Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colis empoisonné : arrivera-t-on à distinguer le vrai du faux ?
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 02 - 2021


Tunis, Mohamed Kettou
Faillite économique, situation sanitaire préoccupante, chômage en accroissement continu. Autant de problèmes parmi tant d'autres non moins graves qui sont , depuis plusieurs jours, occultés par une affaire survenue subitement, au palais présidentiel de Carthage, à savoir celle du colis «empoisonné».
En effet, cette affaire fait, depuis mercredi dernier, de l'ombre à toutes les activités, voire à tous les événements qui font la vie politique, économique et sociale en Tunisie. Cela a été interprété comme un attentat à la vie du président de la République.
Le communiqué de la présidence péchait par son manque de précision et par un déficit de communication, selon de nombreux politiciens et observateurs. C'est le cheminement de l'enquête qui est, particulièrement, mis en cause. Dans une institution comme la présidence de la République, peut-on laisser filer une correspondance douteuse pour qu'elle arrive au bureau de la cheffe du cabinet du Président ? Où sont les services de sécurité devant être les premiers à prévenir de tels désagréments ? Ces questions reviennent sur toutes les langues qui, d'ailleurs, ne saisissent pas encore le sens du retard enregistré dans l'annonce de cette affaire. Pourquoi la présidence de la République a attendu 48 heures pour annoncer la réception du colis ? Des questions qui restent encore sans réponse. Sauf que le colis était arrivé la veille du passage des nouveaux ministres devant le Parlement. Le Président attendait-il le résultat du vote parlementaire qu'il souhaitait négatif, pour arrêter sa stratégie ? C'est là l'une des interprétations que d'aucuns ont avancées pour expliquer au citoyen lambda les dessous d'une affaire élevée au rang de «trahison» par un ancien ministre. Pour le parti Tayar Echeaab qui emploie les mêmes termes, l'envoi d'un tel colis est une tentative de conduire le pays vers la violence. Pour d'autres tel le député du parti Qalb Tounes, Iyadh Elloumi, il s'agit d'un mensonge. «C'est un scandale inventé par la présidence de la République», a commenté ce député. Comme soutiens, il a trouvé certains de ses collègues au Parlement qui ont franchi le Rubicon pour appeler à la destitution pure et simple du chef de l'Etat, en l'accusant, comme le dit le député Khairi, de «mener le pays vers la guerre civile».
D'autres, après avoir pris connaissance des résultats des analyses, se demandent comment la cheffe du cabinet, en manipulant le colis, s'est évanouie et perdu la vision alors que ces analyses ont prouvé l'inexistence de produits toxiques. A tort ou à raison, les auteurs de ces questions ont trouvé l'ouïe auprès de la masse, elle-même désorientée par le communiqué de la présidence de la République.
Aujourd'hui, qui croire ? Le doute plane. D'autant plus qu'au niveau communicationnel, Carthage brille par un manque flagrant de spécialistes en la matière en faisant un usage exagéré du «complotisme» sans accorder l'attention requise aux contradictions que véhiculent les communiqués de la présidence.
Pire encore, pour jeter plus de discrédit au traitement de l'information au palais de Carthage, l'on annonce qu'après manipulation par Mme Nadia Akacha, la lettre «empoisonnée» a été jetée dans une déchiqueteuse avant d'être récupérée pour analyse. Serait-ce un moyen pour faire disparaître la principale preuve de cette affaire ? Beaucoup de points sombres enveloppent ce «célèbre» colis qui finira, sans doute, par avouer ses tenants et ses aboutissants à la justice.
Toujours est-il que Kaïs Saïed n'est pas à l'abri, sachant le nombre de ses détracteurs parmi les lobbies qui foisonnent dans le pays et qu'inquiète la détermination du président de la République à lutter contre la corruption.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.