des intrigues difficilement lisibles pour le grand public. Le Goncourt est moins directement visé que le Renaudot. «Evidemment, les polémiques, je les connais, j'en ai pleinement conscience (...) J'ai conscience qu'il y a des enjeux éthiques qui sont à l'œuvre derrière tout ça.
La position est périlleuse. Nous sommes des équilibristes», a d'ailleurs réagi la lauréate Marie-Hélène Lafon à ce sujet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.