CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une quête de l'Histoire d'un peuple
Œuvres littéraires primées de Rachid Boukherroub et Ali Hedjaz
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 01 - 2021

Lauréats de la 1re édition du Prix du président de la République de la littérature et de la langue amazighes, le roman de Rachid Boukherroub et l'essai anthropologique de Ali Hedjaz reflètent, chacun à sa manière, un pan de l'Histoire d'un peuple et sa quête pour sa survie.
Récipiendaire du premier prix dans la catégorie littérature, le roman de Rachid Boukherroub Semithass akken iwnihwa (Appelez-le comme il vous plaira) est une chronique de la vie villageoise dans les années 70 du siècle dernier avec son lot de privations, de drames et de déchirures.
L'œuvre de 234 pages tente de cerner la vie des jeunes de l'époque aux prises avec les difficultés de la vie et de la tentation de l'exil, ceux qui ont succombé à l'appel des sirènes de l'émigration et ceux qui avaient décidé d'y rester, de traduire leurs émotions, leurs peines et leurs joies.
À travers les deux principaux personnages du roman, Arezki et Bachir, l'auteur met en exergue le drame vécu par cette jeunesse qui, «en partant, devient étrangère et en restant subit l'incompréhension et l'humiliation des leurs», a souligné à l'APS l'auteur, déjà primé lors de la 1ère édition du Prix Assia-Djebar pour son roman la mariée en roseaux. Le roman est aussi une fresque de la vie villageoise de l'époque dans son ensemble, décrivant le manque, les frustrations et l'insécurité vécus.
«La plupart des éléments de la trame de ce roman sont tirés de faits réels vécus ou entendus dans mon entourage familial et villageois et reflètent leur drame souvent refoulé», a-t-il fait remarquer.
C'est aussi le récit de «la lutte implacable de ces gens-là, ceux qui sont partis comme ceux qui sont restés pour influer sur leur destinée et assurer leur survie et celle des leurs au prix de moult drames et sacrifices», note l'auteur.
L'essai anthropologique Zebra, wa ad yeqar i wa, amezrouy s chfawath n Da Makhlouf du chercheur Ali Hedjaz, lauréat du 2e prix dans la catégorie recherche sur le patrimoine culturel immatériel amazigh dont le 1er prix n'a pas été attribué, traite, pour sa part, de l'histoire de la région d'Ath Jennadh, à l'est de Tizi-Ouzou.
Il est construit à partir des récits d'un vieil homme de la région, Makhlouf Oubizar, «une mémoire vivante des récits transmis de génération en génération à travers des contes et des poèmes glorifiant les dynasties régnantes ou faisant la chronique de divers événements survenus», a fait savoir M. Hedjaz.
Ces récits, qui constituent la colonne vertébrale du travail, ont été, cependant, «confortés par un travail de recherche en recourant à d'autres supports pour l'authentification et l'identification des lieux et des personnages», dira l'anthropologue.
Cet essai de l'auteur, le 5e d'une série d'ouvrages à la thématique similaire, «est une poursuite d'une quête de la trace des ancêtres», souligne M. Hedjaz pour qui «il est important de déterrer et de sauvegarder ce patrimoine qui est la preuve de l'apport de nos ancêtres à l'humanité».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.